Recherche avancée       Liste groupes



      
GRUNGE/HARD ROCK  |  LIVE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : The Rock Alchemist
- Membre : Ozzy Osbourne , Slash's Snakepit , Mad Season
- Style + Membre : Jerry Cantrell
 

 Site Officiel De La Communauté Aic (811)

ALICE IN CHAINS - Live (2000)
Par FENRYL le 4 Juin 2008          Consultée 3139 fois

ALICE IN CHAINS est un groupe rare... et tout ce qui est rare m'est cher...

Même si sa reformation inespérée a permis à certains d'assister à une prestation du combo « en direct », force est de constater que l'âge d'or du groupe aura laissé comme un arrière goût d'amertume dans la bouche alcoolisée de nombreux fans. Jugez plutôt: les frasques de Layne ne trouveront officiellement preneur que sur deux testaments audio, l'un deux étant acoustique (*).
Ce dernier sorti en 1996 restera l'ainé jusqu'à l'arrivée en 2000 d'un petit frère « électrique ». Pointant le bout de son nez de manière aussi inattendue que le dernier rejeton dans une famille où Madame assure prendre la pilule depuis toujours et affirme que « Les couches, on ne m'y reprendra plus... » (sic), ce live a donc le mérite de combler un vide immense, pour ne pas dire intersidéral... Je dois bien avouer que cet opus sur 220V, je n'y croyais plus...

Problématique: Peut-on tutoyer l'inaccessible et le divin à vie ?

Hypothèse: balèze ! Beaucoup ont tenté, peu ont réussi... Mais ici, on parle de AIC... Alors, je me dois de raison garder...

Expérience: proposer un disque à la setlist relativement déconcertante, tout en ménageant les susceptibilités de chacun.

Résultats: sorte de Best-of live du groupe, cette galette regroupe des enregistrements sur scène durant la période 1990-1996 (l'ensemble est présenté de façon chronologique, ce qui explique la présence de Mike Starr sur les deux premiers titres). Il faut bien timidement lâcher ici même que la track list m'a quelque peu refroidi... Exit « Down in a hole » (période de deuil recommandé) en figure de proue d'une épuration tubesque, le groupe fait la part belle à des titres plus originaux, comprenez moins porteurs et plus intimistes...
Et la magie reprend. Toujours ces frissons sur la voix déchirée de Staley comme sur « Man in a box » ou l'hymne « Rooster » (mais que cette fausseté dans les toutes dernières notes du solo fait désordre et violente mes pauvres petites oreilles sans doute trop habituées à la version album et unplugged !). A ce sujet, l'électrisation retrouvée de ce titre lui va comme un gant...
Quel plaisir de goûter à des chœurs Cantrellien (« Junkhead »), de se saouler avec cette version « bourrée et indisciplinée » du titre « Dirt ». Et comme une bonne nouvelle n'arrive jamais seule, c'est indéniablement ce monument du groupe qui se taille la part du lion : s'enchaîne pour notre plus grand bonheur un « Them bones » au son si caractéristique (oubliez la version de Guitar Hero 2 svp), au riff terriblement entêtant tout comme le « Dam that river concluant l'album »...

Mais au milieu de ces satisfactions, naviguent des titres véritablement moins inspirés: « God Am » et « Again » n'arrivent toujours pas produire leur effet (si jamais ils étaient censés le faire) tout comme le pénible « Love, hate, Love » qui a le mauvais goût de s'étirer sur quasi huit minutes... Je zappe...
Pour ceux qui seraient passés à côté de la contribution du groupe à la B.O de la daube « Last Action Hero » (**) (laquelle est vraiment plaisante par contre), vous aurez la surprise de l'entendre également ici... Plaisant mais pas de quoi casser 3 pattes à un canard...
Petite surprise: un inédit ! Rares sont les groupes qui se permettent de faire découvrir à leur public pour la première fois un titre joué live ! « Queen of the rodeo » est de cette espèce et correspond à une copulation entre contry-bluesy et relents punky-speedés. Sympatoche, mais plutôt anecdotique...

Conclusion: même si objectivement cet album n'est pas ce qui se fait de mieux en matière d'ALICE IN CHAINS (son aîné demeure à jamais indétrônable), il n'en demeure pas moins un produit de bonne qualité, soucieux de contenter les plus nombreux sans forcément permettre aux aficionados d'avoir le sentiment d'être repus... Une jolie étape dans une discographie regorgeant de trésors divins. Pas si mal, en somme...


Verdict: 3/5.

Epilogue: Et comment ne pas terminer cette chronique en évitant le côté nécro... Juste pour mémoire, « Again », « A little Bitter » et « Dam that river » sont 3 titres issus du tout dernier set de Layne...

R.I.P

(*): et quel écrin pour mettre en valeur des titres de toute beauté ! Cf la kro ci-avant !
(**): présente sur le site grâce à mon pote Fredouille, tapez Bande originale dans le moteur de recherche du site !!!!

A lire aussi en GRUNGE par FENRYL :


ALICE IN CHAINS
Music Bank - The Videos (2002)
Un coffre fort regorgeant de trésors...




ALTER BRIDGE
One Day Remains (2004)
Un groupe à ne pas négliger, step 1


Marquez et partagez




 
   FENRYL

 
  N/A



- Layne Staley (chant)
- Jerry Cantrell (guitares et chant)
- Sean Kinney (batterie)
- Mike Inez (basse, guitare)
- Mike Starr (basse sur les titres 1 et 2)


1. Bleed The Freak
2. Queen Of The Rodeo
3. Angry Chair
4. Man In The Box
5. Love, Hate, Love
6. Rooster
7. Would?
8. Junkhead
9. Dirt (drunk And Disorderly Version)
10. Them Bones
11. God Am
12. Again
13. A Little Bitter
14. Dam That River



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod