Recherche avancée       Liste groupes



      
DOOM & OLD SCHOOL  |  STUDIO

Commentaires (4)
Questions / Réponses (2 / 3)
Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

 Myspace Officiel (418)

ASPHYX - Last One On Earth (1992)
Par ONCLEGUUD le 6 Mai 2008          Consultée 4719 fois

AAAAAAAAAAAARRGHH ! ASPHYX ! Toute ma jeunesse ! L'un des premiers disques qui me soit tombé dans les oreilles fut “Malleus Maleficarum” de Pestilence – soit l'autre groupe, plus connu, de l'hurleur Martin Van Drunen (qui a aussi gueulé pour les English de Bolt Thrower). A côté de ça, j'ai écouté une grosse partie de la scène Thrash & Death des USA, du Benelux et d'Allemagne, ainsi qu'un bon paquet de merveilles de Heavy Metal... La crème à cette époque. Que des grands noms. Quelle époque ! Combien d'albums obscurs d'un genre musical qui s'agrandissait mais n'était encore connu que d'un petit cercle d'initiés ? Combien de disques puissants au son organique, charnel et non synthétique comme ceux d'aujourd'hui ? Combien de concerts dans de petites salles enfumées, tous les chevelus "embièrés" jusqu'à l'os, à pogoter pour ne plus penser et se laisser vivre par cette musique ? Combien de poignées de mains et de gobelets de mauvaise bière échangés lors de ces soirées mémorables, où le fan pouvait sans problème aller discuter backstage avec son groupe préféré ? Combien de groupes, pour qui Metal voulait dire sérieux des compositions et respect du public, mais aussi fête, plaisir, partage, alcool pas cher, stands au bout de la salle, drogues et filles ? Combien de groupes pour qui le metal devait être avant tout efficace ? Chaque fois que je me repasse un disque de cette époque bénie des dieux - pas vraiment touchée par le fric à tout-va : les labels payaient les enregistrements, les tournées, tout, soutenant et croyant dans leurs groupes – j'ai la nostalgie. Bien des choses ont changé, certaines sont restées, mais le monde d'alors n'a, déjà, plus rien à voir avec celui d'aujourd'hui... Je ne referai pas le monde, même si ça me ferait du bien. On est passé à autre chose, point.

Last One on Earth, première bombe d'Asphyx – qui se serait reformé pour quelques concerts mais à l'heure où j'écris je manque d'infos – est selon les spécialistes du genre Death Old School, leur meilleur boulot. Je suis presque de cet avis et mon coeur balance entre lui et “The Rack”, leur premier gros effort (1991). J'ai choisi de chroniquer Last One on Earth car c'est le premier que j'ai acquis d'eux – nostalgie oblige. La pièce est un gros morceau de Death à l'ancienne, à l'ambiance ultra morbide (“Death” quoi !), avec des breaks de malade et une lourdeur à faire pâlir un troupeau d'éléphants. Il est dur de résister à la charge. Faisons le tour du propriétaire pendant qu'on y est (enfin, personnellement, quand j'ai loué ma maison, je faisais plutôt le tour de celle-ci, pas de la proprio en question... Ah les usages de la langue française).

Si l'on headbangue facilement à l'écoute de Last One on Earth (le titre d'ouverture, “M.S. Bismarck”, avec ses breaks bien lourds, est un hymne à cela à lui seul) les quarante minutes de l'opus suffiront pour vous plomber le coeur lors de l'écoute. Death-Doom si l'on veut, je dirais plus que c'est du Death old school (soulignez ces mots svp) tout simplement, du Death pas souvent violent, mais pesant et incomparablement putréfiant. “The Krusher”, deuxième piste, va ainsi dans ce sens : quasi linéaire, son gimmick est franchement déprimant et tout droit sorti du caveau de la famille. Ces mecs doivent certainement être quelque peu nécrophiles. On revient à un registre plus Death et bourrin avec le furieux “Serenade in Lead”, qui forcément, se termine vite. Le titre éponyme est typique du groupe : “hâché” par les cordes, elles distillent en outre des accords franchement maléfiques quand ils ne sont pas imposants. Asphyx démontre ici tout son art, se montrant agressif, épique, tragique – sauçant le tout par un superbe et mélancolique solo en prime et une plage de claviers éthérée. Et le batteur assure, carré à souhait. J'ai oublié de vous parler de Van Drunen, mais bon, il y est égal à lui-même : possédé. “The Incarnation of Lust” commence rapidement (Asphyx fait aussi partie de cette lignée de groupes pratiquant l'“Evil Death Metal”...) et tient le tempo, alternant passages Death et Doom. “Streams of Ancient Wisdom” reste doomesque et glisse un solo halluciné et magique... Le poids du titre me reste sur l'estomac : voilà ce qu'est aussi le Death Metal old school, selon moi. “Food for the Ignorant” met la purée et plaque tout le monde avec ses breaks de bourrins et ses “Mut” si bien maîtrisés – le batteur assure un max sur ce titre plus que sur les autres; il est vraiment bon le bougre. Le dernier titre, “Asphyx (Forgotten War)” fait la part belle aux guitares et réduit à néant tout espoir de résurrection. Génialement pesant, il est à la fois foncièrement méchant et déprimant... Asphyx ne veut que votre mort.

Last One on Earth est le genre de galette dont je me repais de temps à autre. Véritable pièce de Death Metal, sa morbidité manifeste me retient de l'écouter trop souvent : c'est donc que le but à atteindre l'est. Asphyx mérite fort bien son nom. D'abord sorti chez Century Media en 1992, Last One on Earth a été réédité par la même boîte, en 2006, agrémenté de la démo et du mini-cd "Crush the Cenotaph"... Vous savez ce qu'il vous reste à faire : courir l'acheter et aller pleurer devant Asphyx en concert...

A lire aussi en DEATH METAL par ONCLEGUUD :


NECROS CHRISTOS
Triune Impurity Rites (2007)
Necromantic doom death metal - leçon magistrale

(+ 1 kro-express)



EXOSKELETON
Plutonian Herd (2008)
Fuck off and die !!! Death/black/doom 80's finnois


Marquez et partagez




 
   ONCLEGUUD

 
   DEADCOM

 
   (2 chroniques)



- Martin Van Drunen (vocaux)
- Ron Van Pol (basse)
- Eric Daniels (guitare)
- Bob Bagchus (batterie)


- last One On Earth
1. M.s Bismarck
2. The Krusher
3. Serenade In Lead
4. Last One On Earth
5. The Incarnation Of Lust
6. Streams Of Ancient Wisdom
7. Food For The Ignorant
8. Asphyx (forgotten War)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod