Recherche avancée       Liste groupes



      
DOOM METAL  |  STUDIO

Commentaires (4)
Metalhit
Lexique doom metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Memory Garden, Sorcerer, Procession, The Order Of Israfel
- Membre : Therion, Carcass
- Style + Membre : Solitude Aeturnus, Memento Mori, Avatarium, Krux
 

 Myspace (256)
 Site Officiel (228)

CANDLEMASS - King Of The Grey Islands (2007)
Par POSSOPO le 6 Août 2007          Consultée 8615 fois

Le parallèle avec IRON MAIDEN est intéressant. D'un côté, Bruce Dickinson, de l'autre Eddie Messiah Marcolin. Les deux ont tellement marqué les esprits que certains fans myopes croiraient presque que ces deux frontmen au charisme total font figure de leaders. Et on en oublierait presque que la vierge de fer a gravé trois timbres vocaux sur disque (je ne compte pas les oubliés Paul Day et Dennis Wilcock), que CANDLEMASS a vu passer cinq chanteurs dans ses rangs (six si on s'intéresse aux interventions au micro de Leif Edling durant les toutes premières années d'existence du combo). Et bien sûr, dans les deux cas, le véritable patron joue d'un instrument à quatre cordes métalliques.

Alors, quand on sait cela, quand on a la vue un peu faible et après le retour de Messiah Marcolin sur le disque éponyme de 2005 (celui de la re-reformation), l'apparition sur ce nouveau cru d'un certain Robert Lowe (également membre éminent du très américain et très doom SOLITUDE AETURNUS) a de quoi déranger. Mais on le rappelle, "Epicus Doomicus Metallicus", c'était Johan Langquist, "Chapter VI", c'était Tomas Vikström, "Dactylis Glomerata" et "From The 13th Sun", c'était Bjorn Flodkvist. Le grand prêtre habillé de bure n'est donc qu'un parmi d'autres et cette nouvelle figure devant le micro (je ne parlerai pas du feuilleton people qui amena cette énième modification de line-up) ne représente pas une véritable surprise, encore moins une révolution. Certes, il convient de s'habituer mais cela ne doit pas prendre plus de quelques minutes. Non, vraiment.

Un temps d'adaptation encore écourté grâce aux cordes vocales d'un nouveau crooner triste parfait à son poste. Un registre forcément moins étendu que son prédécesseur, mais compensé par une véritable puissance qui accompagne à merveille des guitares qui baignent elles aussi dans un jus épais.

Un jus épais qui n'empêche pas quelques envolées savoureuses comme cet inoubliable refrain de "Of Stars And Smoke", son solo porté ou son pont à la flûte (on appellera ça ainsi). Autre joyau du disque, le majestueux "Embracing the Styx" aux multiples intentions. Et pour accompagner ces quelques plages du meilleur doom, "Emperor Of The Void" ou "Demonia 6", brûlots survitaminés et pesants. Le prologue constitue l'ouverture acoustique naturelle, "The Opal City", le court instrumental de plomb.

"King Of The Grey Islands", un disque équilibré, nettement plus enlevé que le grisâtre "Epicus Doomicus Metallicus", moins foncièrement épique que "Nightfall". Un disque totalement réussi, qui arrive tard pour se laisser comparer aux chefs-d'œuvre du temps passé mais qui se fera vite une place de choix dans les différents référendums de l'année. Très riffique, toujours lourd et savamment rentre-dedans, la galette étonne avec ce délicat mellotron de "Man Of Shadows" ou encore un "Destroyer" lent comme la mort.
"King Of The Grey Islands", un disque accrocheur dans ses chorus, progressif dans son ensemble, un metal traditionnel riche en finesses et en petits détails malins, une émotion sincère, une expressivité rare. Et ces deux derniers compliments rendent autant grâce à Leif Edling, grand ordonnateur d'une messe qu'on a connu moins inspirée qu'à Robert Lowe, finalement plus que parfait, quasiment remarquable dans ce rôle si difficile de frontman.

"King Of The Grey Islands", accessible et beau, album de metal le plus plébiscité de 2007 ?
Il est encore bien tôt pour déterminer un véritable favori mais les paris sont ouverts, le jeu intéressant.

A lire aussi en DOOM METAL par POSSOPO :


CANDLEMASS
Nightfall (1987)
LE doom

(+ 2 kros-express)



TROUBLE
Psalm 9 (1984)
Le doom trad' dans toute son exhaustivité


Marquez et partagez





Par KARL VON KARL




 
   POSSOPO

 
   FREDOUILLE
   KARL VON KARL
   RENERION

 
   (4 chroniques)



- Robert Lowe (chant)
- Lars 'lasse' Johansson (guitares)
- Mats 'mappe' Björkman (guitares)
- Leif Edling (basse)
- Jan Lindh (batterie)


1. Prologue
2. Emperor Of The Void
3. Devil Seed
4. Of Stars And Smoke
5. Demonia 6
6. Destroyer
7. Man Of Shadows
8. Clearsight
9. The Opal City
10. Embracing The Styx



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod