Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK METAL EXTREME  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

 Site Officiel (530)

MÅNEGARM - Vargstenen (2007)
Par JEREMY le 17 Mai 2007          Consultée 3483 fois

Vargstenen avait été annoncé en 2006 par un EP original, acoustique de la première à la dernière note. Un interlude folk entre un Vredens Tid de bonne facture et ce nouvel album. Comme d’habitude avec Manegarm, le premier contact est positif: le visuel sublime illustre « La Pierre du Loup », la version française du nom de l’album. Fraîchement signé chez Black Lodge, Manegarm ne change pas pour autant de direction musicale. C’est sans surprise que les Suédois nous délivrent pour la 6eme fois consécutive leur viking/folk metal ultra-puissant.

Alors l’album. Vargstenen, c’est le genre d'objet super pas facile à chroniquer. Tout a déjà été dit dans les chroniques précédentes, et pourtant il faut trouver de quoi alimenter une page word en caractère 12 (plus petit ça fait mal aux yeux). Alors Vargstenen, il se situe dans la droite lignée de Vredens Tid. Manegarm n’évolue pas et n’évolue plus depuis deux albums studios (en mettant de côté la réédition de leurs premières démos sur Vargaresa – The Beginning, objet à part dans leur discographie), mais se cache de moins en moins de ses influences heavy metal. J’appelle à la barre des témoins « I Underjorden », ses gros riffs tueurs et ses soli flamboyants (dont un au violon, magnifique de dextérité, je tenais à le noter), entrecoupés de mélodies au violon façon Mago de Oz. Sur les refrains on croirait même entendre du Blind Guardian de mauvaise humeur ! En plus, l’ambiance développée sur ce titre fait plus penser à un barde enroué légèrement contrarié qu’à un troll danseur de mambo descendant bière sur bière. Et puis il y a ces soli disséminés un peu partout sur l’album, chose qu’on ne retrouve pas dans une formation viking/folk plus classique.

Moins pétillant que son collègue finlandais Finntroll, moins black que le guerrier norvégien Windir, plus violent que l’orchestre espagnol Mago de Oz, et même si les sons produits sur cet album ne nous sont jamais inconnus, Manegarm a su se placer sur un créneau finalement assez peu utilisé et s’est forgé une identité immédiatement identifiable. Et comme chaque fois sur ce genre d’album, on a le droit à des titres ultra-accrocheurs ‘paf-prends-ce-riff-dans-ta-gueule’, et si ça suffit pas ‘ce-refrain-épique-tu-l’avais-pas-vu-venir-hein’. Certes c’est une façon assez peu conventionnelle de décrire de la musique, mais ça montre bien avec quelle fougue Manegarm défend son territoire. Surtout que le groupe a désormais pris l’habitude d’étoffer ses titres avec des envolées folk (« En Fallen Fader » pour n’en citer qu’un), et d’enrichir ses compositions par des passages plus complexes, plus travaillés (les excellents « Genom Valdar Nio » et « Visioner Pa Isen », pour n’en citer que deux).

Ce qui fait le point fort de cet album, c’est son aération. Les guitares saturées sont souvent coupées par des passages acoustiques, doublées de violons eux-mêmes accompagnés par des chœurs. On évite donc d’être étouffé par un son de guitare qui aurait pu devenir pesant à la longue. Le point faible en découle donc logiquement : la tendance à la répétition des shémas musicaux. L’alternance metal / folk peut également devenir lassante au bout d’un certain temps. Mais c’est la touche Manegarm qui veut ça : une musique essentiellement aisée d’accroche et pas forcément faite pour s’inscrire dans la durée, même si les morceaux dont je parlais plus haut tendent à faire mentir cette théorie.

Finalement, pour faire avancer le schmilblick, que pourrait-être Manegarm ? Je pensais à un guerrier viking trop vieux pour combattre, et dont les nouveaux champs de bataille se trouveraient dans une taverne troll. Il y raconterait ses exploits et ses défaites, tantôt avec rage, tantôt avec mélancolie, aux jeunes romantiques venus l’écouter de toute l’Europe.

Ah oui, j'allais oublier. Ce vieux guerrier avait tendance à radoter...

A lire aussi en FOLK METAL EXTREME :


MOONSORROW
V:hävittety (2007)
Renouveau d'un genre ou experience 'intéressante'?

(+ 1 kro-express)



FINNTROLL
Trollhammaren (2004)
Le retour des trolls et de leur black très folk !


Marquez et partagez




 
   JEREMY

 
  N/A



- Erik Grasiö (chant, batterie)
- Markus Andé (guitare)
- Jonas Almquist (guitare)
- Pierre Wilhelmsson (basse)
- Janne Liljeqvist (violon)


1. Uppvaknande
2. Ur Själslig Död
3. En Fallen Fader
4. Den Gamle Talar
5. Genom Välder Nio
6. Visioner På Isen
7. Vargbrodern Talar
8. I Underjorden
9. Nio Dagar, Nio Nätter
10. Vargstenen
11. Vedergällningens Tid
12. Eld



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod