Recherche avancée       Liste groupes



      
GOTHIC/SYMPHO DOOM  |  STUDIO

Commentaires (3)
Lexique doom metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Doom:vs

VIRGIN BLACK - Requiem - Mezzo Forte (2007)
Par ORPHANAGE le 12 Février 2008          Consultée 3011 fois

VIRGIN BLACK vient de se lancer dans une entreprise de taille. Depuis quelques mois, la sphère Metal est au courant que les très hautement estimés Australiens ont amorcé, avec ce « Requiem Mezzo-Forte », une trilogie qui s'annonce particulièrement éprouvante sur le plan émotionnel. Pourquoi ? Tout simplement parce que le choix d'une trilogie laisse supposer une certaine inspiration, un goût pour le grandiose ; et quand on apprend que chaque fragment aura pour thématique un certain niveau d'intensité, on se doute que le groupe saura se faire attendre avec impatience. Comme son nom l'indique, le « Requiem Mezzo-Forte » est l'intermédiaire. En somme, ce que nous connaissons déjà de VIRGIN BLACK, à savoir un Doom/Death très orchestral et mélodique, sans volonté de contenance sur le plan lyrique. Le fragment à venir, c'est le « fortissimo », qui présentera la face la plus agressive et metallique du combo. La trilogie se verra achevée par le « pianissimo », annoncé comme leur travail le plus délicat et raffiné, très fouillé et recherché au niveau des instrumentations classiques.

D'une certaine manière, l'essentiel vient d'être dit à propos de ce « Requiem Mezzo-Forte ». Oui, c'est l'intermédiaire. Une manière tactique, s'il en est, de préparer l'auditeur aux variations qui jalonneront l'aventure du triptyque : intermédiaire, alors ; juste milieu entre orchestrations et puissance Metal, finalement, ce que l'on connaît du VIRGIN BLACK tout blanc du chef-d'œuvre « Elegant...And Dying ». Certes. Pourtant, les sonorités ont grandement évolué. Plus d'assurance, plus d'homogénéité, meilleure production, meilleur tout. « Requiem Mezzo-Forte » est une œuvre ambitieuse de Metal mélodique, qu'on se le dise : de bout en bout, les envolées de violons sont sublimes ; les riffs Doom (car c'est essentiellement à du Doom que l'on à affaire) sont parfaitement mariés à l'atmosphère cérémonieuse, entre ombre et lumière. Et élément de taille : chant féminin lyrique. VIRGIN BLACK n'a pas eu l'intention de freiner ses ardeurs, et s'est donné les moyens de peindre sa fresque démesurée et créative, un tantinet exagérée peut-être, mais indéniablement flatteuse pour les oreilles les plus assoiffées de beauté mélancolique. Enregistrée en compagnie de l'Adelaide Symphonic Orchestra, l'œuvre est parée d'atours immenses, parfois trop, souvent beaux, et la démesure du plaisir égale la démesure du projet : l'exaltation de l'auditeur déborde parce que les mélodies sont parfaitement menées, le chant féminin intervient quand il faut, les accalmies arrivent à point.

Jamais bancal, « Requiem Mezzo-Forte » emporte sans mal l'auditeur dans des atmosphères romantiques et dépouillées, pas assez avares en instrumentations selon les instants, mais poignantes au possible. C'est beau, c'est maîtrisé, c'est inspiré, c'est bien construit, farci de chœurs qui ajoutent encore à l'évocation visuelle très gothique ; impossible de ne pas élire, alors, le grand vainqueur, le superbe « Lacrimosa (I Am Blind With Weeping) », dix minutes qui débutent par une mélodie de violon belle à pleurer.

Inutile de faire le tatillon, finalement. « Requiem Mezzo-Forte » est de ces albums qui prouvent que le Metal est créatif et plein d'influences plus qu'honorables, et donnent franchement foi en cette scène. Délicieux, il se visite, s'explore, s'apprécie, se pleure. Composé et appréhendé à la perfection, il est le travail d'un groupe lucide et talentueux, passionné et tremblant. Là où ceux qui ont les mêmes ambitions trébuchent impitoyablement par excès de kitscheries et cheaperies, VIRGIN BLACK assume, travaille, et mène au bon goût. La sobriété de certains breaks en témoigne : cette première partie du « Requiem » est d'une sensibilité incroyable, et l'on ne peut que attendre la suite de pied ferme.

A lire aussi en DOOM METAL par ORPHANAGE :


INBORN SUFFERING
Wordless Hope (2006)
Doom/death français, que du bon!




WORSHIP
Dooom (2007)
Coup de maître.


Marquez et partagez




 
   ORPHANAGE

 
  N/A



- Rowan London : Chant, Piano Et Clavier
- Samantha Escarbe : Guitare, Violoncelle
- Dino Cielo : Batterie
- Craig Edis : Guitare, Chant
- Ian Miller : Basse, Chant


1. Requiem, Kyrie
2. In Death
3. Midnight's Hymn
4. And I Am Suffering
5. Domine
6. Lacrimosa (i Am Blind With Weeping)
7. Rest Eternal



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod