Recherche avancée       Liste groupes



      
BRUTAL DEATH METAL  |  STUDIO

Commentaires (5)
Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Melted Space

KRONOS - Colossal Titan Strife (2003)
Par PAZUZU le 20 Septembre 2007          Consultée 3867 fois

De leur propre aveu, ils ont travaillé dur, très dur même, pendant des années. Eux, ce sont les musiciens du groupe KRONOS – nom du chef des Titans et père de Zeus. Précédé de deux démos dont un split, leur premier album studio, Titan’s Awakening , a été autoproduit avant d’être réédité par un label désormais défunt. Ce premier album livrait déjà un aperçu du talent de KRONOS mais souffrait de quelques défauts de jeunesse dont une très excusable inexpérience de l’enregistrement en studio – mixage et arrangements. Malgré ces difficultés et grâce à l’arrivée de l’actuel bassiste, Tom, le groupe était heureusement déjà passé du mélange de heavy et de thrash de ses débuts au brutal death metal qui deviendrait son style. Style lui permettant de rivaliser déjà avec des ténors tels que DEVOURMENT, BRODEQUIN ou encore NILE. Encouragé par son succès naissant, KRONOS a donc continué de mettre en musique ses thèmes favoris, empruntant aux différentes mythologies du monde entier et en particulier à la mythologie grecque, la plus propre de par son contenu, selon le groupe, à être associée au brutal death metal qu’il pratique. C’est la raison pour laquelle nous évoquerons d’abord brièvement les thèmes qui sont au cœur des compositions de Colossal Titan Strife, avant de nous attarder sur les particularités de la musique de ce second album.

Alors que le groupe NILE pille sans vergogne l’égyptologie, KRONOS, lui, adapte avec délicatesse légendes et mythes de l’antiquité, principalement grecque pour les raisons que nous venons d’indiquer. L’auteur des paroles maîtrise ainsi incontestablement un sujet qui le passionne depuis l’enfance, mais pour le démontrer sans alourdir notre propos, il faut renvoyer l’auditeur aux textes du livret – en anglais. Il nous faut aussi nous contenter de mentionner que l’action se situe sur fond de tragédie grecque et de parricide annoncé, dans le cadre d’un affrontement mortel entre divinités luttant pour la conquête du pouvoir. Dangers de la soumission irraisonnable ou de la révolte contre l’autorité dans « Submission » et dans « Aeternum Pharaos Curse », haine entre peuples dans le très violent et tristement prophétique « Haterealm », lutte pour la survie des gladiateurs combattants dans « Opplomak », voici quelques-uns des thèmes abordés dans les dix compositions du second album de KRONOS, la première piste servant d’introduction à cette atmosphère guerrière sur fond d’épées qui s’entrechoquent et de cris de mourants.

Pour ne pas gâcher le plaisir de la découverte d’un groupe encore trop peu connu en France, disons que la musique du second album de KRONOS est le résultat de la parfaite entente des musiciens et de l’accord magique de leurs instruments qui semblent parfois ne faire qu’un. Ajoutons encore que cette musique peut se résumer ainsi : puissance et clarté du son, très grande diversité des ambiances et des tempos, importance particulière accordée à la basse et division du chant entre une voix death souvent proche du grind et une voix black criarde à souhait - les deux voix étant régulièrement modulées pour éviter la monotonie et ponctuer le propos. La puissance du son, tout en restant violent comme il se doit, est clair grâce à une excellente production, et chaque instrument est audible. La batterie- triggée en partie - et la basse assurent quant à elles une solide section rythmique au jeu très varié tandis que les deux guitares se font complices ou s’associent avec la basse pour créer des ambiances maintenant l’attention et permettant de déceler, ici et là, des influences issues de styles tels que le power, le thrash, le black, le hardcore et bien sûr le grind. Le chant, enfin, n’est pas aussi aisé à suivre qu’il le sera sur l’album suivant, mais ce détail n’enlève rien à l’ingéniosité de l’étrange monologue à deux voix qui scande et ponctue les diverses narrations qui composent l’album.

Violent et brutal, mais jamais agaçant ni lassant, d’une complexité et d’une technique toujours au service de sa musique, rempli d’ambiances variées, de soli ingénieux et de breaks judicieux, le second album de KRONOS, petite merveille de musique extrême, pourrait constituer une excellente introduction au brutal death metal… français. Je ne l’avais pas mentionné ? KRONOS est un groupe français, contraint après la disparition de son premier label et le désintérêt des maisons de disques, d’aller chercher à l’étranger les soutiens nécessaires à sa survie. En Espagne d’abord puis aux Pays-Bas aujourd’hui. Il est dit que nul n’est prophète en son pays. J’ajouterais que c’est hélas souvent exact lorsqu’on a du talent. Puisse donc cette chronique contribuer à la renommée de KRONOS, ici et ailleurs, et vous inciter à écouter cet album et le suivant !

A lire aussi en DEATH METAL :


MAYAN
Antagonise (2014)
Plus maîtrisé déjà




GRAVE
You'll Never See... (1992)
Brutal death metal


Marquez et partagez




 
   PAZUZU

 
  N/A



- Mike (batterie)
- Richard (lead guitar)
- Tom: (basse & backing vocals)
- Grams (lead guitar)
- Kristof (lead vocals)


1. Mythological Bloodbath
2. Colossal Titan Strife
3. Submission
4. Opplomak
5. With Eaque Sword
6. Aeternum Pharaos Curse
7. Haterealm
8. Monumental Carnage
9. Phaeton
10. Kronos
11. Infernal Worms Fields



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod