Recherche avancée       Liste groupes



      
AVANT-GARDE  |  STUDIO

Commentaires (4)
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Phantom, Schammasch
 

 Site Officiel (446)
 Myspace Officiel (475)

SECRETS OF THE MOON - Carved In Stigmata Wounds (2004)
Par ONCLEGUUD le 20 Mai 2008          Consultée 4529 fois

Titanesque. Massif. Epoustouflant. Mystique. Voici quelques uns des adjectifs qualifiants facilement « Carved in Stigmata Wounds », œuvre fécondée en l'an de grâce 2004, par les Allemands de Secrets of the Moon... Chef-d'œuvre de cette année-là pour moi également, tous genres confondus : un grand Millésime. Progressif, mêlant les genres – dont la base reste assurément Black Metal - SoTM comme les initiés l'appellent (nombreux depuis cet opus), joue avec virtuosité sur les tous les fronts, n'hésitant pas à intégrer quelques plans bien barrés typés Morbid Angel ou à imposer des ambiances à la Dark Tranquility... Mais ces comparaisons sont réductrices, car SoTM est bien plus qu'un groupe d'imitation – c'est pour cela que « Carved in Stigmata Wounds » a tant frappé les esprits à sa sortie. Les garçons à l'origine d'un tel monument se sont surpassés lors de l'écriture de cet opus unique en son genre. Bénéficiant d'une production épaisse et ample, très organique, les chevelus derrière leurs instruments ont su bâtir sur une durée d'une heure et douze minutes (en dix titres, plus quatre) un univers vaste et ténébreux, foncièrement occulte. Bizarrement, ce disque me fait penser aux atmosphères du jeu vidéo Legacy of Kain : de l'horreur donc, de la pénombre, du Mal, des mystères, de la tragédie... Voilà ce que m'inspire et ce depuis sa sortie, à chaque écoute, « Carved in Stigmata Wounds » (que j'abrègerais aussi par CiSW)....

Baroque. Insensé. Occulte. Dense. Voici quelques autres adjectifs que mérite la pièce d'Art Noir. Baroque, car CiSW, avec ses plans biscornus, ses décadences, ses asynchronies, ses titres en gigogne, tourne sur lui-même en une sorte de valse diabolique et ce sans jamais s'appesantir, sans jamais nous lasser... Insensé, car toute cette technique, cette ingéniosité, ce baroque renvoie inévitablement à la Folie (ah ce plan 'schyzo-jazz en début de « Psychoccult Hymn »)... et à la folie des musiciens : leur ambition démesurée est à l'égal de leur perfectionnisme. Il n'y a rien à jeter dans cet album, rien ne bave et surtout, il est sacrément impressionnant. Occulte ? Assurément. SoTM explore les terrains de l'Occultisme, de la Gnose, du Satanisme dans ses textes. Les musiciens et notamment le leader en sont imprégnés et leur metal extrême en suinte de tous ses pores... Les quelques samples de vents hurlants et autres, associés à la production massive, tendent à renforcer cette impression qui confine presque au malaise. Finalement, « Carved in Stigmata Wounds » se montre d'une telle densité – car complexe, car fait « de chansons dans la chanson », car technique – qu'il serait présomptueux de croire pouvoir le détailler et l'analyser en profondeur. Depuis la découverte en 2004, j'ai, jusqu'ici, chaque fois pris un immense plaisir à l'écouter. Je le connais certes par cœur – je ne peux m'empêcher de sourire au plaisir en question, de sourire devant tant d'ingéniosité et de talent, devant tant d'inspiration, de bon goût, de méticulosité... Et je ne vous ai pas parlé de ce vent épique (« Miasma » en est l'exemple frappant) qui souffle avec force sur le full-lenght, ni du diagramme des sentiments qu'explorent les Allemands. Un des rares disques que je n'ai jamais remis en question et où les termes tels Intelligence et Avant-Garde prennent ici toute leur valeur...

Que ceux qui n'ont pas peur du neuf, tout en gardant les pieds bien ancrés dans le Black Metal, se penchent avec avidité sur cet opus, libéré des ténèbres en 2004 par le label Lupus Lounge, division de Prophecy Productions. Un véritable DIAMANT d'Art Noir. Hail to the Kings !


PS : l'album est divisé en trois parties : Prophecy, Destiny et Extinction.
Un E.P Bonus de quatre titres, "The Ambience of a Dead Star", accompagne la version limitée (superbe).

http://www.secretsofthemoon.org/
http://www.myspace.com/secretsofthemoon

A lire aussi en BLACK METAL par ONCLEGUUD :


JUDAS ISCARIOT
Distant In Solitary Night (1998)
Un indispensable du bm par le maître étatsunien...




NEHEMAH
Light Of A Dead Star (2002)
La claque française de 2002 en Black Metal !


Marquez et partagez




 
   ONCLEGUUD

 
  N/A



- Daevas (basse, chant)
- Sg (guitare, chant)
- Thrawn (batterie)


1. Crowns
2. Cosmogenesis
3. Miasma
4. Psychoccult Hymn
5. To The Ultimate Embers And Ash
6. Kaosthrone
7. Evolution Valour Admission
8. Epoch
9. Carved In Stigmata Wounds
10. Dust

1. The Lonesome
2. The Devil's Tempest
3. The Rite Of Mercury
4. The Protagonist (dead Can Dance Cover)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod