Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD AND BLUES  |  STUDIO

Commentaires (5)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Jorn, Voodoo Circle, Inglorious, Thunder, Led Zeppelin, Manic Eden
- Membre : Quiet Riot, Deep Purple, Revolution Saints, Steve Vai , Wami, Tygers Of Pan Tang
- Style + Membre : Dokken, Snakecharmer, David Coverdale, Coverdale - Page, Msg

WHITESNAKE - Saints & Sinners (1982)
Par MOMO HEARTBREAKER le 20 Juillet 2007          Consultée 8032 fois

« Saints and Sinners » sort dans les bacs en novembre 1982, produit par le faiseur de miracles Martin Birch (l’un des tous meilleurs producteurs de l’histoire du rock à mon sens), et considéré commun un classique du genre. Après le succès mitigé de l’excellent mais peut-être trop bluesy « Come An' Get It » (avec ses rythmiques limites funky choquantes à l'époque et qui seront une source d'inspiration bien des années plus tard dans les 90's par nombre de combos de big rock US) pour plaire au grand public, la bande à David Coverdale revient sur ses fondamentaux issus du Pourpre Profond et du rythm'n blues des 60's, en nous proposant un album parfaitement équilibré entre hard et blues.

L’album est donc un savant patchwork de titres hard mélodique directs, taillés pour la scène tels les faramineux « Young Blood », « Rough and Ready », « Bloody Luxury », « Love an affection » ou « Rock n’Roll Angels », de compositions baignant dans un succulent feeling soul à l’image du génial « Victim of Love », le middle tempo imparable façon bicker avec l’éponyme « Saint & Sinner » avec son excellent riff façon Saxon début 80's, toujours prompt à vous faire taper du pied et de power ballades larger than life, je veux bien évidemment parler des hits « Crying in The Rain » et « Here I Go Again » qui seront repris dans une version plus aseptisée et rock US sur le multi-platine 1987. A cette époque où la guitare slide est reine, le serpent blanc dégage une facilité et une classe déconcertante, le tout enrobé d’une âme portée par le chant d’un David Coverdale au sommet de son art.

L’album terminé, suite aux tensions pendant les sessions d'enregistrement, le compagnon des débuts, Bernie Marsden (dont l'importance dans l'élaboration du son, bien qu'éternellement mésestimé fut d'une importance fondamentale) est prié de céder sa place, remplacé par Mel Galley issu de Trapeze (groupe dont le leader n’est autre qu’un certain Glenn Hugues, lui aussi ex-Deep Purple) ainsi que Neil Murray et Ian Paice qui seront remplacés pour la tournée par Colin Hodgkinson et Cozy Powell (ex-Jeff Beck Group et Rainbow) ouvrant ainsi une période d’instabilité au niveau du line up du groupe, sans que la qualité des compositions en soit toutefois affectée (normal quand on a le talent de songwriter et de manager de David Coverdale tout est permis). Mais qu’en-t-il de son âme ?

A lire aussi en HARD ROCK par MOMO HEARTBREAKER :


GREAT WHITE
Can't Get There From Here (1999)
Hard and blues

(+ 1 kro-express)



MONSTER MAGNET
God Says No (2000)
Hard and blues

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   MOMO HEARTBREAKER

 
  N/A



- David Coverdale (chant)
- Micky Moody (guitare)
- Bernie Marsden (guitare)
- Neil Murray (basse)
- Jon Lord (claviers)
- Ian Paice (batterie)


1. Young Blood
2. Rough An' Ready
3. Bloody Luxury
4. Victim Of Love
5. Crying In The Rain
6. Here I Go Again
7. Love An' Affection
8. Rock An' Roll Angels
9. Dancing Girls
10. Saints An' Sinners



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod