Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (9)
Questions / Réponses (1 / 1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Aesthesia, Backyard Babies, Guns N' Roses, Hanoi Rocks, MÖtley CrÜe, Star Rats

HARDCORE SUPERSTAR - Dreamin' In A Casket (2007)
Par THE MARGINAL le 17 Décembre 2007          Consultée 6146 fois

S'il y a un combo qui était particulièrement attendu au tournant, c'est bel et bien Hardcore Superstar. Le quartette suédois est en effet l'auteur d'une véritable bombe atomique qui a littéralement conquis bien des fans de heavy-rock. Je parle évidemment de l'album éponyme paru en 2005.

Pour Hardcore Superstar, le plus dur est donc d'accoucher d'un successeur digne de ce nom à un tel album, de savoir répondre aux attentes des fans. Pour rappel, après un "Bad sneakers and a pina colada" sorti en 2002 qui laissait entrevoir de grandes choses, le combo suédois avait refroidi les ardeurs de bon nombre de fans avec le disque suivant, "Thank you (for letting us be ourselves)", plus aseptisé. Aussi, au moment de la sortie de "Dreamin' in a casket", les fans espèrent que Hardcore Superstar ne retombera pas dans les mêmes travers.

Mine de rien, "Dreamin' in a casket" est déjà le 5ème album studio du combo suédois, qui est désormais considéré comme une valeur sûre du hard rock/sleaze, l'un des meilleurs du genre à l'heure actuelle. Si on se penche sur la carrière de Hardcore Superstar, on constate que le groupe, s'il est parvenu à se forger sa propre identité, a toujours proposé un album différent. Alors, qu'en est-il exactement de "Dreamin' in a casket" ?

A l'écoute de cette nouvelle galette, on s'aperçoit que le groupe a accentué le côté heavy, que le son des guitares est plus tranchant(on flirte même carrément avec le thrash), mais que l'aspect mélodique n'est pas pour autant délaissé. Au contraire, on retrouve plusieurs réminiscences glam. En gros, essayez d'imaginer une rencontre entre "Appetite for destruction"(Guns N' Roses), "Too fast for love"(Mötley Crüe) et "Rust in peace"(Megadeth), mais avec la patte de Hardcore Superstar, et vous aurez peut-être une idée plus précise de ce qu'est "Dreamin' in a casket"...

Si la première chanson de l'album, le morceau heavy-rock pêchu "Need no company", de surcroit mis sur orbite par une longue intro sophistiquée, avec des effets spéciaux, et boosté par un refrain entêtant, survolté, reprend les choses là où Hardcore Superstar les avait laissées sur le précédent opus, "Medicate me" arrive à point nommé pour montrer comment réussir magistralement le crossover ultime entre le sleaze-rock façon Mötley Crüe/Guns N' Roses et le heavy dans le style Megadeth/Metallica, d'autant que le refrain est énorme, ultra-fédérateur. En ce qui concerne l'aspect glammisant du groupe, évoqué quelques lignes plus haut, il est présent sur "Dreamin' in a casket", une compo plus aérienne, plus catchy sur laquelle le quartette suédois développe davantage l'aspect mélodique.

Mais s'il y avait UN morceau à retenir en particulier sur cet album, un titre susceptible de sortir du lot, ce serait peut-être "Sophisticated ladies": il s'agit-là d'un véritable hymne heavy-rock/sleaze en puissance, tour à tour furibard, catchy et déjanté. Bref, tout ce qui fait le charme de Hardcore Superstar. Qui plus est, le guitariste du groupe Thomas Silver épate, surprend en balançant un solo hypnotique assez inattendu. Comme autres compos qui font mouche, on peut tout de même aussi mentionner le percutant "Wake up dead in a garbagecan", un chouia allumé, qui dépote et se signale par une rythmique acérée, "Spreadin' the news" qui fait un peu penser à du Pink Cream 69 en plus sleaze, plus crasseux et, par ailleurs, se distinguant par une variété de riffs, de rythmes fort appréciable, "Sensitive to the light" qu'on peut considérer comme l'archétype de la compo hard rock "made in Sweden" ultra-accrocheuse, enjoliveuse, irrésistible(vous savez, le genre de titre qui vous ferait regretter de ne pas être né suédois) et dont le refrain turbulent contraste avec le reste(plus mélodique), mais encore "No resistance" qui voit le groupe alterner rythme rapide, musclé et passages plus mid-tempos.

L'univers 100% sleaze et cradingue, on le retrouve sur "Lesson in violence", titre vicelard, venimeux avec des riffs qui crachent et sur lequel le chanteur Jocke Berg module sa voix comme Axl Rose le faisait sur "It's so easy" et "Mr. Brownstone", ainsi que "Sorry for the shape I'm in", dont l'ambiance fait qu'on ne peu s'empêcher de repenser aux heures glorieuses des Mötley Crüe, Guns N' Roses, Skid Row, L.A.Guns à la fin des 80's. En matière de vibrant hommage à cette scène, ce titre se pose là.

Alors, en fin de compte, quel est le verdict ? Globalement, on peut dire que ce nouvel album de Hardcore Superstar, s'il tient largement la route, est tout de même moins immédiatement accessible que le précédent opus, moins varié, un tantinet moins imparable. Il faut néanmoins relativiser car l'album éponyme avait placé la barre extrêmement haut et "Dreamin' in a casket" demeure quand même un disque de très haute volée(un néophyte aura probablement cette impression). Parmi les points forts de ce nouvel album de Hardcore Superstar, on mentionnera les refrains, très bien travaillés, mais aussi les riffs mordants, heavy, nombreux et assez inspirés. Dans l'ensemble, il y a un bon équilibre entre le son heavy et les passages plus mélodiques, même si le chant est trop mis en avant.

Il faut reconnaitre qu'il était difficile de réaliser un album aussi carton que l'éponyme. Hardcore Superstar s'en est quand même fort bien sorti et il faut plusieurs écoutes pour bien cerner les compos de ce nouvel opus, s'en imprégner. Celles-ci sont faites pour prendre toute leur dimension sur scène et il y a de fortes chances d'ailleurs pour qu'elles fassent des ravages en live. Pour finir, à titre anecdotique, "Dreamin' in a casket" s'est classé 7ème des charts suédois. Voilà la preuve que Hardcore Superstar s'est fait un nom dans le giron sleaze/hard rock.

Note: 4,5/5.

A lire aussi en HARD ROCK par THE MARGINAL :


GUN
Swagger (1994)
Hard rock




ROXX
Outlaws, Fools & Thieves (2004)
Du bon glam dans le style poison, pretty boy floyd


Marquez et partagez






 
   THE MARGINAL

 
   THE BLUE OYSTER

 
   (2 chroniques)



- Jocke Berg (chant)
- Thomas Silver (guitare)
- Martin Sandvik (basse)
- Magnus 'adde' Andreasson (batterie)


1. Need No Company
2. Medicate Me
3. Dreamin' In A Casket
4. Silence For The Peacefully
5. Sophisticated Ladies
6. Wake Up Dead In A Garbagecan
7. Spreadin' The News
8. This Is For The Mentally Damaged
9. Sensitive To The Light
10. Lesson In Vio-lence
11. Sorry For The Shape I´m In
12. No Resistance



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod