Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK METAL  |  STUDIO

Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : In Extremo, Saltatio Mortis, Nachtgeschrei, Folk Stone, Vogelfrey
 

 Site Officiel En Allemand (466)

SUBWAY TO SALLY - Bastard (2007)
Par VOLTHORD le 4 Décembre 2007          Consultée 3618 fois

Bastard était l’un des dix albums (ouais, on va voir ça en gros) que j’attendais le plus cette année. Contrairement au "Varangian Way" de TURISAS, au Sado Et Masoch de FJOERGYN ou au "Victory Songs" de ENSIFERUM, dont je ne doutais pas un instant qu’ils seraient au moins très bons, si ce n’est excellents (ce qui ne fut pas toujours le cas, tout de même), pour la dernière offrande du Métro pour Sally, c’était plutôt du « on verra ».

Même si les deux dernières réalisations du groupe entraient parmi les meilleures sorties de leur année, rien n’était encore gagné d’avance pour cet opus, car malheureusement, avec STS, c’est un peu une fois sur deux que c’est VRAIMENT poignant (je ne compte pas Nackt qui était certes un excellent Best of/live acoustique, mais pas un vrai album).
Ceci posé, par rapport à ce que j’aurais pu prévoir de pire, à savoir un album qui se serait voulu bien incisif et défolkisé (à la Engelskrieger en gros), "Bastard" en l’état actuel des choses est bien loin d’être radicalement décevant.

"Bastard" veut lui aussi à sa manière redonner le mot d’ordre aux grattes électriques, mais cette fois-ci, STS n’épure pas son côté folk et ses habituelles divagations aériennes… A part ce son de guitare un tout petit plus froncé (et encore…), on retrouve grosso merdo la même formule que dans "Herzblut" et "Nord Nord Ost".

Grosses guitares bien lourdes (dans les deux sens du terme) et très « lambda » dans le genre (qu’on encaisse par habitude avec tout de même un certain plaisir), claviers un poil épique, parfois plus aériens, en général plutôt prévisibles, mélodies simples et prenantes… tout semble y être pour qu’on ait l’impression de ré-entendre ce qui faisait le charme, mais aussi le côté très carré des précédents albums. SUBWAY TO SALLY commence à se caler sur une manière assez uniforme d’aborder le genre qu’il a parcouru depuis déjà un bon bout de temps. On en arrive donc à un album avec un violon accrocheur « typique de chez STS », avec des arpèges au luth, à la mandoline ou à la guitare « de chez STS », les chœurs en canon « à la STS », les ballades mélancoliques « made in STS » les riffs simples et rentre-dedans « à la S… » euh non, « à l’Allemande ». L’ambiance de "Bastard" est certes prégnante, mais beaucoup moins limpide et immatérielle que celle du superbe "Nord Nord Ost", car beaucoup moins poussée dans les émotions qu'elle transporte.

Tout est bien solide, bien ficelé, mais usant donc des procédés qui ont déjà eu leur heure de gloire. Dommage. Les morceaux un peu casse couilles comme « Voodoo », « Die Trommel », vraiment redondants, et avec des refrains un peu lourdingues sont rattrapés par « Puppenspieler », « Auf Kiel » ou « Tanz Auf Dem Vulkan » qui sont un peu mieux mais ne vont pas vraiment jusqu’au bout de leur geste, trop limités par les impératifs commodes que le groupe se sera imposé.

C’est encore une fois les morceaux les plus folk ou ceux qui jouent le plus sur l’émotion qui rattrapent vraiment le coup (car si STS est un groupe de metal lambda, voir même moyen, c'est un putain de groupe de folkeux !) : « Umbra », au refrain un peu faiblard, mais assez emportant, « Fatum » à moitié chuchoté, les ballades « In Der Stille » ou « Wehe Stunde », qui ressemblent peut être à des « So Rot » ou « Seemanslied », mais dans lesquels on retrouve un STS si charmeur qu'il en redevient quasi-inébranlable…


Bastard ne cherche pas les noises, il se parfait même dans une sorte de classicisme propre à ces trois albums précédents, et aussi aux canons du microcosme « folk metal allemand » au niveau de la prod et aussi de ces constructions très formelles (mais ça c’est pas nouveau).

Une chose me turlupine sauvagement le gouliwok : "Hochzeit" et "Engelskrieger" m’apparaissent certes comme des albums un peu moins bons que ceux qui les entourent ("Bannkreis", "Herzblut" et "Nord Nord Ost"), mais ils ont suscité des débats, des déceptions pour certains des surprises pour d’autres… On pouvait au moins s’accorder sur un point : jusque là chaque album se créait une véritable identité, qu'on l'aime ou qu'on ne l'aime pas…et c’était là toute la différence entre STS (pour moi le leader) et les autres groupes de Folk Metal Allemands (SALTATIO MORTIS étant le dernier exemple récent dans le genre « auto-suffisance pénible »). Ce qui m’emmerderait vraiment, ce serait d’entrer dans une pauvre routine où, tous les deux ans, à la question « l’est bien l’dernier STS ? », je répondrais en un haussement d’épaule « ouais… c’est du STS quoi… »…Rah… Jamais je ne veux tomber là dedans, alors au boulot vieux métro teuton, et pas de dodo sur tes lauriers…S’teupl.

A lire aussi en FOLK METAL par VOLTHORD :


RIVENDELL
Farewell, The Last Dawn (2005)
Folk metal. l'album de la maturité pour rivendell




SUBWAY TO SALLY
Bannkreis (1997)
Folk metal des plus inventif. méconnu mais génial


Marquez et partagez



Par VOLTHORD




 
   VOLTHORD

 
  N/A



- Eric Fish (chant, vents)
- Frau Schmitt (violon)
- Bodenski (guitare acoustique, hurdy-gurd)
- Simon (guitare acoustique, guitare)
- Ingo Hampf (guitare, luth, mandoline)
- Sugar Ray (bass)
- Simon Michael (batterie)


1. Meine Seele Brennt
2. Puppenspieler
3. Auf Kiel
4. Umbra
5. Voodoo
6. Wehe Stunde
7. Die Trommel
8. Unentdecktes Land
9. Hohelied
10. Canticum Satanae
11. Tanz Auf Dem Vulkan
12. Fatum
13. In Der Stille



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod