Recherche avancée       Liste groupes



      
JAM SESSIONS  |  STUDIO

Commentaires (5)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


LIQUID TRIO EXPERIMENT - Spontaneous Combustion (2007)
Par KERAZ le 10 Février 2008          Consultée 3146 fois

Remontons le temps, jusqu'en 1998. Année très chargée pour John Petrucci et Mike Portnoy, qui en plus de travailler sur le futur chef d'œuvre que sera "Scenes From A Memory" s'investissent dans un projet de jam sessions avec la légende vivante Tony Levin et un illustre inconnu, virtuose du clavier, nommé Jordan Rudess. De leurs séances studios sortiront deux albums, dont la réputation n'est plus à faire tant ils sont composés en maîtres. Mais ce que peu de gens savent, c'est qu'il restait du matériel non-publié. Toutefois, le reste des enregistrements a été fait sans John Petrucci, qui a dû s'absenter car sa femme allait bientôt accoucher. Décidément très chargée cette année 1998 !!! Donc, c'est sous la forme d'un trio, sans guitare que le groupe continua à enregistrer, et c'est finalement 9 ans plus tard que sortira "Spontaneous Combustion" et le groupe se renommera pour l'occasion LIQUID TRIO EXPERIMENT.

Mais était-il vraiment nécessaire de montrer au grand jour une œuvre aussi laborieuse ? Difficile à dire, car si les improvisations sont d'une finesse habituelle au super-groupe, on ne peut pas dire qu'elles sont aussi bonnes que sur les albums de LTE. La musique a un aspect plus débridé, moins mélodique, mais semble plus spontanée. Car ici, la spontanéité atteint son paroxysme. Si certains morceaux de LTE pouvaient aisément passer pour des morceaux de Dream Theater, ce n'est pas le cas sur "Spontaneous Combustion". L'absence de Petrucci vient énormément tronquer l'aspect mélodique de la musique de LTE, alors l'aspect rythmique a été mis de l'avant de façon presque grossière avec un son de basse extrêmement mordant et des structures rythmique complexes, voire intrigantes. Donc pas de metal prog mélodieux au menu, mais plutôt des jam jessions un peu bâclées, probablement à cause d'une limite de temps en studio. Je ne crois pas sincèrement qu'on puisse aveuglément apprécier cet album, en bon fan de DREAM THEATER, toujours fidèle, mais pas toujours honnête. Sans être foncièrement mauvais, cet album n'a rien de spécial à offrir, si ce n'est que de nous montrer que nos trois comparses sont capables d'improviser d'une manière plus spontanée et limitée que sur les premiers albums de LTE.

Parlons un peu des morceaux. Bien que l'ensemble des morceaux soient relativement mal mixés, certains valent toutefois la peine d'être écoutés. Citons entre autres "Jazz Odyssey", un excellent morceau de clavier par l'ami Jordan Rudess, bien qu'il soit enterré assez profondément par la batterie de MP. " Chris & Kevin's Bogus Journey", bien qu' assez répétitif avec ses riffs de basse en boucle, n'est pas mauvais non plus. Reste "Fire Dance" qui, malgré son intro très longue, m'a bien accroché. Seul le morceau "Holes" me semble d'une qualité exceptionnelle, avec sa mélodie accrocheuse et sa modestie. Il s'agit bien du seul morceau à ne pas être trop long! L'ensemble sonne plutôt Jazz-Rock que Metal Prog, à mon grand désarroi... Mieux vaut ne pas s'attarder sur la description des titres, qui se ressemblent sensiblement tous: des improvisations longues et chiantes avec quelques moments forts, mais vite oubliés.

Soyons sérieux, si vous attendiez avec une patience acharnée de moine un nouveau chef d'œuvre du super-groupe, vous serez terriblement déçus. Bien sûr, cet album vaut la peine d'être écouté au moins une fois, histoire de voir ce que le groupe a su faire en l'absence de Petrucci, mais franchement, je ne crois pas que vous serez emballés par cette œuvre bâclée et inutile. S'il vous fera sans doute décrocher quelques sourires par moments, cet album reste le mouton noir des LIQUID TENSION et comme son nom l'indique assez clairement, vous pouvez toujours vous en servir pour alimenter votre poêle à bois: la combustion sera sans doute aussi spontanée que les improvisations de cet album.

A lire aussi en METAL PROG :


SHADOW GALLERY
Shadow Gallery (1992)
Un monument !!!




GUILT MACHINE
On This Perfect Day (2009)
Directe continuité


Marquez et partagez




 
   KERAZ

 
  N/A



- Mike Portnoy (batterie)
- Tony Levin (basse)
- Jordan Rudess (claviers)


1. Chris & Kevin’s Bogus Journey
2. Hot Rod
3. Rpp
4. Hawaiian Funk
5. Cappuccino
6. Jazz Oddyssey
7. Fire Dance
8. The Rubberband Man
9. Holes
10. Tony's Nightmare
11. Boom Boom
12. Return To The Rubberband Man
13. Disneyland Symphony



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod