Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


STONERIDER - Three Legs Of Trouble (2008)
Par THE MARGINAL le 28 Mai 2008          Consultée 2251 fois

C'était mieux avant. Voilà une formule qui revient régulièrement sur le tapis lorsqu'on évoque la musique, le cinéma, la littérature, la sculpture, la peinture, ou même le sport. En ce qui concerne la musique, puisque c'est le thème principal sur ce site, on constate qu'à l'heure actuelle, de très nombreux jeunes groupes et artistes solo avouent ouvertement leur passion pour les artistes des décennies précédentes. D'un côté, certains se cantonnent à reprendre de vieux hits (il suffit simplement de voir quelques minutes les émissions de télé pour s'en apercevoir). De l'autre, il y en a qui, à défaut de révolutionner la musique, retournent aux sources, mais s'efforcent toutefois d'écrire leurs propres compositions.

Il va sans dire que c'est cette seconde catégorie qui intéresse le plus. Hors du giron hard/metal, on peut citer les chanteuses Amy Winehouse et Duffy (qui n'ont rien à voir avec l'album chroniqué ici, je vous l'accorde). En ce qui concerne le hard rock et le heavy metal, on observe ce genre de phénomène depuis pas mal d'années maintenant. On a vu apparaître pléthore de combos ayant œuvré dans le revival hard rock 70's, sleaze 80's, heavy/speed 80's, etc... Le groupe qui nous intéresse dans le cadre de cette chronique, Stonerider, aurait plutôt tendance à donner dans le revival 70's. D'ailleurs, c'est la première impression qu'il laisse via la pochette de son 1er album intitulé "Three legs of trouble"(à titre anecdotique, celle-ci m'a fait penser à celle de l'album éponyme de Black Stone Cherry, paru en 2006).

Signé chez Trustkill Records, Stonerider publie son premier opus en 2008 et celui-ci bénéficie déjà d'assez bonnes critiques. Musicalement, le revival 70's est bien présent. Le quartette américain ne révolutionne donc pas la style musical dans lequel il officie, mais combine assez bien les influences de Led Zeppelin, AC/DC, les Black Crowes, Buckcherry et du rock sudiste, sur lesquelles il s'est fait les dents.

Ce premier disque sonne de manière très roots, il n'y a pas la moindre trace d'influence plus ou moins dans l'air du temps. Stonerider se débrouille assez bien dans sa tâche, comme l'attestent "Rush hour, baby", une compo rythmée, très roots, jouée sans complexe, sur le fil du rasoir, le mid-tempo "Back from the dead", typiquement 70's, "Ramble down", tout en feeling et sur lequel les guitares fusent de toutes parts, le groovy "Bite my tongue" sur lequel on perçoit quelques clins d'œil funkysants, ou encore les accrocheurs et catchys "Juice man", qui pourrait être le hit du groupe tant il fait taper du pied, et "Wild child" avec son refrain extraordinaire, imparable, contagieux (au point de rester ancré dans les esprits). Ces titres sont ceux qui attirent le plus l'attention de l'auditeur.

Par ailleurs, à titre anecdotique, on mentionnera la présence de la célèbre cover de Nazareth "Hair of the dog", plutôt ordinaire, sans éclat. Elle n'est ni excellente, ni désagréable, voilà ce qu'on peut en dire.

En ce qui concerne les autres, titres de l'album, il n'y a pas grand chose à en dire. Ils rentrent dans le moule et ne sortent pas de l'ordinaire, ne captent pas suffisamment l'attention pour qu'on en parle. Tout au plus, on peut dire que les titres en question ne tirent pas l'album vers le haut.

Au final, ce premier opus de Stonerider est bien fait, bien produit. Bien sûr, il ne révolutionne rien, mais l'ensemble reste assez convaincant en dépit de quelques défauts ici et là. Ceci dit, l'essentiel est sauf: l'album a suffisamment de compos qui tiennent la route, les vocaux sont chaleureux, juste comme il faut, les guitares sont bien mises en évidence (notamment la complémentarité des 2 gratteux). L'ensemble sonne de façon cohérente, authentique, roots. Même si on est en terrain connu, ça le fait car le disque se révèle assez accrocheur. Si Stonerider parvient à gommer les quelques petits défauts qu'il a, il aura à l'avenir de grandes chances de franchir un pallier et devenir un sérieux client en matière de hard rock roots.

Note: 3,5/5

A lire aussi en HARD ROCK par THE MARGINAL :


FLIES ON FIRE
Outside Looking Inside (1991)
Hard rock




VAIN
On The Line (2005)
Le come-back surprise de l'année 2005


Marquez et partagez




 
   THE MARGINAL

 
  N/A



- Matt Tanner (chant, guitare)
- Neil Warren (staxxx)
- Champ Champagne (basse)
- Jason Krutzky (batterie)


1. Rush Hour, Baby
2. Back From The Dead
3. Ramble Down
4. Juice Man
5. Wild Child
6. Bad Lovin Never Felt So Good
7. Hair Of The Dog
8. Bite My Tongue
9. Breakout
10. Shut My Mouth



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod