Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (35)
Questions / Réponses (5 / 22)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1987 Appetite For Destruct...
1993 The Spaghetti Inciden...
1994 Sympathy For The Devil
1999 Live Era 1987-1993
2008 Chinese Democracy
2014 Appetite For Democracy :...
 

- Style : Girish And The Chronicles, Spread Eagle, Beautiful Creatures, Hardcore Superstar, Hall Aflame, Buckcherry, Aesthesia
- Membre : Gilby Clarke, Soul Asylum, Izzy Stradlin, The Dead Daisies, Asia, Sons Of Apollo, Duff Mc Kagan , The Cult, Velvet Revolver, Slash's Snakepit
- Style + Membre : L.a. Guns, Matt Sorum, Hollywood Rose
 

 Site Officiel (848)
 Myspace (939)
 Chaîne Youtube (1408)

GUNS N' ROSES - Use Your Illusion I (1991)
Par FENRYL le 3 Janvier 2023          Consultée 1317 fois

1991: GN'R est de retour !
Et pour son grand retour, le groupe réussit un coup immense de communication en nous proposant rien de moins que deux volets, deux albums qui paraissent le même jour, le 17 septembre 1991 par le label Geffen Records : un volume I et un volume II, tous les deux ornés d’une pochette présentant un personnage de la célèbre peinture de Raphaël "L’école d’Athènes" mais avec deux codes couleur : orange/rouge pour le premier, bleu/violet pour le second.


"Trop cher mon fils" : à cette époque, les CD coûtent bien trop cher pour mon portefeuille d'ado. J'achète le second opus et truande mon frangin de deux ans mon cadet pour qu'il se procure le premier…
Et c’est finalement pour fêter les 30 ans de ces deux opus que je m’attèle à l’écriture d’une double chronique, forcément parallèle… mais face à l’ampleur de la tâche et leur trop grande importance nostalgique, ce n’est que plus d’un an plus tard que je finalise mon travail…

À l’époque, je suis en troisième… La radio de l’époque nous inonde de Metal : des émissions à la radio, des émissions à la TV, des nuits avec des clips… Bref, le Metal s’expose et le Metal commence à vendre. Mais c’est bien avec "Use Your Illusion" et un certain "Black Album" de METALLICA (sorti un mois plus tôt, le 13 août de la même année) que le jeu va prendre une toute autre dimension : ces deux super combos vont propulser le gros son à une autre échelle et exposer le monde musical à des tournées titanesques, restées références du genre aussi bien pour l’affiche que pour les frasques associées.

Prenons une grande inspiration et tentons de chroniquer ce premier opus donc…

"UYI" pour son premier volume divise clairement, même trente ans après… Même à mon niveau ! En effet, à l’époque, il n’avait pas de considération à mes yeux, à quelques très rares exceptions près. Avec le temps, j’ai appris à lui offrir davantage de crédit et de j’ai appris à apprécier certains titres (beaucoup m’ont dit et me diront encore que j’ai simplement vieilli, je le concède volontiers). De façon générale, le premier élément qui me marque avec tout le recul nécessaire, c’est assurément la qualité incroyable de la réalisation des deux albums, œuvre du groupe et de Mike Clink.

Quasi 76 minutes pour seize morceaux, ce premier effort est gargantuesque mais n’a pas pris une foutue ride. Cette année, une version remastered vient de pointer le bout de son nez mais vraiment, je me demande pourquoi ! Évidemment, pour vous parler de cet album, les entrées sont multiples : je ne pourrais que vous inviter à lire et relire comme je l’ai fait le livret accompagnant le CD, riche en informations. Il est ainsi possible de comprendre ensuite qu’Axl cède le micro à Izzy sur "Dust N' Bones", "You Ain’t The First" et "Double Talkin’ Jive", trois morceaux que le guitariste rythmique a composés lui-même. Ce même Axl partage le pied avec Alice Cooper sur "The Garden" pour un morceau à l’ambiance certaine tout comme sur "Don’t Cry" avec Shannon Hoon (BLIND MELON).

"Use Your Illusion I" divise car il touche à tout. Il propose une telle diversité que le risque est palpable. Jugez plutôt : le bal s’ouvre avec un "Right Next Door To Hell" Heavy et furieux à souhait (cette ligne de basse d’intro mes aïeux !) pour aussitôt basculer vers un expérimental et pénible "Dust N' Bones". À ce petit jeu dangereux, on regrette rapidement la cover des WINGS dont le riff culte utilisé pour un opus de la saga James Bond, le célèbre "Live And Let Die", finit par énerver plus qu’il n’émoustille, tout comme "Perfect Crime" (Heavy Punk), "You Ain’t The First" (country cowboy song qui rappellera beaucoup "Lies", l’opus précédent), avant dans une moindre mesure "Bad Apples", titre de remplissage évident. Je vous cite clairement des morceaux ratés et sans grand intérêt.

Je viens donc de virer six titres… Il me reste à vous parler des dix derniers, soit la taille standard souvent recherchée quand on s’attaque aux albums qualitatifs…

Et une fois le désherbage effectué, force est de constater que "Use Your Illusion I" a de quoi réveiller un mort : "Don’t Cry" (titre datant de 1986 !) trouve ici le statut de ballade culte avant de se voir presque botter le culte par une folie pure de neuf minutes accompagnée d’un clip mémorable (encore aujourd’hui) avec notamment un Slash posant un solo, debout sur le piano d’Axl : "November Rain", vous l’aurez forcément compris, est une merveille absolue dont les deux soli (devant l’église lors du mariage d’Axl avec Stéphanie Seymour) sont des moments cultes, qui vous marquent des ados à tout jamais. Tous mes potes de l’époque se mettaient au piano pour épater la galerie ! Ah nostalgie, quand tu nous tiens ! Mais moi, j’assume adorer également un "Bad Obsession" dès ses premières notes d’harmonica (les concerts de la tournée avec l’aspect Big Band auront eu raison de me convaincre), titre ultra entraînant et qui semble groover, autant qu’un "Back Off Bitch" et "Don’t Damn Me", entraînant (qui me fait penser à la voie trouvée avec "You Could Be Mine" que j’évoque dans le volume 2).

Le "duo des jardins", "The Garden"/"Garden Of Eden", se complète avec classe : le premier est suave et bourré d’une ambiance folle (merci Alice Cooper !) quand le second est une petite speederie aux relents Punk. À ce titre, côté ambiance le final "Dead Horse"/"Coma" se pose en jolie expérience. Si le premier morceau monte en puissance comme un hurlement dans la gorge, le second est l’un des titres les plus sous-cotés du groupe. Pour l’avoir vu plusieurs fois en live, ce morceau à tiroirs de plus de dix minutes pave une voie royale vers une spécialité que le groupe fera sienne… Celui présent sur "UYI II" est éblouissant à tout point de vue (cf. la chronique correspondante), "Coma" n’en demeure pas moins plus déchirée, plus écorchée vive… Un moment marquant.
Je garde bien le meilleur pour la fin : "Double Talkin’ Jive" qui déboule comme un chien dans un jeu de quilles. Le côté bad guys de ce titre est saisissant : une première partie provoc’ avant un final offert à Slash qui nous pond un solo teinté d’influences Flamenco, tout simplement obsessionnel. Trente ans après, ce titre me fout les poils à chaque fois.

Vu de 2022, "Use Your Illusion I" a acquis un statut de vilain petit canard face à son jumeau. Il existe dans l’ombre de son double tout en proposant pourtant des moments référence et cultes. Il est toutefois clairement desservi par du remplissage évident qui sanctionne un ensemble parfois bouffi et artificiel voire anachronique. Certes indissociable du volet bleu/violet, le orange/rouge parvient tout juste à atteindre le statut d’album plaisant.

Sorry frangin mais avec le second opus, j’ai tiré le gros lot en misant pour une fois sur le bon cheval !

Note réelle : un gros 2,5/5, arrondi avec les années au supérieur.

Top : "Double Talkin’ Jive", "November Rain", "Dead Horse", "Don’t Damn Me", Back Off Bitch"...

A lire aussi en HARD ROCK par FENRYL :


MÖTLEY CRÜE
Saints Of Los Angeles (2008)
Inespéré et génial retour du CRÜE !

(+ 3 kros-express)



SIXX: A.M.
The Heroin Diaries Soundtrack (2007)
Concept album de Nikki "Heroïne" Sixx...

(+ 2 kros-express)

Marquez et partagez




 
   FENRYL

 
   ALANKAZAME
   POSSOPO
   STEF
   THE MARGINAL

 
   (5 chroniques)



- Axl Rose (chant ,clavier)
- Saul "slash" Hudson (guitare)
- Izzy Stradlin (guitare)
- Duff Mckagan (basse)
- Matt Sorum (batterie)
- Dizzy Reed (clavier)


1. Right Next Door To Hell
2. Dust'n Bones
3. Live And Let Die
4. Don't Cry
5. Perfect Crime
6. You Ain't The First
7. Bad Obsession
8. Back Off Bitch
9. Double Talkin' Jive
10. November Rain
11. The Garden
12. Garden Of Eden
13. Don't Damn Me
14. Bad Apples
15. Dead Horse
16. Coma



             



1999 - 2023 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod