Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 



The HANGMEN - Loteria (2004)
Par THE MARGINAL le 13 Juillet 2007          Consultée 2403 fois

Remis en selle par son leader Brian Small en 2001 avec la sortie de l'album "Metallic I.O.U", The Hangmen a poursuivi sur sa lancée en publiant un live l'année suivante. En 2004, The Hangmen propose à ses fans du nouveau matériel en sortant "Loteria", son troisième album studio, toujours chez le label Acetate Records.

Le quartette américain, mené de main de maître par le chanteur Brian Small, a encore subi un changement au sein de son line-up puisque le guitariste Jimmy James a laissé sa place à Rane Raitsikka. Ca ne change pas pour autant les habitudes de The Hangmen qui offre à ses fans ce qu'il sait faire de mieux: du hard rock n'roll très roots, au son crade, cru.

Et de ce côté-là, The Hangmen en connait un rayon, ce ne sont pas les inconditionnels du groupe qui diront le contraire. "Blood red", un hard boogie énergique, entrainant et appuyé par une rythmique pétaradante, est d'une efficacité redoutable et n'a pas son pareil pour faire taper du pied. Dans un esprit similaire, le mid-tempo très roots "Sleepin' on the floor" sonne retro et a un côté ambiance de bar paumé au coeur de l'Amérique profonde plutôt cool. "Get it", bien valorisé par de bons riffs, est direct, cru, sans arrrière-pensée et fait méchamment headbanguer. Les influences punkysantes du combo américain resurgissent sur le rythmé et percutant "Here she comes" qui dépote et ne fait pas de chichi (les riffs de guitare sont saignants, incisifs). "She's a drug", une compo hard bluesy swinguante aux relents sleaze, rappelle beaucoup plus nettement la scène sleaze/glam de L.A à la fin des 80's (souvenez-vous: Sea Hags, Faster Pussycat, Rock City Angels...) et s'avère être d'une redoutable efficacité pour faire taper du pied. "Never go home", gorgé de slide, à la fois cru et entêtant, est hyper-efficace. Enfin, on mentionnera aussi "Citadel", une cover des Rolling Stones sympa, et "I just wanna feel good", un mid-tempo plus sombre, à l'ambiance crépusculaire. Par contre, on préférera oublier "Hollywood forever", un morceau hard bluesy sans intêret, torché à la va-vite, inachevé.

Pour compléter cet album, on signalera la présence de 2 ballades. Si "Can't stop that train" est une ballade au violon assez ennuyeuse et pénible, en revanche la power-ballade mélancolique "Yes I do", elle, est pleine de feeling, de sensibilité, touchante, belle à pleurer.

Au final, "Loteria" est un album de rock-hard bien sympathique, sans prétention, ni prise de tête sur lequel le groupe s'est fait plaisir. Ce n'est certes pas un album qui va bouleverser le quotidien des gens, mais il s'avère assez cool pour les fans de rock-hard roots authentique, sans artifice, aux compos simples et accrocheuses. Voilà un album qu'on peut ranger aux côtés des 2 premiers opus solos de Gilby Clarke, Izzy Stradlin et du "Geard & primed" de Royal Court Of China. It's only rock n'roll, but I like it, comme dirait si bien Mick Jagger.

Note: 3,5/5

A lire aussi en HARD ROCK par THE MARGINAL :


MIND FUNK
Mind Funk (1991)
Heavy rock lourd, funkysant et brillant




CHILD'S PLAY
Rat Race (1990)
Bon hard us pêchu, incisif


Marquez et partagez




 
   THE MARGINAL

 
  N/A



- Brian Small (chant, guitare)
- Angelique Congleton (basse)
- Rane Raitsikka (guitare)
- Todd Haney (batterie)


1. Blood Red
2. Sleepin’ On The Floor
3. Get It
4. Wild Beast
5. Can’t Stop That Train
6. Here She Comes
7. She’s A Drug
8. Never Go Home
9. Yes I Do
10. Hollywood Forever
11. Citadel
12. Pills
13. I Just Wanna Feel Good



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod