Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK SYMPHO / ATMO  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Falkenbach

FJOERGYN - Sade Et Masoch (2007)
Par VOLTHORD le 17 Novembre 2007          Consultée 2810 fois

Après Ernte Im Herbst, on pouvait, on devait, attendre une récidive de la part des teutons de FJOERGYN, qui, faute d'être passés quasiment inaperçus, ont quand même sorti l'un des seuls albums de Viking/Black Symphonique potables venant d'Allemagne (qui a beaucoup de groupes du genre pour pas grand chose au final, il faut bien le dire).
Et comme il n'y a pas que Mère Nature, les charges guerrières et les papillons bleus dans la vie, FJOERGYN veut apparemment changer de concept, et montrer qu'il veut fouetter son chat ailleurs... et y prendre plaisir, comme le titre de ce nouvel opus pourrait le laisser deviner : Sade Et Masoch...
Que de bonheur à l'annonce du titre, je salivais d'impatience, espérant une évolution un peu ANOREXIA NERVOSesque du groupe, suppliant même que le groupe puisse exceller dans un domaine plus incisif, plus euh...sexuel, plus sombre, ou inversement, plus angélique (comme les photos promos et la pochette le laisseraient supposer) ou plus quoi que ce soit...En gros, en priant pour que FJOERGY N sache nous en mettre plein la vue en changeant sa manière d'aborder le Black Symphonique.

Pourtant, quand j'écoute et réécoute ne serait-ce que les deux premiers morceaux de l'album, je me dis:
« Ah ouais mais là non c'est pas possible. Si vous appelez ça SADO ET MASOCH les gars, allez pas nous faire un Ernte Im Herbst 2, enfin j'en sais rien, tout ce que vous voulez les gars, mais pas les mêmes effets orchestraux, la même prod, les mêmes sonorités...Bah ouais, soit on change soit on change pas... »

Alors certes, les choeurs masculins diminués, ça sonne moins « viking », et bon puis les ambiances de FJOERGYN, puisant davantage dans les grands arrangements philarmoniques que dans le folk, peuvent évoquer autant de grands paysages naturels incrustés çà et là d'une certaine féerie (Ernte Im Herbst était un must pour ça!), qu'une fresque dramatique, biblique ou je ne sais quoi.

Cependant voilà. Pour moi...je tiens à appuyer sur ces deux mots, car je suis teubé par les vikings, donc forcément les images de mon cerveau vont parfois dans une direction mythologique un peu succinte...si vous voyez ce que je veux dire... Pour moi, Sado Et Masoch aurait dû présenter une cassure, quelque chose de significatif, presque de radical. Mais cet album est tellement habité par le spectre de son prédécesseur qu'on reste avec plus ou moins les mêmes images. Je noterai quand mêmes quelques nuances électros par-ci (avec une grosse maladresse finale), plus « modernes » au niveau des grattes par-là (« Masoch »), quelques choeurs féminins sous-utilisés sur « Katharsis », un ton plus sobre, éthéré et solennel sur « Narziss »...bon ça reste très faiblard, comme prises de risques, mais c'est toujours ça de pris.

L'avantage, c'est qu'au moins, on n'est pas complètement déçu, car Sado Et Masoch a la même fougue que son prédécesseur. On retrouve vite ses marques, entre les pianos mélancoliques, les guitares incisives, ce souffle épique inimitable. FJOERGYN n'a pas perdu de vue son talent de composition, le sublime « Masoch » et ses nombreuses fluctuations en étant la preuve ultime, « Narziss », nous ouvrant un azur rayonnant, en est la confirmation ! L'afflux d'arrangements grandioses et angéliques, envolés, subliminaux, parfois plus fins et mélodieux, contrastés par un timbre de voix peiné si parlant font tout de même de Sade Et Masoch une oeuvre au potentiel certain. Petit point faible, les chants clairs, pas toujours très pertinents, et parfois même un peu gênants, comme sur le final "Sade" (qui est d'ailleurs un peu longuet et pas franchement génial pour un épilogue, plutôt basique dans son genre...mais bon).

J'arrive forcément assez vite à court de propos devant un album qui n'a pas grand-chose de nouveau à proposer...
Je me prends toujours à croire que FJOERGYN a eu sans doute une excellente idée de concept mais n'a pas pu s'empêcher de rester exactement dans le genre musical dont il avait posé les bases sur Ernte Im Herbst. On se retrouve avec un album de black sympho/épique soigné, accrocheur et évocateur... Plus aussi surprenant que son prédécesseur, contenant beaucoup moins de variations significatives dans l'enchaînement de ses morceaux, mais encore très nettement au-dessus de la masse.

A lire aussi en BLACK SYMPHO / ATMO par VOLTHORD :


XANTHOCHROID
Blessed He With Boils (2012)
Mieux vaut être un rôdeur qu'un paladin




AQUILUS
Griseus (2012)
Poésie automnale grandiloquente


Marquez et partagez




 
   VOLTHORD

 
  N/A



- Stephan L. (chant, guitare,claviers)
- Andreas T. (basse)


1. Prolog
2. Das Leid Des Einhorn
3. Die Hierarchie Der Engel
4. Ach Sprich Doch...
5. Masoch
6. Katharsis
7. Ich Sah Den Himmel Weinen
8. Narziss
9. Sade



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod