Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY PROG  |  STUDIO

Commentaires (2)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

1999 Signs
 

- Membre : Almanac

MIND ODYSSEY - Signs (1999)
Par JEREMY le 6 Septembre 2008          Consultée 1971 fois

Signs est le quatrième et dernier album des Allemands de MIND ODYSSEY. La formation berlinoise a splitté peu de temps après la sortie de cet opus, et leur guitariste vedette, le Biélorusse Victor Smolski, en a profité pour se faire recruter par un autre groupe teuton de renommée internationale : RAGE. Cerise sur le gâteau, ce même guitariste a également joué avec les Russes de KIPELOV, qui ne sont autres que les membres du légendaire groupe de Heavy ARIA, cultissime en Europe de l'est. Le CV de ce guitariste est donc plus qu'impressionnant, et cela se comprend à l'écoute de cet album qu'il porte à bout de bras tant sa performance est époustouflante. Explications.

MIND ODYSSEY se présente comme un groupe de metal progressif. En réalité, les touches prog’ sur ce disque sont relativement minces. Hormis la structure de quelques morceaux ("Slaves of the Desert", "Signs"), l’allure générale de l’album est plutôt heavy metal. Du heavy metal riche et varié, c’est vrai, mais du heavy metal quand même. Avec des riffs tueurs, des soli déjantés et des refrains à reprendre en choeur. « Men of no Return » est un véritable hit, « Golden Age », dans le même esprit, tire son épingle du jeu grâce au chant de Mario LeMole dont les lignes vocales sont à couper le souffle. Globalement, le niveau des musiciens est élevé. Pas de surprise : c'est une habitude chez les combos germaniques.

Difficile de citer des groupes similaires à MIND ODYSSEY. Il y en a à la fois trop et trop peu. Même s’ils jouent du heavy, leur musique n’a rien à voir avec du IRON MAIDEN ou du JUDAS PRIEST. Encore moins avec ACCEPT, bien qu’ils partagent le même drapeau sur leurs cartes d’identité. En réalité, le groupe qui me fait le plus penser à MIND ODYSSEY, c’est tout simplement ARIA, la formation russe dont je parlais un peu plus haut dans cette chronique. Ils partagent une fraîcheur rare dans le heavy grâce à cette propension qu'ont les guitares à prendre de l'altitude, à aérer les morceaux avec des ponts et des soli variés.

L’album tient en haleine. A part "Born Bastards", boucherie heavy ultra linéaire emmenée par une cavalcade de riffs et un refrain simplet, les titres sont de très bonne qualité. Avec "Welcome Demon", l’intensité est à son paroxysme. Titre assez prog’ dans l’esprit, avec de nombreux changements de rythme, un jeu de guitare alternant subtilités et gros riffs, et des claviers pour une fois bien utilisés, cette pièce est sûrement l’une de mes préférées du disque. Finalement, au niveau de la composition, le seul véritable défaut relève d'un manque d'atmosphère, d'ambiance, d'âme. On pourrait très bien mélanger les morceaux et les réécouter dans le désordre, rien ne changerait sur l'appréciation de l'album. Et c'est là, la véritable différence entre ARIA et MIND ODYSSEY : là où le premier est imparable émotionnellement, le second est complètement à côté de la plaque.

Néanmoins le dosage entre subtilités progressives et bourrinages heavy est réussi. Les morceaux s’enchaînent sans accroc, tantôt avec des titres heavy facilement mémorisables ("Men of no Return", "Golden Age"), tantôt avec des pistes plus longues et plus complexes ("In The Picture", "Slaves of the Desert", "Welcome Demon"). Et si l’album s’était clôturé sur la magnifique power-ballade "Signs", il aurait sûrement bénéficié d’une étoile de plus. Malheureusement le dernier morceau, "The Liar" est un gros raté. Les claviers sonnent plus kitsh que jamais, on se croirait dans un tube disco des années 80 tant le son a mal vieilli. La production n'est globalement pas très moderne : pour un album sorti en 1999, on lui donne facilement cinq ans de plus.

Sa richesse et sa variété font de Signs un album plaisant, facilement écoutable et assimilable. Il sera même considéré comme une véritable réussite par ceux qui recherchent l'aspect mélodique du heavy metal, tant les lignes de chants et les riffs de guitare sont travaillés. Mais les personnes pour qui la palette émotionnelle est primordiale risquent de rester sur leur faim.

A lire aussi en HEAVY METAL par JEREMY :


ANKHARA
Sombras Del Pasado (2003)
Heavy prog




BLACK MAJESTY
Silent Company (2005)
Heavy mixant maiden, queensryche et blind guardian


Marquez et partagez




 
   JEREMY

 
  N/A



- Mario Le Mole (chant)
- Victor Smolski (guitares)
- Jan Michael Keller (basse)
- Andreas Dirksmeier (claviers)
- Volker Schultz (batterie)


1. Fountain Of Music
2. Men Of No Return
3. Golden Age
4. In The Picture
5. Slaves Of The Desert
6. Born Bastards
7. Welcome Demon
8. Signs
9. The Liar



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod