Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL BAROQUE  |  STUDIO

Commentaires (4)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 

2007 1 Ayin Aleph 1

AYIN ALEPH - Ayin Aleph 1 (2007)
Par KARL VON KARL le 5 Mars 2008          Consultée 4543 fois

AYIN ALEPH est une artiste d'origine Russe qui après des études de piano et de chant à Moscou, vit depuis dix-sept ans en France. Dès lors, elle participe à de nombreuses expériences musicales. Finalement AYIN décide de voler de ses propres ailes et afin d'enregistrer son album, elle s'entoure entre autres des talentueux Anthony SCEMAMA et Jean-Jacques MOREAC de MISANTHROPE. Soulignons d'ailleurs la fabuleuse contribution de ce dernier à la basse, qui dans un registre très différent fait comme d'habitude des merveilles.

Tout d'abord, plantons le décor. Si vous avez été attiré par la pochette catchy et que vous êtes fan de LEAVES' EYES, FLOWING TEARS ou EYES OF EDEN, veuillez nous laisser, merci. Les amateurs de WITHIN TEMPTATION, EVANESCENCE ou LAFEE, déguerpissez s'il vous plaît.
Car AYIN, elle aime le Metal, le vrai, celui de SLAYER, PANTERA, DEATH ou EMPEROR. Oui la belle a bon goût et dans sa musique on retrouve le même amour du riff que dans ses références incontournables.

Mais AYIN ne serait pas AYIN comme DALIDA n'aurait pas été DALIDA sans cette voix si particulière (et le strabisme en plus pour DALIDA). Notre chanteuse couvre les registres de premier soprano à alto et surtout utilise sa voix de toutes les façons possible en glissant sans souci d'une octave à l'autre. Son travail impressionnant nécessitera un léger temps d'adaptation pour les oreilles les plus chastes.
La clé de voûte de sa musique demeure la mélodie. AYIN compose ses morceaux au piano et cet élément omniprésent s'entrelace avec les lignes de chants multiples et les chœurs, pour faire de la voix l'instrument le plus important.

L'œuvre méritait une production digne des forges de Vulcain et malheureusement ce n'est pas exactement le cas. Entendons-nous bien, les compositions ne manquent pas de reliefs dynamiques et la luxuriance des parties vocales dans le mix est plutôt réussie. Mais contrairement au piano et à la basse, le son de la guitare et de la batterie, bien que relativement heavy, s'incarne dans une esquisse qui ne fait pas honneur à l'excellence de la musique proposée. Nul doute que AYIN n'a pas encore trouvé l'éclat qui convient à ces instruments si importants, et gageons qu'à l'avenir un soin particulier leur sera apporté.

Sur l'édition limitée, on trouve également un DVD avec les cinq clips déjantés et distrayants de la Comtesse.
Mention spéciale à l'édifiant "My Bloody Mariage" avec son prêtre sadique et son chef d'orchestre hystérique. Mais n'oublions pas l'hallucinant "Butterfly" avec notamment ce passage mémorable qui voit JESUS CHRIST jouer du saxophone sur la croix, avant qu'une AYIN vampire ne lui plante vigoureusement ses crocs dans le cou et ne lui suce goulûment son sang. Délicieux.

Les textes de la belle, inspirés en partie par le romantisme Allemand du XIXè siècle, abordent principalement à travers différentes allégories les thèmes du sens de la vie, des sentiments humains comme la noblesse de l'amour, la solitude, le cheminement vers la mort, la réincarnation ou l'espérance futile du bonheur. L'écriture poétique n'est pas le moindre des talents de notre égérie qui exprime ici avec fougue la quintessence de sa sensibilité et la volupté de sa personnalité artistique.

Dans l'album nous distinguons deux sortes de titres.Tout d'abord les compositions aux structures simples couplet/refrain aux mélodies originales et imparables.
Dans cette catégorie, on retiendra le tonitruant "Hamlet" qui ouvre puissamment l'opus, le superbe "My Bloody Mariage" offert en sus dans une deuxième version étonnante, agrémentée d'une seconde partie efficace et violente.
Les décapants "Butterfly" et "Valpurgis Night"aux touches de violon et de piano libertin, ainsi que l'exceptionnel "Alcove Rhapsody", ses énormes riffs et sa montée en puissance toute en feulements lors du refrain. Un magnifique morceau.
"I Miss You", l'unique ballade finale qui incorpore de subtiles harmonies vocales, se révèle comme une autre perle débraillée.
La seconde catégorie renferme des titres plus alambiqués aux constructions bien plus inattendues. Je veux parler particulièrement de l'admirable "Aleph" à la mélodie de couplet phénoménale, "Sebastian Prayer" avec son long solo de guitare inspiré, le pétaradant "Grey Ashes" et son rythme soutenu, l'étrange et gothique "The Purchase of The Cathedral" de près de sept minutes, avec son orgue d'église, ses riffs de haute volée et son ingénieux break rapide. L'avant-gardiste "Es Muss Sein" qui alterne de vifs couplets et d'écrasants riffs impériaux, mais surtout l'extraordinaire et emphatique "Greed" de presque neuf minutes, symphonique, ravageur, empli de chœurs miraculeux et grandioses, d'un break inespéré et de mélodies glorieuses, un grand titre.

Malgré sa qualité, l'œuvre semble prolixe et aurait peut-être gagné en concision par la suppression de quelques compos moins marquantes comme "I Came", "Black Roses" ou "Army of Love". Et que dire de "13", un blanc sans intérêt qui rappelle immanquablement les délires de TYPE O NEGATIVE.
Mon petit doigt me dit que le meilleur reste à venir. En effet, notre baronne annonce un album acoustique, puis un DVD et surtout de prochaines aventures ambitieuses de Metal Symphonique. Dans tous les cas, nous guetterons avec une grande impatience la suite des évènements, car son charisme insolent, sa fraîcheur nouvelle et son talent éclatant en font une force vive du Metal sur laquelle nous devrons à présent compter.

A lire aussi en DIVERS par KARL VON KARL :


WALTARI
Torcha ! (1992)
Torcha ça déboîte toujours 24 ans après…




PIN-UP WENT DOWN
2unlimited (2008)
melting-pot fun et zarbi.


Marquez et partagez



Par KARL VON KARL



Par ROOTSPACOROOTS




 
   KARL VON KARL

 
   ROOTSPACOROOTS

 
   (2 chroniques)



- Ayin Aleph (piano, voice and backing vocals)
- Mark Mynett (guitars)
- Anthony Scemama (guitars)
- Jean-jacques Moreac (bass)
- Yann Costes (drums)
- Arben Skenderi (cello)
- Mathilde Sternat (cello)


1. Hamlet
2. My Bloody Mariage
3. Aleph
4. Grey Ashes
5. Butterfly
6. Bridge
7. Valpurgis Night
8. Sebastian's Prayer
9. Army Of Love
10. My Bloody Mariage 2
11. The Purchase Of The Cathedral
12. Black Roses
13. 13
14. Es Muss Sein
15. Alcove Rhapsody
16. I Came
17. Greed
18. The End
19. I Miss You



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod