Recherche avancée       Liste groupes



      
THRASH METAL  |  STUDIO

Commentaires (60)
Questions / Réponses (8 / 64)
Metalhit
Lexique thrash metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Machine Head, Alkoholizer, Exhorder, Evile, Demiricous, No Return, Kristendom, Metallica, Sadus
- Membre : Grip Inc.
- Style + Membre : The Unholy Alliance , Forbidden, The Big 4

SLAYER - Reign In Blood (1986)
Par FENRYL le 2 Février 2010          Consultée 14904 fois

Juin 2011. La suppression des épreuves d'Histoire-Géographie en tant qu'épreuve du baccalauréat général a vu la création d'une épreuve de culture générale dans un thème que le candidat propose... Un nombre non négligeable de candidats a le cran d'assumer son amour de la musique en général, celui du métal en particulier...

Premier sujet de ce qui sera, on l'espère, une longue série:
"1986: le thrash, SLAYER, "Reign In Blood", le monument du genre ?". Vous avez deux heures ...

En deux heures, gratter sur "Reign In Blood" constitue assurément une putain d'épreuve. A la fois physique et psychologique. Faites le test autour de vous. Tout le monde a un avis sur ce skeud...
Et le plus surprenant, c'est bien qu'au premier abord, on se dit "Fock (accent français "alakon"), c'est un album culte. Définitif. No comment. Point barre. "… Ça, c'est pour les premières années... Et puis le temps passe et les générations avec. Les styles "à la mode" traversent la planète message parfois comme des comètes et les années défilent...
Et pourtant... Pourtant, 24 ans plus tard, cet album de SLAYER est toujours et définitivement une référence absolue. En toute objectivité ou subjectivité notoire. Il ne sera même pas question ici d'avancer ce genre de contre-argument totalement fallacieux.
Une approche scientifique de "RIB" doit reposer sur le contexte: nous sommes en 1986 ! Pour ma génération, cet opus est juste un putain de tsunami. A l'époque, jamais un tel O.V.N.I. n'avait osé pointer le bout de son nez sur la planète dite de l'"extrême". Et c'est finalement ce terme qui prenait tout son sens et qui peut définir au plus juste la galette: extrême côté speederie, exécution (les soli du duo King/Hanneman révolutionnent définitivement le genre), durée (moins de trente minutes faut oser quand les cd sont à des tarifs prohibitifs en francs !), contexte, contenu des textes (cette foutue polémique pour "Angel Of Death" ne cessera jamais de me hanter: il détaille les camps de concentrations de l'Holocauste et les expérimentations humaines conduites à Auschwitz par Josef Mengele, dont le surnom était "l'ange de la mort" avec l'accent non plus sur le satanisme comme sur l'opus précédent mais désormais sur les futurs classiques du groupe que sont la mort, la guerre, la folie, les meurtres..., artwork... J'en passe et plein de meilleurs !

"Reign In Blood" marque également le début de la fameuse collaboration du groupe avec Rick Rubin (producteur); lequel va définitivement faire évoluer le son de SLAYER vers ce qu'il représente comme référence aujourd'hui encore.
C'est pour toutes ces raisons que "Reign In Blood" doit être respecté pour ce qu'il est: un album référence du Metal en général, du Thrash en particulier. Il ne serait question ici de contester ce statut. Certes, depuis on a surement fait plus fort, plus "extrême", plus "jesaispaskoi" mais en 1986, SLAYER frappait fort, très fort. Un magistral uppercut dans les burnes, le genre de produit qui vous laisse hagard et surtout qui agit comme un révélateur.

Alors oui, l'objectivité me fait penser et écrire que "RIB" n'est pas parfait: ce n'est donc pas mon album de SLAYER préféré car le groupe excellera encore davantage dans les tempos plus sombres et lourds ("South Of Heaven" mais surtout l'ultime "Seasons In The Abyss" le surpassent).
Je vénère SLAYER pour 3 albums studio successifs et un live en guise de conclusion.
Ce "Reign In Blood", le fameux, est le premier de ces 3 disques et obtient une médaille de bronze dans ce trio. Ravageur, sec (26 minutes soit moins de 3 minutes par track), destructeur, c'est le moniteur d'auto-école du monde du métal : il guide, forme et éduque une génération de musiciens. Savourez l'immense "Angel Of Death" pour comprendre ce que veut dire riff et break (c'est ainsi que j'ai pigé le truc à l'époque, la deuxième partie du titre étant tout simplement phénoménale) tout comme "Altar Of Sacrifice".
De la première à la dernière note, le groupe ne relâche à aucun moment la pression: même "Jesus Saves" trompe son monde (!) ainsi que "Criminally Insane". Je pourrais ainsi vous citer chacun de ces foutus titres tant ils déclenchent chez moi des réactions de bonheur...
Et la fin... Putain cette fin (*) vous achève littéralement. SLAYER enclenche le principe du binôme assassin, une marque de fabrique pour les deux galettes suivantes. Et dans le genre, "Postmortem"-"Raining Blood" se pose en référence absolue: le premier par un riff principal jouissif qui bascule dans un déluge de notes aussi speedées que Thrash avant que ne retentissent les grondements d'un orage annonçant un véritable déluge de frénésie...
Dieu, pardon, Satan, que ces gouttes de pluie n'en finissent pas de tomber, nous laissant seul au milieu d'un monde ravagé par SLAYER.

Note réelle: 4,5/5 arrondi à 5 pour la valeur "Culte" indiscutable de cet album, entrée à la postérité.

N.B: on notera l'existence d'une édition remasterisée avec deux bonus: un remix de "Criminally Insane" (plus sombre dans sa construction) et "Aggressive Perfector" tiré de "Haunting The Chapel " (production améliorée et durée réduite).

(*) c'est inimaginable comme écrire sur SLAYER peut vous rendre grossier et utiliser un langage ordurier !

Ultime: "Postmortem"- "Raining Blood".

A lire aussi en THRASH METAL par FENRYL :


The UNHOLY ALLIANCE
Chapter 2: Preaching To The Perverted (2007)
Fucking SLAYER & co !




SKINLAB
Disembody: The New Flesh (1999)
Le groove Metal de la grande époque...


Marquez et partagez




 
   FENRYL

 
   CANARD WC
   DEADCOM
   MEFISTO
   MULKONTHEBEACH
   POSSOPO
   POWERSYLV
   RENERION
   ROOTSPACOROOTS
   THE BLUE OYSTER

 
   (10 chroniques)



- Tom Araya (chant, basse)
- Kerry King (guitare)
- Jeff Hanneman (guitare)
- Dave Lombardo (batterie)


1. Angel Of Death
2. Piece By Piece
3. Necrophobic
4. Altar Of Sacrifice
5. Jesus Saves
6. Criminally Insane
7. Reborn
8. Epidemic
9. Postmortem
10. Raining Blood



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod