Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL SYMPHONIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


PERPETUAL FIRE - Endless World (2007)
Par BAST le 13 Septembre 2007          Consultée 2982 fois

Quoi de mieux pour escorter une musique tirant son souffle des panoramas épiques qu’un ouvrage du même bord ? Les auteurs de qualité ne manquent pas. Entre un David Gemmell aux personnages trempés dans l’acier ou un Greg Keyes avide de quêtes flamboyantes, l’embarras du choix promet un chapelet d’épopées inoubliables. Aujourd’hui, la sélection porte sur « Les Scarifiés », l’une des pépites de China Miéville. Mais après quelques pages colorées, coruscantes et imaginatives, l’erreur prend à la gorge. Non pas celle de l’ouvrage littéraire mais bien de l’œuvre musicale. Face à du heavy symphonique aussi pauvre et avachi, d’autres écrits paraissaient mieux adaptés. « La Belgariade » de David Eddings, par exemple. A musique oblique par d’incessants coups d’œil à ses ainés, ouvrage alignant les lieux communs. Logique.

Mais au juste, c’est quoi PERPETUAL FIRE ? Un énième combo de heavy symphonique ? Certainement. Et après ? Formé de Steve Volta (PANDAEMONIUM) et Marco Sivo (la voix de TIME MACHINE), la possibilité de découvrir un cortège attachant restait envisageable. Des naissances se produisent parfois qui réservent de bonnes surprises. Raté. Retranchés derrière un patronyme malhabile et timoré, les italiens de PERPETUAL FIRE arnaquent : mélodies tombées du camion, recel de plans contrefaits, chant death piraté depuis une pub Strepsil, touches médiévales subtilisées sans vergogne à la première fête de village, le programme exsude le renfermé, à l’image de cette pochette pâlichonne chichement rehaussée.

Tronçonné dans sa longueur en quelques centaines de coupes, on retrouve sur « Endless World » des mélodies qu’on jure déjà connaître. Rien ne surprend, rien ne ballote. « Shadows Call » emprunté à LABYRINTH, « Superstitions » tout droit sorti d’un album de DRAKKAR, « Castle Of My Soul » et son arrière-goût de MESMERIZE, l’album se transforme en blind-test spécial Italie. Après les groupes s’inspirant des références du heavy mélodique, PERPETUAL FIRE augmente la déclivité et s’installe au creux du creux, là où les flagorneurs s’attachent les faveurs des courtisans.

Avec « Endless World », PERPETUAL FIRE gonfle les rangs des formations d’obédience écolo privilégiant le recyclage. La poubelle jaune pour l’emballage, la verte pour les mélodies et la bleue pour les idées. Ca n’est même pas mauvais, juste lourdement indigeste. A éviter.

A lire aussi en METAL SYMPHONIQUE par BAST :


KRYPTERIA
Bloodangel's Cry (2007)
Metal sympho à chanteuse qui fait du bien




AQUARIA
Luxaeterna (2005)
Heavy symphonique à ne rater sous aucun pretexte !

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   BAST

 
  N/A



- Roby Beccalli (chant)
- Steve Volta (guitare)
- Mark Zampetti (basse)
- Federico Ria (batterie)


1. Medusa´s Secret
2. Superstitions
3. Shadows Call
4. Maybe
5. Leave Me Alone
6. Hurricane
7. The End Of A Dream
8. Blind Soldier
9. Castle Of My Soul
10. The Calm Before The Storm
11. Prelude
12. Endless World
13. Call Me (bonus)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod