Recherche avancée       Liste groupes



      
THRASH METAL  |  STUDIO

Commentaires (4)
Lexique thrash metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Exhorder, Sadus

DARK ANGEL - Leave Scars (1989)
Par CANARD WC le 8 Janvier 2008          Consultée 4927 fois
Leave Scars est le meilleur album de DARK ANGEL, point barre.

Je suis à poil là. Pas d’anecdotes, de jeu de mots et autre histoire abracadabrantesque à vous raconter. Je commence direct avec cet enchaînement:
Meilleur album → Thrash qui tabasse → Ça tue
Point à la ligne.

Contrairement aux précédents albums, le groupe a réussi sur Leave Scars à décliner son Metal sur un mode à la fois violemment ahurissant et diablement accrocheur. Il y a sur chaque morceau une porte d’entrée pour l’amateur de Thrash burné. Soit un riff mémorisable sur lequel DARK ANGEL s’articule haineusement, soit un refrain autour duquel on décale la brutalité ambiante. Chaque pièce meurtrière de cet album abrite un break incroyable, un mid tempo jouissif, une accélération démentielle et tout le saint frusquin.

La construction de ce Thrash brutal, mais pas seulement, n’est pas sans rappeler SLAYER. Philosophiquement même, DARK ANGEL a choisi son camp. DARK ANGEL violente. Le verbe « tabasser » est on ne peut plus approprié pour décrire le bordel ambiant. Le changement de chanteur va dans ce sens. RINEHART (qui remplace DOTY) gueule un peu plus fort; c’est quasiment la fin des aigues, le timbre est rageur, plus lourd et empli d’une colère contrôlée. Dans sa recherche d’agression absolue, les textes se hissent également d’un cran alternant visions apocalyptiques et thèmes plus psychologiques (les deux marottes de DARK ANGEL).

Toujours emmené par le terrifiant Gene HOGLAN, le martien de la double pédale, le groupe livre un Thrash d’une intensité inouïe – son jusqu’auboutisme allant même tutoyer les sommets atteints par un certain « Reign in Blood ». Mais trois ans plus tard. Même l’instrumentale (Cauterization) est impitoyable : un mur de décibels qui arrachent le papier peint. Il n’y a bien que la reprise de LED ZEP pour donner un peu d’air à ce manifeste de brutalité es Thrash.

DARK ANGEL en fascinerait presque. On frôle la performance surhumaine. Et pour une fois la production est en adéquation avec l’horreur retranscrite. Ce son - toujours aussi laid, crade et d’une opacité assourdissante - masque les contours de ce Thrash hors normes. Le délai que le groupe s’est octroyé après Darkness Descends prend alors tout son sens. Avec sa technicité avancée et sa prodigieuse agressivité, DARK ANGEL avait les billes en mains pour briller. Suffisamment pour qu’on l’assimile à la mouvance « Techno Thrash » (alors émergente), aux cotés de CORONER et de MEKONG DELTA entre autres.

Une tournée avec DEATH (en tête d’affiche) et NUCLEAR ASSAULT s’ensuivra après l’album. Tout un symbole. Comme condamné à l’underground, Leave Scars est une oeuvre incomprise sortie tardivement et à un moment inopportun. Le meilleur album du groupe n’est juste qu’un bon album de Thrash vaguement culte. L’aveu de puissance d’un groupe qui n’a pas percé. Hautement recommandable toutefois.


Note : 4/5


Morceau préféré : Cauterization
Curiosité : Immigrant Song (reprise de LED ZEP)




Marquez et partagez




 
   CANARD WC

 
   BIONIC2802

 
   (2 chroniques)



- Ron Rinehart (vocals)
- Eric Meyer (guitars)
- Jim Durkin (guitars)
- Mike Gonzalez (bass)
- Gene Hoglan (drums)


1. The Death Of Innocence
2. Never To Rise Again
3. No One Answers
4. Cauterization
5. Immigrant Song
6. Older Than Time Itself
7. Worms
8. The Promise Of Agony
9. Leave Scars



             



1999 - 2014 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod