Recherche avancée       Liste groupes



      
DOOM ATMOSPHÉRIQUE/FOLK  |  STUDIO

Commentaires (5)
Questions / Réponses (1 / 2)
Lexique doom metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : The Flight Of Sleipnir , Gallowbraid

AGALLOCH - The Mantle (2002)
Par VOLTHORD le 12 Mai 2009          Consultée 5223 fois

Le voilà, ce moment attendu.

Ce moment où AGALLOCH cristallise ses paysages, les trempe dans un aquilon satiné alors que dans l’album précédent, il nous avait enfoncé dans une terre mouvante (fertile pourtant), dans un décor prenant les teintes d’un folklore pâle, mais ô combien riche. "The Mantle" se pare de volutes célestes, se déguise sous un air de fraîcheur, de renouveau. Un brouillard aux carnations vaguement spleenétiques, facilitant la plus immatérielle des évasions… Peut-être pour qu’au final tout se change en amertume, se charge de mercure alors que le grain se changera en cendres (Ashes Against The Grain).

"The Mantle" est un album qui se fait attendre.
Il brode ses formes sur la longueur, synthétisant la pesanteur du doom, la candeur du folk, l’agonie du black, y ajoute désormais des nuances de post-rock, et laisse éclore une musique suant les plaines embrumées, vides, là où quelques rayons de lumière supérieurs redonnant vie à un paysage qu’on aurait cru mort.

Le chant râpeux de John Haughm garde ses mystères comme un atout diabolique. Les chuchotements rajouteront à la mystique de l’album. L’alternance plus fréquente avec un chant évanescent (un peu monocorde par ailleurs) me laissera créer un lien peut-être futile avec les premiers KATATONIA. A vrai dire, la forme change peu, le fond lui, ne semble plus si varié. "The Mantle" va dans le sens du vent. Qui souffle des arpèges diffus, qui se font l’atout et l’imperfection de l’album. Le traitement des mélodies devient plus fébrile, on a parfois l’impression que dans ses longs moments de guitare sèches ou épurées de leurs disto, AGALLOCH ne pense plus que dans un sens.

Évidemment, tôt ou tard revient un piano déchirant ou un riff rythmique provocant. Mais souvent, cela arrivera un peu trop tard. Les tourments d’AGALLOCH me semblent ici moins parfaits.

De la terre jusqu’au ciel, la transition me paraît moins éloquente que cette sublime apparition que le quatuor américain nous a asséné avec Pale Folklore. "The Mantle" est moins hypnotique, peut-être un peu moins « varié » aussi… mais foutredieu, qu’est ce que ça peut vouloir dire….

Les amoureux de la galette seront bien évidemment là pour contester.
En attendant, je pourrais bien qualifier "The Mantle" d’album mineur dans la discographie d’AGALLOCH… mais son élan vers la perfection, sa détermination de créer à nouveau un univers si riche, si dense et si distinctif me prouveront sans doute que j’ai tort. A l’instar de PRIMORDIAL, il semblerait qu’AGALLOCH soit rapidement devenu intouchable.

Un album tout simplement différent que chacun interprétera à sa guise. Vous devrez pour le moment vous contentez d’une note que j’aurais préféré ne pas mettre du tout. Peut-être que "The Mantle" s’imposera mieux avec le temps ?

A lire aussi en DOOM METAL par VOLTHORD :


DRACONIAN
Sovran (2015)
Ton cœur qui fait "doom doom"




DARKFLIGHT
Distant Pain (2007)
La douleur et l'imaginaire


Marquez et partagez




 
   VOLTHORD

 
   BIONIC2802

 
   (2 chroniques)



- Haughm (guitare,chant,batterie)
- Anderson (guitare,piano)
- J. Williams W (basse)


1. A Celebration For The Death Of Man ...
2. In The Shadow Of Our Pale Companion
3. Odal
4. I Am The Wooden Doors
5. The Lodge
6. You Were But A Ghost In My Arms
7. The Hawthorne Passage
8. ... And The Great Cold Death Of The Earth
9. A Desolation Song



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod