Recherche avancée       Liste groupes



      
METALCORE  |  STUDIO

Lexique neo metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

 Myspace Du Groupe (221)
 Site Officiel Du Groupe (220)

STILL REMAINS - Of Love And Lunacy (2005)
Par FENRYL le 1er Juin 2009          Consultée 1288 fois

Et devinez quoi ? Un an après avoir été signé par la major Roadrunner Records, STILL REMAINS tient ENFIN, serait-on tenté de dire, son premier véritable album ! Terminés les E.P, le groupe se voit enfin offrir la possibilité de faire étalage du talent entraperçu au travers des écoutes des précédentes livraisons... Il s'agit donc désormais de ne pas se rater, l'occasion est trop belle pour la manquer... On remarquera au passage, pour terminer ce préambule, que cette percée dans le monde du L.P est marquée par une modification conséquente du line-up du groupe...

Première constatation: on retrouve deux morceaux, « Recovery » et « I can revive him with my own hands », déjà découverts sur l'E.P précédent... Si vous avez déjà jeté un oeil sur ma kro précédente, ces deux tracks avaient attiré mon attention en proposant une évolution plus « commercial » du groupe en faisant apparaître des chants clairs... Et bien, le médium que je ne suis pas à eu le nez fin... « Of love and Lunacy » n'est finalement que l'évolution logique de ce que l'on avait pu entendre précédemment...
Seconde constatation: le prod' gagne en netteté, au détriment de ce son si cru qui avait su attirer mon attention sur les premiers E.P. La voix de T.J Miller se veut sérieuse, alternant avec cette relative facilité des passages grognés/hurlés (pas growlés) à la façon « glaviot au fond de la gorge » dont je suis plutôt client et chant clair désormais plus que gentillet (« To live and die by fire »). C'est assurément ce genre d'aspect mélodie sur lequel les groupes de metalcore se font défoncer très (trop ?) souvent.

Et pourtant, « The worst is yet to come » et « White walls » (*) constituent des morceaux franchement réussis. Le premier, ambiancé et au refrain entêtant est d'une efficacité surprenante tandis que le second constitue le single le plus connu du combo de Grand Rapids. Dans les deux cas, on retrouve un riff relativement simpliste et une sensation d'énergie qui s'en dégage.
« Kelsey » est ainsi une autre réussite de cet album: rageur, hargneux, tout comme le chant de Miller (sympa le break sur la fin durant lequel sa voix devient caverneuse à outrance !).
On découvre des morceaux un poil bancal, hésitant entre débauche d'énergie et calme relatif (« Cherished »), cherchant désespérément un camp (« Stare and woner »).
On retrouve également l'interlude instrumental (« With what you have »), un titre au clavier, interlude lugubre et mélodieux à la fois. Une pause absolue.
Malheureusement, l'homogénéité n'est plus trop de rigueur désormais: « In place of hope », correspond au genre de titre vide, trop facile, qui fait basculer le groupe dans la médiocrité et qui l'expose aux diatribes de la critique acerbe anti-metalcore...

STILL REMAINS commence à se faire connaître et se produit en Europe en même temps que TRIVIUM, 3 INCHES OF BLOOD puis BFMV, AIDEN...
« Of Hope and Lunacy », ce premier et finalement presque inespéré premier album de nos lascars s'achève sur un sentiment de « Bitter End », une fin amère... Tout ce que l'on attendait de ce groupe (un talent entraperçu quelques années plus tôt) n'a semble-t-il pas pu s'exprimer totalement, suite à des contraintes de marché (on l'imagine) et une maîtrise de la production de A à Z, laissant au placard en quelque sorte toute la fougue de nos jeunes « guerriers ».
Je l'aurai attendu cette première « véritable » galette... Il n'en demeure pas moins un disque fréquentable, pour peu que l'on soit ouvert d'esprit et peu regardant sur l'aspect extrême d'un groupe...

To be continued...

Verdict: 2,5/5.

Top: « To live and die by fire », « Kesey », « The worst is yet to come », « Blossom, the witch ».

(*) Tous deux single de cet album...

A lire aussi en NEO METAL par FENRYL :


SLIPKNOT
Disasterpieces (2002)
Concert surpuissant pour fans de l'hydre à 9 têtes




DEFTONES
Koi No Yokan (2012)
Nouvelle merveille de Sacramento...


Marquez et partagez




 
   FENRYL

 
  N/A



- T.j Miller (chant)
- Jordan Whelan (guitare)
- Mick Church (guitare)
- Evan Willey (basse)
- A.j Barette (batterie)
- Zach Roth (claviers)


1. To Live And Die By Fire
2. The Worst Is Yet To Come
3. In Place Of Hope
4. White Walls
5. Bliss
6. Cherished
7. With What You Have
8. Kelsey
9. Recovery
10. I Can Revive Him With My Own Hands
11. Stare And Wonder
12. Blossom, The Witch



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod