Recherche avancée       Liste groupes



      
DOOM METAL  |  STUDIO

Commentaires (1)
Metalhit
Lexique doom metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1995 Mandylion
1997 Nighttime Birds
1998 How To Measure A Plan...
2000 If-then-else
2006 Home
 

- Style : Flowing Tears, Dool, Autumn, Beyon-d-lusion, Lands Of Past, Evanescence, Lacuna Coil
- Membre : The Gentle Storm , Devin Townsend Project
- Style + Membre : Orphanage, Octavia Sperati, Anneke Van Giersbergen
 

 Myspace (243)
 Site Officiel (210)
 Facebook (477)

The GATHERING - Always... (1992)
Par NEBEL le 29 Février 2008          Consultée 4486 fois

Mandylion est un chef-d'oeuvre qui a offert à THE GATHERING un succès bien mérité. Pourtant, s'il marque le début de la reconnaissance, il n'est pas le premier album du groupe. Deux premiers essais existent bel et bien, joliment nommés Always... et Almost A Dance.
Mais pourquoi diable sont-ils si méconnus ? Qu'ont-ils fait au ciel pour ne pas mériter un statut plus honorable que celui de curiosité poussiéreuse ? Eh bien, ils n'ont pas la chance d'afficher le nom d'Anneke van Giersbergen au chant. Et puis il est vrai que la musique est loin de l'excellence d'un Mandylion.
Pourtant, je voue au maladroit Always... une certaine tendresse. Sorti en 1992, il affichait pour un premier album une certaine personnalité, et, pourquoi pas, un peu d'originalité. Deux voix s'illustrent ici : celles de Bart Smits et de Marike Groot. Le premier occupe le devant de la scène tandis que la seconde reste cantonnée à quelques interventions aussi sympathiques que discrètes. THE GATHERING, alors un groupe à chanteur ? Oui, cela peut paraître bien surprenant, mais la plus grande surprise vient de ce chant très guttural, qui accompagne une musique aux accents doom / gothique. Ecouter cette album juste après Home constitue donc un choc assez violent !
Mais là où Home défend fièrement les couleurs de son rock atmosphérique, Always... est beaucoup moins à l'aise dans son style de prédilection. La musique n'a rien d'extraordinaire, et les chansons, globalement longues, entre six et sept minutes pour la majorité d'entre elles, tirent parfois en longueur. De plus, la production est assez mauvaise, les sons de clavier semblent préhistoriques et les musiciens, chanteurs comme instrumentistes, ne jouissent pas d'un niveau technique mirobolant.

Donc non, Always... n'est pas à ranger aux côtés des merveilles que le groupe engendrera quelques années plus tard. Il s'agit ni plus ni moins d'un sympathique premier album, doté des défauts inhérents à ce genre d'objet. Il s'écoute sans déplaisir et possède même un petit quelque chose qui n'augure que du bon.
Ce petit quelque chose, c'est une sacrée ambiance. Les claviers, bien que trop présents et parfois assez laids (le début de "In Sickness and Health" est affreux), contribuent en grande partie à cette atmosphère mélancolique propre au groupe et déjà très bien dépeinte. On se surprend parfois à laisser son esprit vagabonder à l'occasion de mélodies simples et oniriques, à l'image du très joli instrumental "Always..." ou des nombreux passages à la guitare acoustique, toujours très bien pensés. Les moments plus violents, en revanche, sont plus mitigés, la faute à des guitares sans grande inventivité et manquant singulièrement de punch. Mais "Subzero" et "King For A Day", les morceaux les plus agressifs de l'album, sont très réussis, le second bénéficiant même d'un break magistral (et d'un clip ridicule). "In Sickness and Health" et "Second Sunrise", malgré de bons moments (les plus atmosphériques, une fois de plus), restent malheureusement faibles, et "Gaya's Dream" n'est pas la chanson de conclusion idéale. A l'inverse, "Stonegarden", le meilleur morceau, très sombre, très pesant, passionne de bout en bout. Et pour ne rien gâcher, il est suivi du ravissant "Always..."

Et nos Hollandais, qu'ont-ils pensé de cet album, plutôt bien accueilli par la critique ? Pas que du bien, puisque très rapidement Bart et Marike sont remerciés et le groupe souhaite changer de style. Une idée louable mais peu concluante, tant le second essai est raté.

Note : 2,5/5

A lire aussi en DOOM METAL :


CANDLEMASS
Candlemass (2005)
Retour en grande forme des pionniers du heavy/doom




SYNTHETIC WATERFALL
Inside The Different (2011)
"Et ce n'est qu'un ré-su-mé ! "


Marquez et partagez




 
   NEBEL

 
  N/A



- Bart Smits (chant)
- Marike Groot (chant)
- Jelmer Wiersma (guitares)
- René Rutten (guitares)
- Hans Rutten (batterie)
- Frank Boeijen (claviers)
- Hugo Prinsen Geerligs (basse)


1. The Mirror Waters
2. Subzero
3. In Sickness And Health
4. King For A Day
5. Second Sunrise
6. Stonegarden
7. Always...
8. Gaya's Dream



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod