Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD/GLAM  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Bon Jovi, Hotcakes, Steel Panther, Reckless Love, CrashdÏet, Tigertailz, Shameless, Kiss, MÖtley CrÜe, Enuff Z' Nuff, Faster Pussycat
- Membre : Forty Deuce, Blues Saraceno , Richie Kotzen , Over The Edge, The Winery Dogs
- Style + Membre : Bret Michaels

POISON - Poison'd (2007)
Par THE MARGINAL le 1er Juillet 2007          Consultée 6556 fois

Pour un peu, on en viendrait presque à oublier que Poison est encore en activité. Et "Poison'd", le titre du 7ème opus studio du légendaire quartette américain, vient à point nommé pour rappeler qu'il y a encore de l'actualité chez Poison. En effet, Bret Michaels et ses compagnons de route vont de nouveau partir en tournée aux USA cet été aux côtés de Ratt et Vains Of Jenna. Il ne faut pas non plus perdre de vue que le dernier disque en date estampillé Poison, la compilation "20 years of rock", a assez bien marché aux USA l'an dernier et a permis au quartette américain de retrouver le Top 20 du Billboard(17ème) 13 ans après "Native tongue".

Ceci dit, "Poison'd" n'est pas un album de compositions toutes fraîches. Non, Poison a choisi de sortir un album de reprises. Ce choix de sortir un disque de covers 5 ans après "Hollyweird", un album studio qui n'a guère enchanté les foules, peut sembler assez curieux, ou témoigne peut-être d'une panne d'inspiration...

Sur cet album de reprises, Poison rend hommage aux artistes qui les ont influencés et qu'ils apprécient. Ainsi, les chansons d'artistes comme les Rolling Stones, Sweet, David Bowie, Tom Petty, Alice Cooper sont revisitées. Les covers les plus réussies sur cet album sont "Little Willy", dont la version ici est plus cool que l'original avec son final accéléré totalement délirant, jouissif, "I need to know" qui est assez fidèle à la version de Tom Petty (en tant qu'admirateur de Tom Petty, je suis en tout cas convaincu), la ballade bluesy "Can't you see" (du groupe The Marshall Tucker Band) qui, renforcée par des ajouts de piano, a probablement servi de source d'inspiration à Poison lorsque celui-ci avait composé "Lay your body down" en 1996, auxquelles on peut ajouter les versions de "What I like about you"(de The Romantics) et "Just what I needed" (de The Cars) qui mettent bien en évidence les influences glam du groupe (surtout la version de The Cars, tout à fait dans l'esprit qui animait Bret Michaels & co. dans les 80's).

En revanche, la version de "I never cry" manque cruellement de conviction et on lui préférera volontiers l'original (de Alice Cooper, est-il besoin de le rappeler?). Quand à "Dead flowers" des Stones, on ne peut pas dire que Poison l'ait particulièrmeent transcendée. Cette version-là est plutôt bancale, quelconque et, personnellement, j'aime nettement plus la version qu'avait proposée le duo Gilby Clarke/Axl Rose sur l'album "Pawnshop guitars" (de Gilby Clarke).

En fait, il n'y a que 8 reprises véritablement nouvelles sur cette galette car les 5 autres qui sont présentes proviennent de différentes époques antérieures. Le fait d'inclure sur ce disque des reprises comme "Your mama don't dance" et "Squeeze box" qui étaient déjà apparues sur album studio relève quand même du foutage de gueule. "Rock and roll all nite" figurait sur la B.O du film "Less than zero" en 1987 et la version d'époque fait très teenager. "We're an American band", de Grand Funk Railroad, apparait sur la compilation "20 years of rock" (tout comme "Rock and roll all nite", d'ailleurs). Enfin, on peut mentionner la présence de "You don't mess around with Jim" (de Jim Croce), plutôt sympa dans un style bien retro, qui avait été enregistré en 1987 et qu'on a retrouvé l'an passé sur la version remastérisée du 1er opus de Poison "Look what the cat dragged in". Ce qui est décevant, tout de même, c'est que le groupe ne s'est guère foulé: au lieu de rajouter ces 5 covers qui sentent le réchauffé (bon, à la limite, on peut retenir "You don't mess around with Jim" pour son côté ultra-rare), il aurait été nettement préférable que Poison offre des covers de Starz, Mott The Hoople, New York Dolls, Ramones, Suzi Quatro ou encore les Sparks. D'autre part, la présence d'une, voire deux compos inédites de Poison aurait été bienvenue...

Et puisque je suis en train de critiquer Poison, j'en profite par la même occasion pour pousser un petit coup de gueule contre le quartette américain qui, depuis qu'il est sorti de sa période de hiatus en 1999, ne tourne quasi-exclusivement aux USA (de temps en temps, le Canada est aussi visité) et délaisse les autres régions du monde où il a encore pas mal de fans (Australie, Japon, Europe, Amérique Latine). Qui plus est, même si leurs concerts continuent de valoir leur pesant de cacahuètes, les set-lists varient très peu et on y retrouve systématiquement les hits (ceux qui figurent sur les bests-of du groupe).

Bon, pour être honnête, on ne peut pas dire que "Poison'd" soit un mauvais album intrinsèquement. Il s'agit d'un album de reprises parmi tant d'autres, avec ses avantages et ses inconvénients. On peut simplement être déçu de ne pas avoir de nouvelles compositions du groupe. Dans un sens, un album de reprises, c'est toujours mieux qu'une énième compilation, mais d'un autre côté, on peut regretter que la magie n'opère plus au sein de Poison, que celui-ci soit en manque d'inspiration (car comment expliquer autrement la sortie d'un album de reprises 5 ans après "Hollyweird", un album de compositions personnelles plutôt moyen?). On peut donc penser que les plus beaux jours de Poison sont désormais derrière eux et que l'avenir du groupe se limite à des tournées. Dans ce cas, ce serait bien que Bret Michaels et ses compères reviennent faire un tour en Europe avant de raccrocher. Quand à "Poison'd", autant le considérer comme un truc sympa à se mettre entre les oreilles pendant l'été, rien de plus.

A lire aussi en HARD ROCK par THE MARGINAL :


SNAKE EYE
Ritual Instinct (2006)
Du très bon hard us plein de classe et de bon goût




BEAUTIFUL CREATURES
Deuce (2005)
La méga-tuerie heavy-rock de l'année 2005 !!!


Marquez et partagez




 
   THE MARGINAL

 
  N/A



- Bret Michaels (chant, harmonica)
- C.c. Deville (guitare)
- Bobby Dall (basse)
- Rikki Rockett (batterie)


1. Little Willy
2. Suffragette City
3. I Never Cry
4. I Need To Know
5. Can't You See
6. What I Like About You
7. Dead Flowers
8. Just What I Needed
9. Rock And Roll All Nite
10. Squeeze Box
11. You Don't Mess Around With Jim
12. You're Mama Don't Dance
13. We're An American Band



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod