Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK METAL  |  STUDIO

Commentaires (4)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Tuatha De Danann, Skiltron, MÄgo De Oz, Orden Ogan
 

 Site Officiel (322)
 Myspace (221)
 Chaîne Youtube (222)

ELVENKING - The Scythe (2007)
Par AKRON le 15 Octobre 2007          Consultée 4744 fois

Alors que certains groupes brassent inlassablement la même recette au fil des albums (je ne citerai pas de noms mais vous avez certainement quelques exemples qui vous viennent d’ores et déjà à l’esprit), parfois efficacement au demeurant, d’autres semblent mettre un point d’honneur à évoluer à chaque nouvelle production. C’est vraisemblablement ainsi qu’ELVENKING considère ses objectifs de carrière. En laissant un peu à part Heathenreel auquel je n’ai jamais trop accroché et qui figure, de mon point de vue, le brouillon de Wyrd, on a par suite une évolution vers des teintes plus sombres.

The Winter Wake arborait déjà une couleur moins enjouée et optimiste que son prédécesseur, tout en affirmant le côté heavy de sa musique, rehaussé d’un côté légèrement punk au niveau du chant de Damnagoras. The Scythe poursuit l’évolution dans la même logique.
Concrètement, cette évolution se traduit par un pas dans la direction du death mélodique ; le morceau éponyme qui ouvre l’album débutant d’ailleurs par une batterie pilonnante, une basse claquante et quelques growls. Dans le fond cependant, ELVENKING se maintient toujours dans le domaine du heavy folk, mais marque son évolution en musclant sa base sonore, en faisant reculer encore plus l’aspect folk qui reste néanmoins marqué par un violon très présent sur les refrains, qui gardent en partie ce côté « optimiste » présent dans une plus large mesure sur les productions précédentes du groupe. On retrouve également les quelques petits effets « modernes » de synthés déjà présents sur The Winter Wake, mais toujours de façon discrète.

Voilà pour les caractéristiques générales. Du point de vue composition / finition, les morceaux sont travaillés, bien agencés, bien exécutés, rien à redire. Mais… globalement beaucoup moins accrocheurs et entraînant qu’auparavant. C’est là que le bât blesse en vérité, peut-être dû au rapprochement avec le death mélodique ; le groupe laisse de côté l'aspect heavy avec ce qui va avec : refrain mémorisables, riffs à l’avenant… Après un bon mois d’écoutes, voilà à peu près ma progression dans l’écoute de l’album : je dodeline de la tête sur le morceau d’ouverture, puis sur « A Riddle Of Stars », je suis les changements de tons de « Romance And Wrath » avec un certain plaisir, puis arrive « The Divided Heart », très efficace morceau, accrocheur étouétou, l’interlude acoustique « Totentanz » vient aérer l’album mais ne peut rivaliser avec la ballade « In The Morning Dew » sur l’album précédent ou encore avec l’enjoué « The Loser’s Ball » sur Wyrd, pour rester dans le domaine des acoustiques. Puis je décroche à nouveau sur les deux derniers titres.

Si vous jetez un œil à la track-list, la déduction est évidente : une moitié de l’album est passée sous silence. Pas qu’ils soient mauvais intrinsèquement, ces autres titres, mais tout simplement pas accrocheurs. Il y a de bons moments, lignes de chant, violonades, etc… mais rien de carrément bandant.
Là, on touche au fond du problème. The Scythe a le cul entre deux chaises, entre un heavy qui ne l’est plus suffisamment pour accrocher totalement l’auditeur, à l’image de ses prédécesseurs, et pas encore assez death mélodique pour se permettre de revendiquer fièrement les attributs du genre. ELVENKING se contente de flirter avec ces influences sans oser pousser carrément le culot à un vrai death mélo folk. Pourquoi pas après tout ?
Du coup, coincé entre ces velléités difficilement conciliables, le groupe fait marche arrière, en ce qui concerne la qualité de la musique, dans sa volonté d’aller de l’avant. Finalement, The Scythe ne parvient qu’à être un album moyen malgré un bon potentiel. A écouter toutefois pour les quelques idées intéressantes, mais sans s’attendre à un vrai successeur à The Winter Wake.

Note finale : un petit 2,5/5. Elève intelligent, idées à travailler, peut mieux faire.

A lire aussi en HEAVY METAL par AKRON :


MANOWAR
Kings Of Metal (1988)
We're the kings of metal comin' to town

(+ 5 kros-express)



FALCONER
Northwind (2006)
Trve métal puissant et lyrique


Marquez et partagez




 
   AKRON

 
  N/A



- Damnagoras (chant)
- Aydan (guitare)
- Gorlan (basse)
- Elyghen (claviers, violon)
- Zender (batterie)


1. The Scythe
2. Lost Hill Of Memories
3. Infection
4. Poison Tears
5. A Riddle Of Stars
6. Romance & Wrath
7. The Divided Heart
8. Totentanz
9. Death & The Suffering
10. Dominhate



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod