Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK METAL EXTREME  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Irminsul

ASMEGIN - Arv (2008)
Par MEFISTO le 28 Avril 2009          Consultée 2731 fois

On ne se cachera pas la tête dans le sable : dès qu’on aperçoit la pochette de "Arv", on s’attend à une tonne de trucs. Une photo d’un paysage extérieur inondé comme ça ne peut cacher que des mélodies sublimes qui empestent la terre, le bois et la bière. On s’attend à un retour dans le passé, à une célébration de la nature (thème principal des formations Folk), à un tableau où le vert, le brun, le jaune et le bleu sont prédominants, on s’attend à beaucoup. Comme toujours.

Si vous êtes du genre impatient, habitués à vous farcir les œuvres de vos groupes préférés tous les deux ans, ASMEGIN a dû vous faire jurer solide. Pas très fertiles, les Vikings originaires de Jevnaker n’ont fécondé que deux albums en dix ans, dont "Arv" ("Heritage"), paru à la fin 2008. Leur premier opus, "Hin Vordende Sod & So", avait été un émerveillement titanesque à sa sortie, en 2003. De là les attentes élevées envers un groupe original et fouilleur de résonnances traditionnelles. Plus de cinq ans plus tard, les Norvégiens reprennent le collier avec inspiration, fort d’un long répit au cours duquel Raymond Hakenrud et Marius Olaussen ont pu donner du temps à leur side-project Black/Prog, LINGUA MORTUA.

L’attente en valait la peine, car on tient entre ses griffes un très bon skeud de huit titres d’une durée de 42 minutes, dont peu sont gaspillées. Enfin, si on kiffe les variations constantes de tempo, l’osmose succulente que produisent le violon, l’orgue et l’accordéon, telle un souffle de vent d’automne ou une brise estivale qui chatouille les nénuphars… Si on kiffe la voix de bête enragée du chef de clan condamné à hurler les exploits de ses ancêtres, les ardeurs grandioses de la peau tambourinée et des guitares incisives au courroux constamment pondéré par une Amazone aux cordes claires. Si vous raffolez de cette potion goûtée sur "Hin Vordende Sod & So", "Arv" est un incontournable.

On pourra peut-être houspiller ASMEGIN pour son manque de clarté quant au « scénario » de l’album. Un titre comme "Heritage" peut signifier 2000 choses, comme un livre de contes peut contenir 2000 fables et légendes. Les puristes devront donc laisser leurs oreilles prendre le dessus sur leur raison afin d’être habilement guidés sur ces huit plages arrosées de perles.

"The Devil's Milk Pail" jette les bases de ce qui sera une excellente recette pratiquement d’un bout à l’autre, avec ses chœurs sortis des âges lointains, une basse bien groovy et sa ligne de violon. Ce violon de Karolin Broosch interviendra d’ailleurs dans plusieurs contextes : tantôt vaporeux, tantôt nerveux, il se fond dans le brouillard d’ASMEGIN en le tranchant à quelques reprises ("Heartburning"). "The General And The Trollhare" met l’accordéon sous les projecteurs et redirige déjà notre soif de surprises, juste avant que la pièce-titre nous enfonce la première flèche avec son riche air guerrier, qui se termine sur un court tour de chant d’Anne Marie Hveding, montant dans les aigus pas à peu près... Y’a pas à dire, les femmes sont d’une grande utilité sur "Arv", leur jeu contrebalance la virilité des poilus.

"Bereavement" se charge quant à elle de la dose « atmosphérique » de l’album, avec son climat poisseux et pluvial d’où s’échappent de légers échos enjôleurs. "The Apparition" et son pianotement mystérieux nous fait croire aux fantômes, mais devient lassant vers la fin, alors que "Pompously, Proudly In The Sun Of Jokum" et sa trame douce et planante, préparent l’auditeur au réel test offert par "Arv", soit la pièce de clôture.

"A Boggy Mylne" est épique, lourde, menée de main de maître par l’orgue et les gargouillis de mellotron de Lars Fredrik Froislie. Elle dépeint avec justesse le sentiment de grandeur et d’immensité qui nous traverse dès que nos yeux effleurent la pochette. Neuf minutes de pur bonheur rehaussées par un pont de basse monstrueuse, oui une fois de plus cette basse qui tapisse la majorité des titres de "Arv" sans se gêner.

"Arv" n’est pas simplement un autre disque de Folk norvégien, il peut aspirer à son identité propre sans se noyer dans les méandres du clonage. Faible un brin du côté de la consistance et du potentiel « culte », il marquera toutefois l’enclume du palais le plus fin.

*Morceaux à écouter en boucle : "The Devil's Milk Pail", "Arv" et "A Boggy Mylne"
*Morceaux qui déculottent : "Heartburning", "Bereavement" et "Pompously, Proudly In The Sun Of Jokum"

A lire aussi en FOLK METAL EXTREME par MEFISTO :


CRIMFALL
Amain (2017)
Jolie Finlande




WILDERUN
Sleep At The Edge Of The Earth (2015)
Jolie escapade à travers les nuages


Marquez et partagez




 
   MEFISTO

 
   DENKO
   VOLTHORD

 
   (3 chroniques)



- Erik Fossan Rasmussen (voix, batterie)
- Raymond Hakenrud (guitare, basse, voix)
- Marius Olaussen (guitare, basse, mandoline, accordéon)
- Lars Fredrik Froislie (orgue, piano, mellotron)
- Musiciens Invités
- Martin Nordrum Kneppen (batterie)
- Gunhild Hovden Kvangarsnes (voix)
- Anne Marie Hveding (voix)
- Karolin Broosch (violon)


1. Fandens Mælkebøtte (the Devil's Milk Pail)
2. Hiertebrand (heartburning)
3. Generalen Og Troldharen (the General And The Troll
4. Arv (heritage)
5. Yndifall (bereavement)
6. Gengangeren (the Apparition)
7. Prunkende, Stolt I Jokumsol (pompously, Proudly In
8. En Myrmylne (a Boggy Mylne)



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod