Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (3)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


TWISTED TOWER DIRE - Netherworlds (2007)
Par DARK SCHNEIDER le 30 Juillet 2007          Consultée 2188 fois

TWISTED TOWER DIRE n’a pas eu la vie facile ces dernières années. Pour preuve, le précédent album, le très banal Crest of the martyrs, est sorti en 2003. Qu’ont-il fait depuis ? Tourner, travailler sur ce nouvel album, mais aussi et surtout faire face au départ de leur chanteur de toujours, Tony Taylor, suite à l’état dépressif de ce dernier. Tout ce temps allait-il permettre à ce combo américain de travailler consciencieusement sur ce nouvel opus ? Il faut croire que oui, ce Netherworlds s’imposant sans grande difficulté comme leur meilleur album à ce jour. Alors a-t’on droit à une grosse tuerie de heavy metal traditionnel qui donne envie d’headbanguer et d’hurler des « yeah !! » à tout va ? Heu non, définitivement non. Meilleur album pour TWISTED TOWER DIRE ne signifie pas bon album. Juste un disque correct on va dire. Ca se laisse écouter, ça s’oublie aussitôt.

Pourtant, la présence d’un nouveau chanteur (un certain Johnny Aune) aurait pu apporter un véritable sang neuf. Sauf que Aune est un chanteur aussi banal que son prédécesseur, il maîtrise certes mieux ses cordes vocales, mais sa voix est tout ce qu’il y a de plus quelconque bien que loin d’être désagréable pour autant.
Et la musique est malheureusement à l’avenant. Un heavy metal mille fois entendu dans les 80’s. Ne les blâmons pas pour cette passion nostalgique, ça serait faire un faux procès à un groupe constituer de fans de heavy qui veulent avant toute chose communiquer leur passion avec spontanéité et sans trop se poser de question. Sauf que leurs qualités de song writer ne sont pas des plus perceptibles. Bien malin d’ailleurs celui qui arrivera à détacher un morceau en particulier tant ils se ressemblent tous. Pour la forme, je citerai tout de même le titre « Tales of submission », seul morceau constitué d’un riff d’intro mémorisable et d’un refrain qui reste un bon moment dans nos oreilles, ainsi que le morceau final, « firebird », qui possède de loin le riff le plus efficace ainsi qu’une touche épique des plus appréciables. Le reste, malgré des refrains qui n’ont vraiment rien de désagréable, pas franchement caricaturaux non plus, n’arrive décidément pas à rester ancré dans nos esprits. Peut-être est-ce du à un manque évident de mélodie sur le plan guitaristique ? En effet, les gratteux privilégient les riffs, ou plutôt les rythmiques (à la limite du bourrinage d’ailleurs), les mélodies n’apparaissant guère que pour les soli (dans un pure style 80’s), hors le chant est lui typiquement dans un style mélodique. Pas que la mélodie soit un élément forcément indispensable, mais dans le style voulut et pratiqué par TWISTED TOWER DIRE, ce manque se fait cruellement sentir et explique sans doute le peu d’accroche de ces titres. Tout le contraire par exemple des suédois de BLOODBOUND qui officient également dans un style qui a eu ses lettres de noblesses il y a plus de 20 ans mais dont les qualités mélodiques rendent leurs morceaux irrésistibles.

On pourra cependant noter une évolution positive indéniable par rapport à leurs deux précédents opus, les compos étant ici nettement mieux maîtrisées bien que se ressemblant toutes.
Bref, si un jour TWISTED TOWER DIRE veut réellement proposer un album qui soit digne de rivaliser avec ce qui s’est fait de mieux dans les 80’s ou même d’égaler les meilleurs groupes actuels évoluant dans un style traditionnel, et bien il y a encore du boulot. Et à vrai dire, je doute beaucoup qu’ils y parviennent, mais qui sait ? Espérons pour eux que l’avenir me donnera tort.

A lire aussi en HEAVY METAL par DARK SCHNEIDER :


CIRITH UNGOL
King Of The Dead (1984)
Metal épique absolument unique, indispensable!




LOUDNESS
Live-loud-alive (1983)
LOUDNESS met le feu à Tokyo


Marquez et partagez




 
   DARK SCHNEIDER

 
  N/A



- Johnny Aune (chant)
- Scott Waldrop (guitare)
- Dave Boyd (guitare)
- Jim Hunter (basse)
- Mark Stauffer (batterie)


1. Starshine
2. Dire Wolf
3. Fortress
4. Killing Kind
5. Netherworlds
6. Casuality Of Cruel Times
7. Tales Of Submission
8. No One Left To Blame
9. Firebird



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod