Recherche avancée       Liste groupes



      
GRINDCORE  |  STUDIO

Commentaires (3)
Questions / Réponses (1 / 3)
Lexique grindcore
L' auteur
Acheter Cet Album
 

1989 Horrified
 

- Style : Nausea

REPULSION - Horrified (1989)
Par T-RAY le 2 Décembre 2007          Consultée 3937 fois

Où a commencé le grindcore ? Mais ici bien sûr. Pas avec ce disque, mais avec les musiciens qui jouent dessus et les morceaux qu'ils y ont gravés. D'influences en influences vers d'autres influences, les quatre compères du Michigan que sont Scott Carlson, Matt Olivo, Aaron Freeman et Dave Hollingshead ont assimilé toutes les formes de brutalité musicale existant à l'époque (1986), du punk au death en passant par le thrash et le hardcore, et les ont régurgitées dans leur style propre, celui qu'ils avaient déjà initié en majeure partie dans la première mouture de Repulsion, Genocide. Repulsion n'est finalement devenu que l'aboutissement du projet artistique de ces quatre bouchers, faisant de leur seul et unique album la pierre philosophale du grindcore.

Et pourtant ce "Horrified" ne renferme pas que du grind dans sa plus simple expression. Au contraire, il se présente comme un manuel musical de la genèse du genre. Olivo, Carlson et les autres aimaient Discharge et son punk agressif. Ils appréciaient le côté sombre et débridé des premiers Venom et Celtic Frost. Ils raffolaient du thrash de Slayer. Ils ont côtoyé, à leur demande, Chuck Schuldiner et Kam Lee... et tout cela s'entend ! Mais porté à un niveau de complexité et de violence, d'urgence et de crudité supérieures, Repulsion a donné à sa musique une forme unique qui n'allait pas tarder, le tape-trading aidant, à faire des émules. Et ce n'est pas pour rien que cet enregistrement, daté donc de 1986, a été édité pour la première fois en 1989 à l'initiative de... Bill Steer et Jeff Walker, piliers de Carcass et, pour Steer, de Napalm Death dans sa version la plus grind, la première en somme. Cela suffit à justifier la dimension culte du groupe et l'influence de sa musique.

Ce manifeste du grindcore indique en 18 morceaux "seulement" (pour du grind) d'où il vient et où il va. Dès le premier morceau, on sait que l'on est face à une nouvelle marche de la brutale évolution du métal. "The Stench Of Burning Death" et son titre univoque commence par cinq accords repris plus tard par Napalm Death, avant de montrer dès la quatrième mesure la violence et la purrulence de son propos. Les blast beats déferlent passées les 10 premières secondes, la basse ultra-distordue imprime une rythmique écrasante et les vocaux, hurlés et non growlés comme il pouvait en être coutume chez l'ami Schuldiner, mettent à l'épreuve l'élocution inhumaine de Scott Carlson sur des paroles vomitives purement et simplement gore. Quant à Aaron Freeman, il nous gratifie au bout de 45 secondes d'un solo aussi rapide que déjanté, parfaitement décousu mais à l'impact immédiat dans ce flot de violence, posant là une différence claire avec les soli du thrash ou du heavy. Avant de nous en rebalancer au moins un à chaque titre.

La suite vient nous confirmer que l'album s'annonce... très varié ! Loin des dérives qu'à pu connaître le genre au fil de son existence, les géniteurs du grindcore nous livrent ici un modèle de composition, voire de recomposition musicale - un comble lorsque l'on traite de décomposition - à partir des influences qui leur sont propres. Ainsi des relents death, résidus de leur rencontre avec Chuck Schuldiner, font leur apparition dès le deuxième titre, "Eaten Alive", au refrain particulièrement accrocheur. Un symptôme que l'on retrouve sur tout le disque, Scott Carlson démontrant avec brio sa maîtrise des phrases qui font mouche et que l'on a envie de hurler avec lui, comme sur "Splattered Cadavers" ou "Maggots In Your Coffin". Celui-ci parvient même à rendre les couplets accrocheurs eux aussi. Si bien qu'aucun morceau de l'album, vocalement, ne se ressemble. Un exploit.

Les plans thrash ne sont pas en reste non plus puisque d'un "Acid Bath" slayeresque à "Bodily Dismemberment" en passant par "Decomposed", "Radiation Sickness" ou "Driven To Insanity", aux allures de Venom revigoré par un séjour au cimetière, Repulsion nous démontre à quel point il a digéré ce style qui lui est cher et à quel point il est à même d'en restituer le côté catchy, grâce aux riffs de Freeman et Olivo et surtout à la batterie de Dave "Grave", capable de faire swinguer ces pépites de brutalité sanguinolente lorsqu'il calme ses blasts. Et que dire de cet hommage aux Nazguls de J.R.R Tolkien, "Black Breath", très lourd et très influencé par Celtic Frost ou, de nouveau, Venom ?

Punk et hardcore, ont aussi droit de cité sur les riffs de "Slaughter Of The Innocent", et ses paroles relativement politisées, ou de "Festering Boils". Mais là ou Repulsion fait le plus fort, c'est sur les morceaux où ils synthétisent toutes ces influences dans un crescendo de rapidité et de violence tout simplement... grindcore, comme sur "Pestilent Decay", "Bodily Dismemberment" et "The Lurking Fear". Car tout est là : avant de devenir un genre à part entière, comme en témoignent les "Repulsion" et autres "Crematorium", grind du début à la fin, le grindcore a dû passer par une étape d'assimilation et de brutalisation de ses influences, elles-mêmes déjà brutales. Ce qu'est parvenu à faire à merveille Repulsion sur ce disque, épargnant à de nombreux suiveurs, plus ou moins talentueux, de s'en charger maladroitement et leur permettant de se livrer à des élans de brutalité encore jamais entendus, plus encore que Carlson et compagnie ne le feraient jamais. Mais qu'importe, ceux-ci, en un seul disque, ont réussi un coup de maître et Scott Carlson pouvait bien déclamer un "fuck" bien senti à la fin de "Horrified", écrasant morceau-titre, en guise de bonne chance à tous ceux qui espéreraient faire mieux ou, du moins, atteindre l'équilibre parfait démontré sur cet album.

A lire aussi en GRINDCORE par T-RAY :


TERRORIZER
World Downfall (1989)
Un monument

(+ 1 kro-express)



LOCK UP
Demonization (2017)
Quand la musique fait mal...


Marquez et partagez




 
   T-RAY

 
  N/A



- Scott Carlson (basse, chant)
- Matt Olivo (guitares)
- Aaron Freeman (guitares)
- Dave 'grave' Hollingshead (batterie)


1. The Stench Of Burning Death
2. Eaten Alive
3. Acid Bath
4. Slaughter Of The Innocent
5. Decomposed
6. Radiation Sickness
7. Splattered Cadavers
8. Festering Boils
9. Pestilent Decay
10. Crematorium
11. Driven To Insanity
12. Six Feet Under
13. Bodily Dismemberment
14. Repulsion
15. The Lurking Fear
16. Black Breath
17. Maggots In Your Coffin
18. Horrified



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod