Recherche avancée       Liste groupes



      
PIRATE METAL  |  STUDIO

Commentaires (9)
Questions / Réponses (2 / 12)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Waylander, Gloryhammer

ALESTORM - Captain Morgan's Revenge (2007)
Par BAST le 19 Mars 2008          Consultée 9016 fois

« True Scottish Pirate Metal ». Depuis RHAPSODY et son « Hollywood metal » rénové quelques années plus tard en « Film Score Metal », peu de formations avaient osé verser de nouveau dans ce genre d’étiquette ronflante. De quoi susciter méfiance et interrogation. Alors c’est quoi, ce nouveau venu ? Entre l’étiquette et la pochette, une première piste se dévoile rapidement. Des écossais, une thématique inspirée des flibustiers, d’accord. Et pour coordonner le tout, du heavy/death mélodique épique ? Bingo. Vous avez dit TURISAS ? Une remarque redondante pour celui qui a déjà pu consulter quelques chroniques évoquant le cas ALESTORM. Pas une seule qui ne mentionne plus ou moins vite fait le grand frère finlandais. Et je suis bien obligé de m’y soumettre à mon tour. Oui, ALESTORM, ce pourrait bien être la version jambe de bois et bandeau sur l’œil de TURISAS.

Pas si vite. L’indication, aussi appropriée soit-elle, peut aussi s’avérer trompeuse. Cet album, je l’ai apprécié avec le temps. Peut-être justement à cause de la comparaison faite quelques lignes plus tôt. Là où TURISAS et son album phénomène de l’année 2008 gavait l’auditeur d’effets épiques passionnants à décortiquer, ALESTORM n’y va pas par quatre chemins, pratique un style plutôt direct. Du coup, je ne m’attendais pas exactement à ça. D’où une sorte de déphasage entre le prévisible et la réalité. Et un temps d’arrêt avant d’être enfin en mesure de commenter l’œuvre. Finalement, à part les envolées homériques et le style orchestral (« Over the Seas »), les accointances avec TURISAS ne crèvent pas l’œil sous le bandeau tant que ça. Une volonté identique, oui, mais une mise en œuvre différente. ALESTORM joue la carte du rentre-dedans. Les mélodies percutent, les vocaux chahutent et les refrains s’accompagnent d’une bière à la main plutôt qu’une épée brandie et une main sur le cœur.

Premier titre et premier bain, « Over The Seas » s’élance toutes voiles gonflées. Entrainant avec ce chant appuyé, ses cuivres assoiffés de conquête et son refrain fédérateur, le périple du navire ALESTORM s’annonce houleux. Comme le confirme « Captain Morgan’s Revenge », abordage fier et belliqueux, prélude aux réjouissances qui vont suivre l’arraisonnement et la rédemption du capitaine adverse. « Nancy The Tavern Wench » constitue l’escale à bon port et le délassement des matelots dans une taverne mal famée où les galions coulés, les tortures à la grande vergue et les viols perpétrés se relatent le sourire gorgé de mousse pétillante. L’hymne des frères de la côte, à n’en pas douter. Requinqué, ALESTORM repart semer la terreur le long des rivages opulents. « Terror On The High Seas » annonce des réjouissances sanglantes et porte l’insigne du crâne sur pavillon noir. Et si vous tentez de fuir, l’hymne conquérant « Set Sail And Conquer » vous démontre combien toute résistance est inutile. Avec un chant aussi volontaire, un refrain aussi sûr de lui, comment lutter ? Mais le métier de Pirates, ce n’est pas qu’aborder les navires marchands ou faire tomber les forts adverses, c’est aussi fouiller la terre aux endroits qu’indiquent des cartes moisies revendues par de sinistre voyageurs. Là où des prédécesseurs notoires ont préféré enterré leur butin plutôt que le céder à qui que ce soit. On sort les guitares acoustiques et on encourage les coups de pelles. Et le retour en écosse des renégats riches d’exploits et les poches emplies d’or se déroule sous « Flower of Scotland », reprise de THE CORRIES parfaitement adaptée à une conclusion en happy-end des aventures de nos mercenaires des mers.

« Captain Morgan’s Revenge » ? Un album bourré d’hymnes accrocheurs servis par une production exemplaire. La nouvelle figure de proue des pubs écossais, en quelque sorte. Mais aussi le témoin de la volonté récente de NAPALM RECORDS d’étendre ses ramifications bien au-delà de la sphère underground et confidentielle qu’il a tant contribué à asseoir. Une belle réussite, donc, même si j’ai tendance à lui reprocher un léger manque de consistance. Un titre supplémentaire ou un traitement plus poussé sur l’un d’eux aurait été parfait. Pour un premier essai, en tout cas, on ne peut que capituler face à cet indéniable savoir-faire.

A lire aussi en HEAVY METAL par BAST :


MOONLIGHT AGONY
Silent Waters (2007)
Surprise heavy 2007, ou quelque chose comme ça




THY MAJESTIE
Dawn (2008)
THY MAJESTIE mue et flirte encore avec l'excellence

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   BAST

 
   AAARGH
   FENRYL

 
   (3 chroniques)



- Christopher Bowes (chant, clavier)
- Gavin Harper (guitare)
- Dani Evans (basse)
- Ian Wilson (batterie)


1. Over The Seas
2. Captain Morgan's Revenge
3. The Huntmaster
4. Nancy The Tavern Wench
5. Death Before The Mast
6. Terror On The High Seas
7. Set Sail And Conquer
8. Of Treasure
9. Wenches & Mead
10. Flower Of Scotland (the Corries Cover)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod