Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (1)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Yngwie Malmsteen , The Reign Of Terror , Concerto Moon
- Style + Membre : Wisdom Call

NARNIA - Long Live The King (1999)
Par SPHERIAN le 2 Juin 2007          Consultée 3712 fois

Le white metal fut un mouvement initié (si mes souvenirs sont bons) par le groupe STRYPER dans les années 80 pour “contrer” la montée du black metal et ses textes pas toujours très amicaux. C’est en quelque sorte le bon coté de la force où, bien que la musique soit parfois très heavy, les paroles traitent de la beaaaaauté humaine et poussent à dire non à la drogue (pas bien), se faire plein de keupains (bien) et aider son prochain (très bien) au lieu d’aller égorger des poulets (pas bien) ou brûler des églises (pas bien du tout).

NARNIA est l’un des fers de lance de cette vague plus récente de groupes de white metal, mouvement toutefois bien moins présent sur la scène metal que le black ou le death. A croire que le stéréotype qui décrit le metalleux moyen comme a) une brute sanguinaire qui vole le goûter de ses ptits camarades ou b) un maniaque de l’épée toujours en chasse de son dragon soit après tout bien fondé...

NARNIA est le rêve pour tout enfant de choeur qui voudrait de la musique un peu plus couillue lors de son office. On imagine très bien un titre comme « Living water » remplacer le «Hosannah ». Et pourquoi pas faire tourner un petit « Dangerous game » et son fabuleux pont (« Living Hell, fills your brain, when you push the needle into your veins ») au moment de la communion pour empêcher ces satanés petits voyoux d’enfants de choeur d’aller se ruer sur du smack après la messe? Vous l’aurez compris, quelques textes de NARNIA prêtent à sourire, surtout quand on se surprend à gueuler les refrains (« Living water, from the faaaather ») à tout bout de champ ! Parce qu’il faut bien l’avouer, certains titres de ce « Long live the king » sont ultra-catchy !

Le 2ème album des white suédois débute par une introduction syndicale plutôt sympathique mais pas indispensable. Pour être honnête, les intros d’albums de heavy, il n’y a guère que les fabuleux « Ira Tenax » et « Epicus Furor » de RHAPSODY qui arrivent à me plonger dans l’ambiance. Ce « Gates of cair paravel » ne déroge pas à la règle et est plutôt prétexte à quelques descentes supersoniques du guitariste Carljohan Grimmark. L’enchaînement avec « Living water » est toutefois bien réussi et on découvre le heavy teinté FM (ahh ces nappes de claviers ultra-prévisibles..) de NARNIA. On découvre aussi le heavy ultra classique de NARNIA! On s’aperçoit aussi (dès le premier titre c’est un problème !) le manque d’originalité cruel de NARNIA. Le titre est bon et la première écoute suffit à complètement apprivoiser la musique du groupe. Cet avantage apparent peut devenir un gros défaut car il peut restreindre terriblement la durée de vie de l’album... En gros on va se faire chier dès la 2ème écoute !

L’influence principale de NARNIA est de toute évidence Yngwie Malmsteen. On a d’ailleurs parfois l’impression d’écouter un album du virtuose et, même si c’est plutôt flatteur pour le guitariste du groupe (celui-ci possède également exactement le même son que le Malmsteen de « Trilogy »), cela confirme la terrible impression de déjà entendu que l’on éprouve sur certains titres (« Shelter through the pain », « Star over bethlehem »... tous les soli de guitares en fait !).

Ne soyons quand même pas trop dur avec NARNIA. Pour un 2ème album, la majorité des titres, bien que sans surprise, sont plutôt accrocheurs et varient entre le heavy classique sur des titres rapides (« Living water », « Dangerous game », « The lost son ») et des mid-tempo aux refrains faciles à mémoriser (« The mission », « What you give is what you get »). Un point que je retrouve d'ailleurs sur les albums postérieurs du groupe, les mid-tempos sauvent le groupe qui donne l’impression d’être plus à l’aise dans cet exercice.

Si vous recherchez un album de heavy ultra classique, si vous êtes fan de Malmsteen (première période jusqu'à « Odyssey »), si vous aimez aller à la messe, ce disque est fait pour vous ! Personnellement, je passe mon chemin et ne colle même pas la moyenne à ce « Long live the king » juste parce que je n’ai jamais aime le caté quand j’étais gosse…

A lire aussi en HEAVY METAL :


GORGON
Out Of The Best (heavy Metal Superstars) (2006)
NWOBHM superstars




OMEN
Battle Cry (1984)
Un album qui mérite son statut "culte"


Marquez et partagez




 
   SPHERIAN

 
  N/A



- Christian Liljegren (chant)
- Carljohan Grimmark (guitares, basse, claviers)
- Jakob Persson (basse)
- Andreas Johansson (batterie)
- Martin Claesson (claviers)


- long Live The King
1. Gates Of Paravel (introduction)
2. Living Water
3. Shelter Through The Pain
4. The Mission
5. What You Give Is What You Get
6. The Lost Son
7. Long Live The King
8. Dangerous Game
9. Star Over Bethlehem
10. Shadowlands (outro)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod