Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (4)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Black Sabbath, Iron Butterfly
- Membre : Dokken, Rainbow
- Style + Membre : Blue Coupe

BLUE ÖYSTER CULT - Agents Of Fortune (1976)
Par LONER le 27 Septembre 2007          Consultée 7293 fois

Si je vous parle d'un groupe ou d'un artiste officiant dans le hard rock et ayant sorti un triptyque d'albums quasi parfait suivi d'un live d'anthologie, à qui pensez-vous ? Mötörhead ? Ted Nugent ? Blackfoot à la rigueur ? Non, là il s'agit du Blue Öyster Cult, qui après la folie furieuse de « On Your Feet Or On Your Knees » était attendu au tournant par un nombre déjà non négligeable de ses adorateurs. « Agents Of Fortune » se devait donc d'être à la hauteur de ses prédécesseurs et surtout, devait apporter au groupe la reconnaissance qu'il désirait tant. On peut dire qu'au moins un des objectifs fut atteint, et ce n'est pas forcément celui que les fans de la première heure attendaient...

Pourtant, en y réfléchissant bien, la chose était prévisible. D'abord la pochette. Classieuse, propre sur elle, à l'image du croupier qui y figure. Certains éléments viennent pourtant rappeler les thèmes qu'affectionne le groupe, comme le ciel étoilé qui nous renvoie à la science-fiction ou le symbole étrange devenu le logo de la formation, utilement pointé du doigt par le gentleman en smoking. Des détails comme ceux-là, on pourrait raisonnablement s'en foutre. Sauf que dans ce cas, ça a son importance car il est rare de voir une pochette en aussi parfaite adéquation avec la musique.
En effet, à l'écoute du premier morceau, « This Ain't The Summer Of Love », on se dit qu'on est en terrain connu, c'est du BÖC tout craché. Les guitares sont agressives, la rythmique assassine et Eric Bloom est toujours un parfait psychopathe. Tant mieux, on aime ça et on en redemande. C'est oublier un peu vite la nouvelle facette du groupe. Vous vous souvenez, le bonhomme en costard... Car dès « True Confessions », on constate une certaine mutation. Les cuivres apparaissent, les guitares s'effacent, les mélodies se font plus légères, ont des accents pop.

Mais rassurez-vous, ce n'est pas mauvais, le Cult ne s'est pas rabaissé au point de faire de la soupe, disons simplement que c'est assez consternant. A ce stade, on ne peut qu'espérer une baisse de régime passagère. C'était sans compter avec « (Don't Fear) The Reaper », l'arme secrète du groupe, le désormais hit planétaire qui leur a permis de se propulser haut dans les charts. Il faut avouer que ce titre à de la gueule et de sacrés atouts mélodiques. Mais là encore, les mêmes reproches viennent à l'esprit. Tout ça sonne définitivement trop clean, trop calculé, chose à laquelle la bande à Bloom ne nous avait pas habitué. Du moins leur aura-t-elle permis de remplir un peu plus les salles de concert et leur tirelire par la même occasion.
Mais comme je le disais précédemment, tout n'a pas été oublié, la présence du légendaire logo ne servant pas qu'à la décoration. Car qui pourrait nier que des morceaux comme « E.T.I » ou l'excellent « Tattoo Vampire » n'auraient pas eu leur place sur « Secret Treaties » ou « Tyranny And Mutation » ? C'est dans ces moments-là qu'on sent la patte du groupe, cette ambiance particulière, teintée de folie. A ce titre, « The Revenge Of Vera Gemini » peut-être considéré comme une réussite, les vocaux de Patti Smith conférant à l'ensemble une atmosphère inquiétante, chose qu'on ne retrouvera plus sur « Tenderloin » ou « Debbie Denise », certainement les compositions les moins intéressantes de l'album.

Quoiqu'il en soit, ce serait injuste et totalement faux de dire que « Agents Of Fortune » est un mauvais album du Blue Öyster Cult, celui-ci fera bien pire par la suite. Ne vous attendez simplement pas à y retrouver l'énergie et l'agressivité des débuts. Certains parleront de maturité, le mot « évolution » me semble plus approprié.

A lire aussi en HARD ROCK par LONER :


Ted NUGENT & THE AMBOY DUKES
Tooth, Fang & Claw (1974)
Magistral !




The BLACK CROWES
The Southern Harmony And Musical Companion (1992)
Être sudiste dans les 90's, c'est faire ce disque.

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   LONER

 
  N/A



- Eric Bloom (guitare, claviers, chant)
- Albert Bouchard (guitares, harmonica, percussio)
- Joe Bouchard (basse, guitare, piano, chant)
- Allen Lanier (basse, guitare, claviers, chan)
- Donald « Buck Dharma » Roeser (synthétiseur, guitare, percuss)
- Michael Brecker (cuivres)
- Randy Brecker (cuivres)
- Patti Smith (chant sur « the revenge of ver)


1. This Ain't The Summer Of Love
2. True Confessions
3. (don't Fear) The Reaper
4. E.t.i. (extra Terrestrial Intelligence)
5. The Revenge Of Vera Gemini
6. Sinful Love
7. Tattoo Vampire
8. Morning Final
9. Tenderloin
10. Debbie Denise



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod