Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK METAL RITUEL  |  STUDIO

Commentaires (1)
Questions / Réponses (2 / 2)
Metalhit
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


BLACK FUNERAL - Waters Of Weeping (2007)
Par POSSOPO le 15 Juillet 2007          Consultée 5669 fois

Né SORATH en 1992, BLACK FUNERAL fait partie des toutes premières entités black américaines. Né sous des auspices crus et banals, l'orchestre aujourd'hui monocéphale a peu à peu viré sa cuti pour se tourner vers une musique de plus en plus rituelle. Sorti en 2005, "Ordog" représentait une étrange tentative noise dont le concept tournait autour du Yatuk Dinoih, culte de la magie noire de la Perse ancienne. BLACK FUNERAL, c'est donc de l'obscur pur jus.

"Waters Of Weeping" marque un retour à une musique aux contours nettement plus black mais toujours imprégnée d'occulte. Et là réside tout l'intérêt d'une production qui se démarque intelligemment du flot de sorties actuelles par son goût terriblement prononcé pour le mysticisme sombre, un goût qui rend le son de "Waters Of Weeping" si particulier, un son obtenu avec l'aide de Sheikh Abd'ajjal, autrement baptisé Diabolus, membre éminent de VROLOK, gang américain du même noir de geai.

Une explication semble vitale afin de ne pas se tromper sur la nature de l'animal. Une bonne louche d'ambient, de multiples touches d'electro infiniment dark et cette fameuse patine black indiscutable, une comparaison avec le BEHERIT de "Drawing Down The Moon" permet de se faire une première idée de la bête. Admettons aussi un mélange mieux assumé entre les différents éléments (notamment électroniques et metal) que chez la formation finlandaise et une personnalité extrêmement forte, Michael Ford Nachttoter, qui nous gratifie d'un chant à la versatilité extrême. D'effets black jamais convenus à un chant caverneux venu du bout du monde (et surtout de la cave) en passant par une litanie de messe noire (rappelant de manière assez logique la bande originale du dernier Stanley Kubrick, le remarquable Eyes Wide Shut) qui donne un cachet précieux à l'opus, le noir personnage inonde l'album de savantes variations de style.
La liturgie de BLACK FUNERAL est plus riche que celle de BEHERIT, poisse en moins, un soupçon de muscle en plus. Un parfum de cathédrale délabrée se dégage de nombreux passages d'un grandiloquent cafardeux et d'une dichotomie envoûtante, une voix de stentor malsain volant au-dessus d'une rythmique électronique nauséabonde.
Une rythmique programmée qui varie beaucoup, tantôt martiale, tantôt plus enlevée, jamais excessive. "Waters Of Weeping" se veut lourd, très lourd. Il assaille l'âme, la noie dans un cérémonial mystérieux, chape de plomb charbonneuse censée broyer tout être qui ose s'aventurer dans cette spiritualité dangereuse et destructrice.

Impossible de recommander un tel ouvrage au client black moyen. Même les amateurs de crudités congérifiées risquent de pousser des cris d'orfraie à l'écoute de cette musique qui développe des arguments habituellement masqués par les atmosphères de haine ou de dépression excessive propres à nombre d'artistes du genre. Avec le BLACK FUNERAL nouveau, il convient d'en être averti, on n'extirpe pas sa bile, on ne tend pas son bras chauvin, on ne se ballade pas au milieu d'une nature misanthrope, on oublie églises en feu, drakkars et envies de suicide. Avec le BLACK FUNERAL nouveau, on entre en religion. Une religion proprement incompréhensible (n'essayez pas de décrypter les titres des morceaux, vous y laisseriez votre cerveau), qui jongle probablement avec les thèmes de prédilection de Michael Ford Nachttoter (lycanthropie, satanisme, magie noire et occultisme de bazar), une religion curieusement formidablement bien bâtie et diablement ensorcelante.

A lire aussi en BLACK METAL par POSSOPO :


DRUDKH
Estrangement (2007)
Le début de la fin, et c'est toujours aussi bien




PESTE NOIRE
Ballade Cuntre Lo Anemi Francor (2009)
Black metal rituel

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez



Par POSSOPO




 
   POSSOPO

 
  N/A



- Diabolus (musique)
- Michael Ford (voix)


1. Intro – Qemetiel And Belia’al
2. Nehemoth – Malkuth (namvth) - Earth
3. Gamaliel The Obscene – Yesod (lylyth) - Moon
4. Sha’arimrath, The Eighth Hell – Hod (smal/adramale
5. Harab Serapel, The Ravens Of Death – Netzach (bael
6. Lord Of The Dead – Tiphereth (belphegor/paimon) Ta
7. The One Adorned In Fire – Geburah (asmodeus) Golab
8. Devourers Of Spirit – Chesed (astaroth) Gamchicoth
9. Hell Of Sathariel – Binah (lucifuge Rofocale = Sat
10. Loathsome Serpents (ogiel) – Chokmah (beelzebub =
11. Thaumiel – The Deepest Hell – Kether (satan/moloch



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod