Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Meat Loaf, The Throbs , Crash Kelly, Traumatisme
- Membre : Savatage, Rainbow, Dennis Dunaway , Black Country Communion, Electric Angels, Ace Frehley , Kiss, F5, Winger
- Style + Membre : Dokken, Hollywood Vampires, Blue Coupe

ALICE COOPER - From The Inside (1978)
Par DAVID le 13 Janvier 2008          Consultée 6751 fois

Après l'échec cuisant de Lace And Whiskey, la collaboration entre Alice Cooper et Bob Ezrin avait bel et bien montré ses limites. Elle s'arrêtera là. A l'heure du punk, on aurait pu croire (et espérer) un instant qu'Alice Cooper se remettrait en question et s'interrogerait sur la ringard-isation que prend son image et sa musique en général. Celui qui terrorisait les foules jadis est devenu désormais un grand guignol, un bouffon, sous un décorum Hollywoodien bon enfant et inoffensif. Avec la participation de Bernie Taupin (le compositeur des classiques d'Elton John dans les années 70), a-priori, Alice Cooper n'entend pas changer son fusil d'épaule. Le message est clair : il continuera à faire du rock FM.

From The Inside est pourtant nettement plus intéressant que Lace And Whiskey, et ce pour plusieurs raisons : Alice Cooper retrouve (partiellement tout du moins) sa gouaille légendaire, avec le retour de ses vocaux agressifs, chose que l'on n'avait plus entendu depuis plusieurs années. L'apport de Steve Lukather à la guitare est également loin d'être anecdotique: il remplace avantageusement Steve Hunter avec une énergie palpable et un son reconnaissable entre mille (il a le même son ici que sur le premier album de Toto). Qui plus est, From The Inside fait preuve d'une certaine ambition, avec des arrangements léchés, à défaut d'être originaux (on reste dans le rock FM comme il s'en faisait à la fin des années 70).

Oh bien sûr, les ballades atroces n'ont pas disparu, malgré les rares intermèdes « flippants » insérés ici ou là ("The Quiet Room" et surtout le soupesque "Millie And Billie", en duo avec Marcy Levy, chanteuse qui accompagna Eric Clapton).
Ce sera le dernier album d'Alice Cooper à s'inscrire dans ce style « rock FM », avec la production hyper clean de David Foster et la présence de nombreux invités sur l'album, dont les musiciens de Toto (David Hungate, Steve Porcaro, Bobby Kimball), Cheap Trick (Rick Nielsen joue sur "Serious") et Elton John (Dee Murray, Davey Johnstone). D'Elton John, il est question dès les premières notes au piano sur "From The Inside", avec les choeurs et le rythme légèrement disco... Un titre très entraînant et un peu décalé car Alice Cooper y apporte son univers glauque, avec le concept de l'album résumant son séjour dans un hôpital psychiatrique.
La sincérité avec laquelle il se livre dans les paroles fera dire à certains die-hard qu'il s'agit de son meilleur album. Mais les paroles ne font pas tout, encore faut-il que la musique suive. Et questions ballades, on ne perd pas tout à fait de vue les travers de Lace And Whiskey, avec en prime des choeurs efféminés ridicules, typiquement Elton Johnien... On ne se refait pas. Seule "How You Gonna See Me Now" est réussi dans le genre ; Alice Cooper chante presque comme Elton John sur celle là.

On retiendra avant tout l'apport de Steve Lukather, les guitares rock qui en découlent sur l'étrange "Nurse Rozetta", les dynamiques "For Veronica's Safe" et "Serious" (dont les choeurs sont dans la lignée de ce que fera Toto plus tard, et dont un des riffs servira carrément de modèle à celui de Saxon sur Rough And Ready), ainsi que le très classique "Wish I Were Born In Beverly Hills" qui aurait même pu être interprété à l'époque du Alice Cooper Band. Et le final "Inmates (We're All Crazy)" avec son orchestre et ses choeurs est assez émouvant également.
From The Inside reste une bonne surprise, mais on en ressort avec l'intime conviction qu'Alice Cooper avait fait le tour du sujet dans sa période « Hollywoodienne » et qu'il ne parviendra jamais à faire aussi bien que Welcome To My Nightmare et Alice Cooper Goes To Hell, si bien qu'un changement radical était nécessaire pour le prochain album.

A lire aussi en HARD ROCK par DAVID :


VAN HALEN
Women And Children First (1980)
Hard rock

(+ 1 kro-express)



TOXIC TWINS
Mental Pollution (2004)
Hard français 80's


Marquez et partagez




 
   DAVID

 
   ALANKAZAME
   DARK BEAGLE

 
   (3 chroniques)



- Alice Cooper (chant)
- Davey Johnstone (guitare, chant)
- Jay Graydon (guitare)
- Jefferson Kewley (guitare)
- Steve Lukather (guitare)
- Dick Wagner (guitare)
- David Foster (claviers)
- Robbie King (claviers)
- Fred Mandel (claviers)
- David Hungate (basse)
- Dee Murray (basse)
- Kenny Passarelli (basse)
- John Pierce (basse)
- Lee Sklar (basse)
- Dennis Conway (batterie)
- Michael Ricciardella (batterie)
- Rick Schlosser (batterie)
- Jim Keltner (percussions)


1. From The Inside
2. Wish I Were Born In Beverly Hills
3. The Quiet Room
4. Nurse Rozetta
5. Millie And Billie
6. Serious
7. How You Gonna See Me Now
8. For Veronica's Sake
9. Jackknife Johnny
10. Inmates (we're All Crazy)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod