Recherche avancée       Liste groupes



      
PRISCILLA METAL  |  STUDIO

Commentaires (8)
Questions / Réponses (1 / 1)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Delain, Nu Pagadi
 

 Lafee La Plus Belle En Français (455)

LAFEE - Jetzt Erst Recht (2007)
Par VOLTHORD le 11 Décembre 2007          Consultée 6271 fois

Après le succès imprévisible et presque absurde des rockeux précoces de TOKIO HOTEL, voici que l’Allemagne vient nous faire profiter de son « numéro un » des charts : le second album de l’ado-bimbo LAFEE, jeune fille semblant tirée tout droit d’une pub Kinder et nouvelle coqueluche des jeunes filles consommatrices en pleine crise existentielle (Varg Vikernes parlerait de « Déficience spirituelle »… Mais peu importe).

En fait, LAFEE a été cueillie par quelques producteurs intelligents alors qu’elle passait dans une émission de « jeunes talents », ce qui lui a permis, ô mazette, de sortir un premier album absolument atroce (j’ai écouté deux titres ça m’a suffit), du nom très euh… « princier » de Prinzeschen. Je ne parlerais pas du voyeurisme pédophile que cette jeune fille m’évoque à mesure que je la vois tordre du cul sur des morceaux à peine plus réussis que mes tartes aux pommes, mais m’insurgerais plutôt sur le fait que la gamine se présente elle-même comme une fan de RNB et de pop plus que de Hard Rock. Un petit coup d’œil sur des clips multipliant des clichés tous plus poilants les uns que les autres, et on a confirmation que la pin-up schleu n’a pas grand chose à faire ici. Elle ne nous épargne évidemment pas les chorégraphies scabreuses, passant en première place de danseuse la plus ridicule dans un clip de « metal », tout juste devant Annette « What The Fuck » Olzon dans la vidéo d’ « Amaranth », qui elle avait au moins l’excuse d’être suédoise.

Si dans le fond Jetzt Erst Recht est bien loin d’être plus mauvais que le dernier WITHIN TEMPTATION par exemple, il appelle tout de même beaucoup plus à une bonne paire de claques. Cependant, contrairement au dernier WITHIN TEMPTATION, il ne se revendique pas clairement Metal et ne sera pas applaudi à trois mains par des fans qui ont depuis un certain temps perdu le sens aigu du perfectionnisme qui faisait tout le charme et le ridicule de leurs discussions. J’en viens à me demander donc ce qu’il y a de pire : Les ex-formations underground qui sucent les ray-bans des costards cravate, ou la Mainstream qui comprend toute seule que depuis que, dans à peu près tous les genres de musiques soient disant violentes, les groupes ont desserré les fesses et perdu en intégrité, elle peut désormais se permettre sans problème d’ingurgiter ce qui passe encore pour transgressif et le recracher dans une sauce pop absurde et facile.

Car bien qu’on puisse se sentir révolté ou énervé par tout ce qu'il y a autour de ce cd, même avec la plus grande mauvaise foi du monde, on ne pourra pas clamer haut et fort que LAFEE fait de la pure grosse merde en boîte ou que « c’pas du metal tuvwa ». Tout simplement parce que l’album, musicalement parlant, aurait très bien pu être une des sorties annuelles de Metal « à chanteuse » de chez Nuclear Blast. Le genre d’albums qu’on kiffe en cachette, même si au fond de nous, on trouve ça un peu nul (et que Metallian aurait trouvé trop glauque). Avant de cracher en masse sur ce truc construit de toute pièce par des producteurs cyniques, il faudrait d'abord affirmer clairement que des groupes qu'on aimait avant ont aussi sombré dans ce genre de dérives grotesques... Ou inversement, accepter LAFEE comme un groupe parmi d'autres, qui aura sa place dans une vision définitivement plus large de "l'esprit Metal".

Ne serait-ce que le premier morceau « Jetzt Erst Recht » n’a rien de foncièrement ridicule, certes il rabâche un son de guitare RAMMSTEINien qu’on croise désormais un peu partout (même dans le Black, si si), pompe avidement sur LACUNA COIL ou EVANESCENCE mais a un côté carré et accrocheur qui est quand même plutôt amusant et divertissant. L'interprétation style "jeune fille tro blazé 2 la vi" est aussi esthétique qu'un casque viking aux couleurs d'Ikea, mais bon on dira rien hein.

On passe forcément par toutes les figures obligatoires du genre, le cd étant aussi prévisible qu'un film d’horreur de 20.50 sur Sci Fi : les atmosphériquo-mid tempo « Du Bist Schön » et « Heiss », caricaturaux mais corrects, la semi-ballade « Den Regen Fällt » ou le moment émotion piano/violon à vocation métaphysique « Wer Bin Ich ? », avec ce solo angélique qui en ferait baver Alexi Laiho (_).

Le reste ? Une soupe de légumes en poudre, « Beweig Der Arsch », certainement l’expérience Metallique la plus absurde qu'il m’ait été donné d’entendre, calquée à fond sur des sonorités R’n’b à la mord-moi-le-nœud, où viennent s’ajouter des riffs qui du coup sonneraient presque groovy (wtf). Ca craint, mais à qui le dites-vous ?
Influences tout aussi visible sur un « Heul Doch » avec ses couplets sur fond de beats typés pour des sonneries de téléphone, avec un refrain « accrocheur », et qui pourrait presque marquer l’avènement d’un nouveau genre... D’ici là qu’une poignée de blacks reprennent le concept et se revendiquent de la rue, ça passera sans doute sur Skyrock.

Le pire étant évidemment, que la plupart du temps, les enchaînements structurels sont vraiment maladroits, sur « Für Dich », on commence sur un riff bien classique, vire à la parodie de Mylène Farmer avant de tourner au refrain bisounours… Au second couplet, Lafee se permet même de faire la méchante, mais va donc jouer à Barbie jeune fille, voudrions-nous lui susurrer.
Autant on peut laisser passer certains trucs, autant là (j'veux dire, pour ce morceau), ça n’a vraiment ni queue ni tête.
Pareil, la première mélodie de « Kuss Mich » pourrait presque se retrouver dans le dernier SUBWAY TO SALLY, et là j’aurais dit « ouah un truc bien punchy » si le morceau n’était pas tourné au vinaigre pseudo-rock derrière… Le riff est bon, allez, je l’accorde !

Ah, sinon « Zusammen » est tellement tout pourri qu’il en devient attendrissant, comme il joue plus la carte du p’tit truc angélique mignon, et ne cherche pas aller au delà de ça.

Outre toute cette méga esbrouffe et le pompage massif que le disque incarne, le problème majeur est toujours le même: cette môme qui chante plus avec la gorge qu’avec sa voix (et m’étant tapé tout un concert sur Europe 2 TV, autant dire qu’en concert, c’est aussi aguicheur qu’un Kebab grenoblois).

Voilà, sinon, c’est à écouter pour déconner ou pour se poser quelques questions existentielles quant au devoir d’intégrité artistique au sein même de notre univers musical. Il est à craindre que le succès de ce genre de groupe annonce un ancrage définitif des majors dans l’enceinte Metallique (le courant néo s’étant à mon avis dressé plus en parallèle).

Vivement que Priscillia s'y mette.

A lire aussi en POP ROCK / METAL :


WALLS OF JERICHO
Redemption (2008)
Alors là, j'l'avais pas vu venir !




KING'S X
Black Like Sunday (2003)
Hard pop


Marquez et partagez



Par ROOTSPACOROOTS




 
   VOLTHORD

 
   KARL VON KARL

 
   (2 chroniques)



Non disponible


1. Jetzt Erst Recht
2. Heul Doch
3. Du Bist Schön
4. Der Regen Fällt
5. Beweg Dein Arsch
6. Wer Bin Ich
7. Küss Mich
8. Zusammen
9. Stör Ich
10. Für Dich
11. Weg Von Dir
12. Heiß



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod