Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK  |  STUDIO

Commentaires (1)
Questions / Réponses (1 / 0)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Waylander
- Membre : Cellar Darling

ELUVEITIE - Evocation I : The Arcane Dominion (2009)
Par VOLTHORD le 12 Avril 2009          Consultée 5629 fois

Une petite année après un "Slania" bien affirmé dans sa suédophilie Death Metallique, ELUVEITIE surprend en se dirigeant vers l’exercice du "tout-folklorique". Surprend ? Oui, du moins, dans un premier temps. Effectivement, que le groupe se rapproche aujourd’hui plus de HAGALAZ RUNEDANCE, OMNIA ou FAUN (pour ne citer que ce qui me paraît le plus évident) que d’IN FLAMES, ça fait un peu contre-emploi avec le virage pris sur "Slania" !

Mais dans un second temps, et dans tous les temps suivants, la démonstration apparaît comme logique, et petit à petit, même un peu frustrante.
Car ELUVEITIE a beau faire sans la disto, il reste toujours ce fond électrique dans l’air.
Peut-être finalement trop, car même si les suisses débranchent la disto, ils gardent des gimmicks metalliques, qui ici s’imposent comme de sales manies qui nous font un peu baver alors qu’on se met à fantasmer une disto et des passages plus sévères et bourrins.
Le titre éponyme est un bon exemple de la chose : la batterie est d’abord mise en retrait, puis Chrigel beugle un coup (ce qui, vous pourrez le deviner, sera bien rare dans cet album). On a envie de headbanger mais on se retrouve juste avec une mélodie certes excellente mais qui aurait été tellement plus pertinente si elle avait été soutenue par plus de puissance (métallique ou autre !), ou mise dans un contexte simplement plus dense. Même les voix féminines allant et venant, les nombreux bruitages et les entremêlements d’instruments semblent vraiment s’intégrer dans un morceau d’ELUVEITIE classique auquel il manquerait les 50% de modernité. Ça devient encore plus flagrant sur "The Caldron of Renascence", qui ne peut être à mon avis imaginé qu'avec des guitares, qui rendraient l’air folklorique des plus accrocheurs. Dans le contexte de cet album, ce n’est encore qu’un semi-morceau auquel il manque une structure forte.

Le véritable problème, c’est que les morceaux lents, sous formes de longs instrumentaux au mysticisme certes, prenant, mais manquant encore d'emphase, séparent clairement l’album entre les très bons morceaux ("Brictom", "Omnos", "Voveso In Mori", peut-être même "Gobanno" et "Ne Regv Na"), les autres frustrants (les deux cités en haut par exemple), et ceux-là qui jouent dans un registre folk trad’ un tantinet trop basiques, parfois avec trop peu de détermination ("Within The Grove", "Dessumiis Luge", "Memento"…). Et lorsqu'on voit que de nombreux invités, de Oliver S.Tyr de FAUN à l'éminent chanteur de PRIMORDIAL A.A Nemtheanga (qu'on reconnaît à peine) parcourent cette galette, on ne peut que persister dans l'idée qu'ELUVEITIE n'est pas allé au bout de son geste.

Alors comme on dira, ce n’est qu’un album de trad’ sans prétention, alors ne soyons pas méchant blabla… Mais pour moi un groupe comme ELUVEITIE, il doit en avoir, de la prétention, il doit franchir les barrières, balancer des albums qui auront de quoi mépriser toutes les générations suivantes ! Et quand on entend certains morceaux de cet album, on ne peut que regretter qu’ils n’aient pas été appuyés par des structures fortes, qu’on y ait pas ajoutés une bonne grosse disto et un chant death qui auraient pu être déterminants.

Dommage finalement de trouver un album trop Death d’un côté ("Slania"), avec pas assez de chant féminin et des mélodies folk pas folichonnes, et de l’autre un album de folk avec plein de chant féminin (et quel superbe chant !), parfois de très bonnes mélodies folk, mais bien souvent seulement des idées en l’air qui parcourent le tronc commun du Pagan Folk.

Ralliez les deux et ajoutez les étincelles de "Spirit", et là, on se rapprocherait de ce grand fantasme que j’avais déjà évoqué : un album de Folk Metal avec chant féminin, passages extrêmes, refrains accrocheurs et mélodie folk bien à la ELUVEITIE, un "Slania Song" version longue, un "Omnos" version réfléchie et métallisée, entre deux une intro mystique, puis blam, un gros hymne Death Metallique… Un pur bonheur rien qu'à l'imaginer... qui nous attend peut-être très bientôt !

En attendant, je laisse un avis positif, pour la simple et bonne raison qu’il tourne en boucle depuis plus de trois semaines dans ma chaîne, et qu’en tant que grand fan de Pagan Folk celtico-germanique, aussi basique soit-il, je reste accroché à ce beau recueil de mélodies et d’ambiances du fond des âges.

PS : A ceux qui seraient tentés de me taxer assez vite en disant « oui mais toi tu aimes le Metal, là c’est un album de Folk blablabla », je leur conseille de jeter un œil sur mes chroniques de "Urminnes Hävd" de MAANEGARM et "Nackt" de SUBWAY TO SALLY, qui sont de bien meilleurs exemples de virages Folk.

A lire aussi en DIVERS par VOLTHORD :


ULTRA VOMIT
Objectif: Thunes (2008)
Les "FATALS PICARDS du Metal", ça fait insultant?

(+ 4 kros-express)



SOPOR AETERNUS
Les Fleurs Du Mal (2007)
Gaieté et mélancolie se font la cour


Marquez et partagez




 
   VOLTHORD

 
   FENRYL

 
   (2 chroniques)



- Sevan Kirder (flûtes, gaita, choeurs)
- Merlin Sutter (percus, batterie)
- Siméon Koch (guitare, choeurs)
- Meri Tadic (violon, chant)
- Rafi Kirder (basse, choeurs)
- Sarah Kiener (vielle, zugerörgeli etc...)
- Ivo Henzi (guitares)
- Chrigel Glanzmann (vocaux, mandoline)
- A.a. Nemtheanga (chant - guest -)
- Fredy Schnyder (percus - guest -)
- Oliver S. Tyr (luth -guest-)


1. Sacrapos - At First Glance
2. Brictom
3. A Girls Oath
4. The Arcane Dominion)
5. Within The Grove
6. The Cauldron Of Renascence
7. Nata
8. Omnos
9. Carnutian Forest
10. Dessumiis Luge
11. Gobanno
12. Voveso In Mori
13. Memento
14. Ne Regv Na
15. Sacrapos - The Disparaging Last Gaze



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod