Recherche avancée       Liste groupes



      
DARK METAL  |  STUDIO

Commentaires (1)
Questions / Réponses (3 / 4)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

2007 Deadlight
 

- Style + Membre : Wolfheart

BEFORE THE DAWN - Deadlight (2007)
Par ORPHANAGE le 20 Mai 2008          Consultée 3490 fois

On n’y peut rien, c’est comme ça. Le Metal nous fait vibrer, malgré l’impasse artistique dans laquelle il semble se trouver depuis quelques années. Loin de moi l’idée de blâmer une scène féconde et réellement artistique, où se côtoient tous les sentiments et où s’entremêlent des centaines de cultures. Pourtant, malgré les efforts de quelques formations, les grandes lignes sont tracées depuis longtemps, et les outrepasser se fait souvent au détriment de la musicalité ou de l’émotion spontanée du musicien. Il faut bien le dire : ce qui a déjà été fait, on peut le refaire vaguement à sa sauce, et comme on se retrouve dans les lignes techniques déjà établies, on peut s’exprimer avec une grande puissance évocatrice et viscérale. Au lieu de balbutier dans l’innovation, certes nécessaire, mais risquée (ce qui ne veut pas dire qu’aucun groupe n’est jamais parvenu à être convaincant à la fois sur le plan de l’émotion et de l’inventivité).

J’introduis ma chronique ainsi parce que BEFORE THE DAWN n’a à l’évidence rien de franchement nouveau. De toute façon, pour une oreille extérieure, dans le Metal, tout se ressemble. On aura beau expliquer que GOJIRA est unique en son genre, il ne s’agit ni plus ni moins que d’un traitement différent d’une grande ligne directrice, soit la saturation de la guitare et la violence du chant. Je ne suis pas en train de dire que BEFORE THE DAWN ressemble à GOJIRA bien sûr, ni que l’inventivité des Finlandais égale celle de notre mascotte française. Je veux dire que BEFORE THE DAWN, s’il met dans son chaudron une bonne mixture Death Mélodique et de forts assaisonnements Dark/Goth, c'est-à-dire des genres déjà connus et interprétés des milliers de fois, a pourtant, au-delà du son, dans les sphères abstraites du ressenti, quelque chose de personnel. C’est certain. La preuve de sa valeur, c’est le développement qu’on en fait au fil des écoutes. Des premières jetées d’oreilles moyennement surprises, jusqu’à l’affinement d’appréciation du sens mélodique qui s’achève sur une adhésion totale voire sur une dépendance.
Ahurissant sur « Fear Me » ou « Morning Sun », le sens du riff redonne foi en une scène Metal qui semble se mordre la queue : c’est sensationnel. Les soli sont somptueux et évoquent parfois OPETH ou KATATONIA, ou un Death Mélodique plus traditionnel toujours empreint d’une sensibilité Gothique et Dark. Le Metal de BEFORE THE DAWN est sombre et raffiné, parfois hymnique mais jamais vulgaire. La subtilité mélodique de « Deadsong » est proprement époustouflante, des couplets en voix claire plaintive de velours jusqu’au refrain fédérateur auquel je donne maximum trois écoutes pour vous hanter. « Deadlights » se présente décidément comme un album terriblement racé et puissant, composé avec une rigueur technique qui n’a pas empêché l’expression de la sensibilité. Il est indispensable de passer le cap de la première écoute pour s’en rendre compte, c’est impossible autrement, en dépit de l’évidente efficacité. Sous des apparats assez simples, les orchestrations sont très belles et n’en font jamais trop (« Eternal »), le chant féminin sur « Star Of Fire » apporte même à la chanson une dimension fédératrice qu’il n’aurait pas eue sans.
L’album se termine sur un titre plus lent et atmosphérique, « … », assez clairement gothique, dont les rythmiques Doomy font découvrir une nouvelle facette de BEFORE THE DAWN qui lui sied plutôt bien et montre le talent du groupe pour les arpèges de glace et les atmosphères dramatiques.

« Deadlight » est donc un excellent album de Dark Metal, technique et fin, parfaitement mature, vraiment très accessible, et montre un BEFORE THE DAWN au sommet de sa forme après des sorties finalement juste formatrices. Oui, on aime le Metal quand il nous procure une telle délectation. Cet album est un travail senti, merveilleusement bien composé, auquel on pourrait simplement reprocher un manque d’envol de temps en temps. On aurait bien senti des envolées plus progressives et variées dans le style « The Unborn » de MORS PRINCIPIUM EST qui auraient été en adéquation avec le potentiel émotionnel et ample de l’expression sonore. Les frustrés du BODOM et les amoureux d’un Dark moderne, intense et puissant peuvent y aller les yeux fermés, et propulser au rang de coqueluche ce nouvel étalon Scandinave qui en a le potentiel visuel et musical.

A lire aussi en DEATH MELODIQUE :


DARK AGE
Dark Age (2004)
Ténors du death mélodique suédois, gare à vous !




ASGUARD
Black Fireland (2003)
Death mélodique génial, à découvrir d'urgence


Marquez et partagez




 
   ORPHANAGE

 
  N/A



- Tuomas (guitare, chant, batterie, clav)
- Lars (basse, chant)
- Juho (guitare)
- Dani (batterie)
- Joel (claviers live)


1. 01. Wrath
2. 02. Faithless
3. 03. Fear Me
4. 04. Eternal
5. 05. Morning Sun
6. 06. Deadsong
7. 07. Guardian
8. 08. Star Of Fire
9. 09. Reign Of Fire
10. 10. ...



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod