Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (9)
Questions / Réponses (1 / 2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Aesthesia, Backyard Babies, Guns N' Roses, Hanoi Rocks, MÖtley CrÜe, Star Rats

HARDCORE SUPERSTAR - Beg For It (2009)
Par POWERSYLV le 4 Juin 2009          Consultée 6674 fois

Ils nous avaient laissés il y a deux ans avec un "Dreamin’ In A Casket" où les paillettes du sleeze rock flirtaient avec le côté cradingue et rocailleux de riffs thrashy. En ce printemps 2009, les HARDCORE SUPERSTAR sont de retour avec un nouvel opus, "Beg For It" qui risque de faire des ravages tout comme ses 2 prédécesseurs. Pas de musique aseptisée ici mais une spontanéité à toute épreuve chère à ce gang suédois qui se pose comme le chaînon manquant entre hard US tendance MÖTLEY CRÜE et heavy/thrash riffu à la RUNNING WILD. Une nouvelle leçon pour nous prouver que « ces 2 tendances issues de la rue ne sont pas incompatibles » (dixit Adde Andreasson, batteur du combo). Pas étonnant quand on sait que les membres de ce quartet haut en couleurs écoutent tant GUNS’N ROSES que SKID ROW ou SLAYER. Et ce n’est pas l’arrivée du guitariste Vic Zino (ex-CRAZY LIXX) remplaçant un Thomas Silver démissionnaire qui va changer la donne.

Après une intro intimiste et yankee qu’on croirait sortie d’un Ennio Morricone (« This Worm’s For Ennio), on retrouve le groupe en pleine forme sur le titre qui donne son nom à l’album : « Beg For It ». Les vocaux enjoués (parfois un peu acidulés) mais cinglants de Joakim Berg font un peu parfois penser à un Vince Neil (MÖTLEY CRÜE) qu’on aurait perfusé avec un poil de testostérone supplémentaire. La pression ne se relâche pas avec « Into Debauchery » (autobiographique ?) et son riff implacable (et assez marrant je trouve) et son chat écrasé … ceux qui écouteront comprendront ! Le contestataire et j’m’en-foutiste (« I am what I am every day, and I don’t give a shit anyway ») mais plus nuancé « Shades Of Grey » possède un riff d’intro qui fait penser à du RUNNING WILD par son côté chantant style « frères de la côte » alors que la texture du morceau revient vers le heavy rock mélodique.

On arrive maintenant à ce qui est pour moi l’un des titres phares de ce nouvel opus, un morceau que je trouve extrêmement réussi, avec sa mélodie entêtante et tout et tout : « Nervous Breakdown ». Intro mélodique puis break à la HAMMERFALL et après quelques vociférations du chanteur, le titre s’élance avec un refrain (et des chœurs) absolument imparable(s). Morceau impeccable, catchy, mélodique à écouter en bagnole. Et je ne parle pas du solo de gratte absolument bandant dans le genre, style « Kirk Hammett joue avec MÖTLEY CRÜE », preuve que la nouvelle recrue six-cordiste n’est pas un manchot. Ce n’est pas compliqué : « Nervous Breakdown » est carrément le premier titre que j’ai retenu le plus après la première écoute. « Hope For A Normal Life » calme quelque peu le jeu. Sans être une ballade, ce titre est de toute beauté avec une belle part laissée à la guitare acoustique dont les accords occupent carrément l’ossature du morceau. Là encore, l’ombre de Vince Neil plane sur le chant de Mister Berg qui se fait un poil plus intimiste que sur le reste de l’album.

Les morceaux candides, puissants et accrocheurs s’enchaînent les uns les autres : « Don't Care 'Bout Your Bad Behaviour », le riff « swingant » de « Remove My Brain » … et ce « Speed It Out » au refrain aussi chantant que celui de « Nervous Breakdown » ? Il y a aussi « Take 'Em All Out » et son chant dynamique scandé sur les riffs. Bref, on arrive au bout du skeud sans s’en apercevoir et on se dit qu’il doit s’être passé un truc pour que, quand on re-écoute l’album on se rende compte qu’on se souvient encore de tous les titres jusqu’au dernier. Moi, j’appelle ça un disque « accrocheur », celui qui ne quitte pas d’une semelle votre baladeur pendant une période, celui dont on a envie de balancer le promo tout pourri pour s’acheter le vrai CD. Un disque qui ne brille pas par son originalité mais qui vous reste dans le crâne, qui s’écoute sans arrêt sous la douche, en voiture, au boulot, en dormant … sans compter que le son est nickel, la chose ayant été peaufinée chez les potes d’IN FLAMES (ben oui, les 2 groupes sont de Göteborg). Dingue comme la communauté metal s’entraide là-bas, même quand la notoriété est là.

Premier opus du combo à sortir chez le puissant Nuclear Blast (le précédent était sorti chez Gain Records), "Beg For It" va rassurer sans problème les aficionados de nos tatoués. Avec une identité foncièrement plus metal qu’un BACKYARD BABIES, HARDCORE SUPERSTAR reste une valeur sûre du sleeze metal au sein de ce beau pays qu’est la Suède. Rock’n Roll !

A lire aussi en HARD ROCK par POWERSYLV :


KISS
Psycho Circus (1998)
Hard rock

(+ 1 kro-express)



AC/DC
High Voltage (int) (1976)
Hard rock

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   POWERSYLV

 
  N/A



- Joakim « Jocke » Berg (chant)
- Vic Zino (guitare)
- Martin Sandvick (basse)
- Magnus « Adde » Andreasson (batterie)


1. This Worm’s For Ennio
2. Beg For It
3. Into Debauchery
4. Shades Of Grey
5. Nervous Breakdown
6. Hope For A Normal Life
7. Don't Care 'bout Your Bad Behaviour
8. Remove My Brain
9. Spit It Out
10. Illegal Fun
11. Take 'em All Out
12. Innocent Boy



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod