Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (5)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Paragon
- Membre : Twilight Force
- Style + Membre : Civil War
 

 Site Officiel (233)
 Myspace (268)

SABATON - Metalizer (2007)
Par DARK SCHNEIDER le 20 Avril 2007          Consultée 6815 fois

Battre le fer tant qu'il est encore chaud, c'est ce qu'ont décidé de faire les suédois de SABATON. En effet, après un excellent Primo Victoria en 2005, un trop facile Attero Dominatus en 2006, simple remake de l'album précédent, voici qu'ils nous sortent déjà leur nouvel album, Metalizer. Tiens, pas de titre en latin cette fois-ci. En fait, nos scandinaves sont des malins. Metalizer n'est pas à proprement parler un nouvel album. Il s'agit en fait de leur 1er opus, réalisé en 2002, mais qui n'avait pu être publié à ce jour. Cependant, les fans pouvaient déjà entendre la plupart des titres ici présents grace à la compil' de démos, Fist For Fight, qui elle datait de 2000. Mais celle-ci est épuisée depuis longtemps. Et puis évidémment, la production de ce Metalizer est meilleure que celle de la-dite compil'. Bref, il s'agit d'une excellente opération pour SABATON, qui en publiant enfin ces bandes (5 ans après leur enregistrement !) font patienter leurs fans, peuvent prendre leur temps pour composer un véritable nouvel album, et puis c'est aussi le pretexte pour effectuer une nouvelle tournée à ne pas rater (ils passent par la France !).

Metalizer nous invite donc à nous replonger dans les débuts du combo suédois, à l'époque où Joakim Brodén, le chanteur à la voix rauque, était également le claviériste. Les parties de clavier de cet album sont d'ailleurs moins riches que sur les autres albums, les orchestrations sont beaucoup plus simples, moins travaillées. Mais il faut dire que la musique de SABATON a pas mal évolué entre ce Metalizer et Primo Victoria, l'album qui les a consacrés comme l'un des plus grands espoirs du heavy metal traditionnel européen. Ici, le propos est beaucoup plus speed. Les rythmiques sont moins martiales, l'ambiance de l'album nettement moins militaire. Les paroles n'évoquent à aucun moment les grands conflits du XXè siècle. Il faut d'ailleurs admettre que sur cet album les textes sont beaucoup plus clichés. La personnalité du groupe n'est donc pas aussi affirmée, néanmoins leur style reste personnel, rarement entendu auparavant, grace à ce mélange entre rythmique speed metal, voix graveleuse, et nappes de synthé.

Comme d'habitude, SABATON ouvre les hostilités de façon très directe avec un "Hellrider" incisif et très speed, qui ne prend même pas la peine de se parer d'une intro puisque Joakim Brodén chante son premier couplet dès la 1ère seconde, on peut difficilement faire plus direct comme entrée en matière ! On continue dans la même lignée avec un "Thundergods" efficace, une bonne mise en bouche avant le premier véritable hymne du groupe : "Metalizer", assurément un classique ! Un titre dédié à la gloire du metal où l'on imagine sans peine l'effet dévastateur qu'il aura en live, les fans les poings levés, scandant en choeur ce refrain imparable : "Metal ! Metal ! Back with a vengeance". Une invitation au headbanging des plus sauvages. On notera son petit break de claviers classicisants encadrant un solo bouillonnant. Mais SABATON prouve aussi qu'il peut se montrer beaucoup plus mélodique, le titre suivant, "Shadows", se montre particulièrement réussi à ce niveau, très catchy, doté d'une ambiance beaucoup plus épique. Ce titre se montre particulièrement galopant, pas un hasard puisqu'il évoque les inquiétants cavaliers noirs du Seigneur des Anneaux !

Cependant, tous les morceaux ne se montrent pas aussi accrocheurs. Certains titres tombent dans une certaine banalité, ne fonctionnent pas vraiment. "Hail To The King", un morceau qui se veut également épique, peine à convaincre, "7734" n'est guère plus mémorisable également, de même que le trop facile "Speeder". On sent que SABATON avait encore des progrès à faire, nos suèdois cèdent à certaines facilités en écrivant des titres filler, qui sont par définition tout à fait dispensables. Heureusement, l'album est suffisament bien construit pour qu'on aille du début à la fin sans se lasser. Ainsi, entre deux titres un peu plus faibles se cale un "Thunderstorm" très percutant. Et l'album se termine avec un "Masters Of The World" qui est un autre hymne à la gloire du metal. Ce morceau aux paroles jouissives débute par une intro au clavier typiquement 80's. D'aucun trouverons ça kitch, personnellement j'adore ! Bref, voilà un titre on ne peut plus fédérateur, qui déclare ni plus ni moins que les metalleux sont les maîtres du monde ! Personne n'osera dire le contraire !

Là où SABATON mettra également tout le monde d'accord, c'est par le soin apporté au packaging. En plus de l'album, celui-ci propose en bonus track une reprise, enregistrée pour l'occasion, du "Jawbreaker" de JUDAS PRIEST. Un des meilleurs morceaux des anglais, ici repris de façon très classique, évidemment Brodèn ne cherche pas à imiter Rob Halford, ce qui fait qu'il n'a aucune difficulté à chanter ce titre. Un second CD est également fourni : il s'agit de la compil' de démos Fist For Fight. Certes, elle n'est pas d'une grande valeur ajoutée puisque presque tous les titres proposés se retrouvent dans de meilleures versions sur Metalizer. Il y a cependant deux titres qui n'y figurent pas : "The Hammer Has Fallen" et "Birds Of War". Le premier est assez surprenant puisqu'il s'agit d'une ballade, exercice peu commun et inattendu pour un groupe aussi viril que SABATON, et en fait les suédois ne sont guère convaincants dans ce registre. "Birds Of War" est bien meilleur, avec une mélodie au clavier bien mise en avant.

Metalizer est donc gloabalement une réussite, moins excitant qu'un Primo Victoria mais plus frais qu'un Attero Dominatus, il remplit parfaitement son contrat et permet de passer un bon moment avec ces irréductibles scandinaves, bien décidés à mener jusqu'au bout leur campagne à la gloire du heavy metal.

A lire aussi en HEAVY METAL par DARK SCHNEIDER :


CRYSTAL VIPER
The Curse Of Crystal Viper (2007)
Heavy traditionnel avec chanteuse, excellent




DIO
The Last In Line (1984)
Le meilleur album de dio!


Marquez et partagez




 
   DARK SCHNEIDER

 
  N/A



- Joakim Brodén (chant, claviers)
- Rikard Sundén (guitare)
- Oskar Montelius (guitare)
- Pär Sundstrom (basse)
- Daniel Mullback (batterie)


- Metalizer
1. Hellrider
2. Thundergods
3. Metalizer
4. Shadows
5. Burn Your Crosses
6. 7734
7. Endless Nights
8. Hail To The King
9. Thunderstorm
10. Speeder
11. Masters Of The World
12. Jawbreaker (bonus Track)

- Fist For Fight
1. Introduction
2. Hellrider
3. Endless Nights
4. Metalizer
5. Burn Your Crosses
6. The Hammer Has Fallen
7. Hail To The King
8. Shadows
9. Thunderstorm
10. Masters Of The World
11. Guten Nacht
12. Birds Of War



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod