Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL GOTH / SYMPHONIQUE  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Cradle Of Filth

ATROCITY - Werk 80 Ii (2008)
Par POWERSYLV le 12 Mai 2008          Consultée 3058 fois

La carrière d'ATROCITY semblait s'être arrêtée en 2004 avec la sortie du pourtant réussi Atlantis. Il faut dire que le groupe allemand s'est la même année mué en LEAVES' EYES en incorporant en son sein la charmante Liv Kristine Espenae Krull, femme du frontman Alexander Krull pour évoluer dans le metal symphonico-épique. Peu de temps donc à consacrer au groupe "père" vu que le combo semble aujourd'hui aussi indisociable que le couple Krull lui-même qui mène dans sa barque (ou plutôt dans leur drakkar) le reste de la troupe. Pour info, le batteur s'est fait la malle et c'est aujourd'hui l'imposant Nick Barker (ex-CRADLE OF FILTH, DIMMU BORGIR et TESTAMENT) qui tient les fûts, ce qui déjà m'a fait bien sourire. Chais pas pour vous, mais Nick Barker à la batterie avec devant lui Liv Kristine qui chante sur scène, ça doit faire bizarre ... enfin bon, pourquoi pas.

Revenons à nos moutons. Preuve que l'activité LEAVES' EYES leur bouffe tout leur temps, les musiciens ont voulu redonner de la vie à ATROCITY en sombrant dans la facilité : au lieu de proposer du nouveau matériel original, les allemands ont préféré remettre le couvert en proposant une suite à l'album de covers Werk 80 sorti en 1997. Ce premier volet revisitait dans le style metal symphonique de grandes heures pop/rock/new wave des années 80 comme « Shout » (TEARS FOR FEARS), « Don't Go » (YAZOO) ou « Let's Dance » (David Bowie). Deuxième platrée donc environ 10 ans plus tard, avec une couverture où pose la pin-up Dita Von Teese, l'ex de MARILYN MANSON.

Alors que d'autres confrères ont été plutôt vaches avec ce disque, je dirais pour ma part que mon avis est assez mitigé quant au choix et à l'interprétation des titres ici présents. Ce disque m'a plutôt fait marrer par certains moments, un peu attristé à d'autres. Un mélange entre nostalgie et décalage/fendage de gueule. Si dans un premier temps l'écoute peut amuser un grand gamin comme moi, enfant des années 80 et ex-fan du Top 50 version « Salut les p'tits clous » (la seule et vraie version du Top 50 digne de ce nom d'ailleurs ... parce que les successeurs de Marc Toesca ont fait tourner l'émission en eau de boudin) en m'adonnant au célèbre jeu du « blind test », au bout d'un moment, on commence à apercevoir les limites et les failles de l'exercice. Car si l'adaptation (l'atrocitisation) de certains titres est plutôt honnête, la majorité sont plus discutables et frisent même parfois le ridicule.

Dans la première catégorie, citons le dynamique « People Are People » de DEPECHE MODE avec de bonnes guitares et un côté cyber/goth metal plutôt sympathique, « Hey Little Girl » (ICEHOUSE) et son côté héroique, grands espaces ... éventuellement la reprise du « Fade To Grey » de VISAGE où Liv Kristine s'attaque aux roucoulades habituelles en français ... et euh ... ben c'est tout en fait.

« Smalltown Boy » (BRONSKI BEAT) porte à sourire avec les mélopées de cantatrice style « pub Taureau Ailé » et un Alexander Krull un peu à la ramasse sur le refrain mais la reprise se rattrape musicalement par une bonne dynamique d'ensemble. Il faut dire que le vocaliste d'ATROCITY est loin d'être le meilleur du monde et je le préfère largement avec sa voix death metal. Le pire est atteint à ce niveau sur le « Forever Young » d'ALPHAVILLE : la version originale est magnifique mais ici, c'est carrément du massacre. Puis il y a « Don't You (Forget About Me) » (SIMPLE MINDS) avec ses choeurs à la "Hé, hé, hé, hé" et des orchestrations qu'on croiraient sorties des 2 derniers WITHIN TEMPTATION. Là aussi, même remarque que pour « Forever Young » : ATROCITY s'attaque à une chanson tellement mythique et à un chanteur au timbre si velouté et beau (Jim Kerr dégage plus d'émotions dans l'original que ce chant tellement plat servi par Alexander) qu'on imagine entendre une parodie ... alors que les Allemands font ça le plus sérieusement du monde. Pareil pour « The Sun Always Shines On TV » (A-HA) et cette pauvre Liv Kristine qui tombe comme un cheveu sur la soupe ou « Such A Shame » de TALK TALK. « Yes, it's a shame ». Et la platitude du chant sur « Here Comes The Rain Again » (EURYTHMICS) ... Mein Gott !

Un des grands moments, c'est la célèbre « Relax » (FRANKIE GOES TO HOLLYWOOD), hymne gay par excellence présentée ici en version poilue avec gros riff et quelques poussée death metal. A mourir de rire ! Imaginez Nick Barker derrière ses fûts en train de se faire oindre chaque centimètre cube de bourrelet d'huile de palme en frappant sur ses fûts d'un air sensuel et en chantant « Relax ». Un beau spectacle :). Bon, au moins ça a le mérite de faire rigoler ... tout comme le sautillant et germanique « Keine Heimat » (IDEAL) que je ne connais pas.

Voilà voilà, je n'en dirais pas plus. Pas de quoi pavoiser mais bon, c'est assez rigolo à écouter même si pour certaines faut avoir le coeur bien accroché. Personnellement, ce sont des chansons qui ont bercé ma jeunesse non metallique et pour lesquelles j'ai une toujours une petite tendresse à côté de mon coeur de metalleux ... alors c'est pas évident de voir que quelques-unes sont égratignées ainsi. Et puis y a pas à dire : Alexander, refait des growls et compose des trucs plus perso. Atlantis était très bien. Le chant clair, ça te va franchement pas super à la base. Alors, rivaliser avec Jim Kerr, Morten Harket, Jimmy Sommerville ou Mark Hollis, tu pars carrément perdant. Une curiosité pour un groupe bientôt prévu pour passer chez Arthur et ses mouflets de la télé ...

note : 2,5/5

A lire aussi en DIVERS par POWERSYLV :


MERCENARY
Architect Of Lies (2008)
5ème album un poil plus accessible des danois

(+ 2 kros-express)



HIGH SCHOOL MOTHERFUCKERS
Backseat Education (2009)
Les BACKYARDS BABIES franciliens ??


Marquez et partagez




 
   POWERSYLV

 
  N/A



- Alexander Krull (chant)
- Thorsten Bauer (guitare)
- Mathias Röderer (guitare)
- Christian Lukhaup (basse)
- Moritz Neuner (batterie)


1. People Are People (depeche Mode)
2. Smalltown Boy (bronski Beat)
3. Relax (frankie Goes To Hollywood)
4. Don't You (forget About Me) (simple Minds)
5. The Sun Always Shines On Tv (a-ha)
6. Hey Little Girl (icehouse)
7. Fade To Grey (visage)
8. Such A Shame (talk Talk)
9. Keine Heimat (ideal)
10. Here Comes The Rain Again (eurythmics)
11. Forever Young (alphaville)
12. Feels Like Heaven (fiction Factory) (bonus)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod