Recherche avancée       Liste groupes



      
POST-HARDCORE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 



KEHLVIN - The Mountain Daylight Time (2006)
Par VIVI le 26 Juin 2008          Consultée 2363 fois

Alors que le postcore est un mouvement récent et en pleine ébullition, il est déjà devenu sclérosé et en proie à une saturation massive. Un embourbement imputable à une conception limitée d’un style qui joue principalement sur les structures. Il devient donc difficile pour les nouveaux arrivants de ne pas tomber dans le panneau, se laissant porter par des influences faciles, qui commencent elles-mêmes à s’essouffler (sic). ISIS avec In The Absence Of Truth, notamment, a complètement raté sa recherche d’équilibre entre les passages épiques et les mutations aériennes. Et lorsque les maîtres perdent de leur superbe, il faut compter sur les élèves. Et en 2006, la leçon vint de Kehlvin avec leur premier effort The Mountain Daylight Time.

Un effort louable sur des tonnes de points, qui réussit partout là où le dernier bébé de ISIS a complètement échoué. Si l’écho de cette influence reste palpable, elle est cependant suffisamment en retrait pour ne pas diluer la sauce. Ces jeunes suisses ont privilégié un son rugueux et abrasif, constituant un caractère ombrageux se rapprochant plus d’un CULT OF LUNA première période. Et quand on connaît l’amour que je porte à cette période des suédois, j’ai vite assimilé The Mountain Of The Daylight Time.

Les aspérités du hardcore ne sont pas oubliés, mêlés à l’abrasivité d’une voix écorchée et d’une production qui sait conserver du grain. Les moments de bravoure ne manquent pas, à l’instar du rouleau compresseur « Fat Freddy » ou de la schizophrénie de « How To Lie With Maps » qui est la synthèse de tout l’album. On avance sur un terrain miné, rongé par les plaies d’une guerre, symbolisée par une introduction destructrice où la batterie et les guitares s’érigent en un seul bloc, une voix qui psalmodie toute sa rage laissant percevoir des stigmates d’une rare violence, jusqu’à une profonde rupture de ton, où de multiples samples et le chant clair prennent le relais. Des îlots d’herbes vertes et grasses repoussent, un petit cours d’eau serpente au milieu des blessures, apaisant les douleurs enflammées.
C’est de la naissance de cet alliage que se construit l’album, dont découle une grande homogénéité. Du rock au hardcore, en passant par l’électro, et ce jusqu’au post rock, les influences se révèlent solides, et le son granuleux embellit judicieusement les compositions. Les passages aériens font mouche et se fondent particulièrement bien au reste. Le mélange se révèle dissonant, menaçant, et parfois à la limite du psychotique, un peu comme si EXPLOSIONS IN THE SKY s’était shooté au mercure.

Et c’est cet art du dosage qui donne à KEHLVIN une réelle envergure dans une scène qui patine de plus en plus. Il est difficile de prévoir le futur dont jouira le groupe tant ils sont (trop) nombreux aujourd’hui, mais l’énergie dégagée par la galette préfigure un réel espoir qu’on n’a pas envie de voir mourir dans l’œuf. Le prochain album donnera plus de réponses, mais à l’instant présent, The Mountain Daylight Time remplit un bien joli contrat, profitons-en !

A lire aussi en POST-HARDCORE par VIVI :


ROSETTA
The Galilean Satellites (2005)
Postcore biberoné à Neurosis et Isis... Géant!




CALLISTO
Noir (2006)
Post-core brillant et sensible.


Marquez et partagez




 
   VIVI

 
  N/A



Non disponible


1. Albatross
2. John Lemon
3. How To Lie With Maps
4. Band Over
5. Frankenstein Bis
6. Fat Freddy
7. Moksa
8. The Mountain Daylight Time
9. Red Diesel Revolver
10. 1 Cabeza/2 Brazos



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod