Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (2)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Hammerfall, Primal Fear, Helloween
- Membre : Seven Witches, Ez Livin', Mayan, Savatage
- Style + Membre : Gamma Ray
 

 Site Officiel (145)

METALIUM - Nothing To Undo - Chapter Vi (2007)
Par DARK SCHNEIDER le 15 Mars 2007          Consultée 3872 fois

Et voici le retour de METALIUM avec ce sixième album, mine de rien c’est pas mal pour un groupe qui a huit ans de carrière. Il fallait bien que le groupe de Lars Ratz et d’Henning Basse revienne nous abreuver de leur heavy metal énergique. Nothing To Undo, tel est l’intitulé de ce sixième chapitre. Déjà, on peut constater que les allemands ne dérogent guère à leur habitude en publiant un album à la pochette encore plus laide que les précédentes. Quel mauvais goût. Passons.
On se souvient tous que METALIUM avait su faire positivement parler de lui à l’époque du premier album, le très bon Millenium Metal, au line-up particulièrement solide. Mais la suite fut une grosse déconvenue, le second album (qui vit les départs de Chris Caffery et Mike Terrana) était nettement moins bon, Hero Nation redressa un peu la barre, mais pas suffisamment pour que je daigne m’intéresser au chapitre IV et V dont les critiques étaient de plus en plus négatives. Alors, ce chapitre VI répond t-il aux attentes suscitées par le premier opus ? Non pas vraiment.

L’album débute toujours de la même manière : par un titre très speed, sensé être le tube de l’album. Sauf que « Spirits » est vraiment très loin d’égaler les « Fight », « Steel Avenger » et autres « Revenge Of Tizona » des trois premiers albums, vraiment très loin. Ca commence mal. Et ce n’est pas le heavy sans intérêt de « Mindless » qui va remonter le niveau bien au contraire. « Straight Into Hell » est un peu plus plaisant, on appréciera les chœurs typiques de METALIUM, sorte de marque de fabrique apparue dès le premier disque. Toujours dans un registre direct, « Heros » permet de passer un moment agréable, mais sans plus. « Dare » se veut le morceau le plus efficace avec « Spirits », riff et rythmique bien rentre dedans, mais mélodies vocales plutôt pauvres et refrain vite agaçant. Ca a le mérite d’être bien burné cependant.

Comme d’habitude, la performance d’Henning Basse est de très bonne facture. On sent néanmoins qu’il pousse moins dans les aigus, il n’essaye pas de chanter des notes qu’il n’est peut-être plus capable d’atteindre. Derrière, si la section rythmique est de plomb, le jeu de guitare de Matthias Lange n’est vraiment pas étincelant, tant au niveau des riffs et encore plus des soli qui ne restent pas en mémoire.

Etonnament, c’est peut être les morceaux les moins speed qui sont les plus marquants. « Metal Blindness » est un morceau très lourd, à l’ambiance plus pesante. « Follow The Sign » joue dans un registre plus mid-tempo, à l’instrumentation plus travaillée que le reste. Mais le plus surprenante est la longue ballade « Was Home ». D’habitude, c’est un exercice qui m’agace beaucoup chez ce genre de groupe, tournant souvent au pathétique, à l’émotion facile, ces groupes ont rarement le talent des combos de Hard FM pour pondre de belles ballades. Cependant cette « Was Home » se montre très réussi, pas trop sirupeuse, on passe un bon moment. N’empêche, c’est quand même un comble de constater que METALIUM, un groupe qui se revendique 100% heavy metal, se montre plus efficace sur une ballade que sur des titres heavy !

Reste que le meilleur morceau de l’album est de loin la reprise de QUEEN, « Show Must Go On ». Il faut dire que METALIUM a toujours été très bon dans ce domaine, on se souvient de leur version dévastatrice de « Smoke On The Water ». Ici, les allemands nous refont un peu le même coup en remplaçant les orchestrations du morceau original par des guitares saturées. Quoiqu’en diront les fanatiques/intégristes (sic) de QUEEN, le résultat est très bon et tout à fait respectueux.

Nothing To Undo est donc un album moyen. Il s’écoute très vite et au final on n’en retient pas grand-chose à part « Show Must Go On ». Cet album n’atteint pas le niveau des trois premiers. METALIUM piétine et ne semble pas se remettre en question. Pourtant, même en Allemagne le groupe ne marche pas vraiment. METALIUM est bien loin d’atteindre le niveau des derniers très bons albums de PRIMAL FEAR et SINNER.
Dans une scène allemande franchement déclinante, très loin de l’euphorie de la fin des 90’s, ce n’est certainement pas la bande à Lars Ratz qui va relever le niveau !

A lire aussi en HEAVY METAL par DARK SCHNEIDER :


OMEN
Battle Cry (1984)
Un album qui mérite son statut "culte"




SATAN
Suspended Sentence (1987)
Dernier album pour Satan, toujours aussi bon


Marquez et partagez




 
   DARK SCHNEIDER

 
  N/A



- Henning Basse (chant)
- Matthias Lange (guitare)
- Lars Ratz (basse)
- Michael Ehré (batterie)


1. Spineless Scum
2. Spirits
3. Mindeless
4. Straight Into Hell
5. Mental Blidness
6. Heroes
7. Way Home
8. Dare
9. Follow The Sign
10. Show Must Go On



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod