Recherche avancée       Liste groupes



      
VISUAL ROCK  |  E.P

Commentaires (3)
L' auteur
Acheter Cet E.P
 



MOI DIX MOIS - Beyond The Gate (2006)
Par ORPHANAGE le 5 Mai 2007          Consultée 2546 fois

Avez-vous, par hasard sur une photo, déjà aperçu un bien étrange personnage du nom de Mana? Jamais l'ombre d'un sourire sur son visage blanc comme l'ivoire, toujours des coiffures complètement excentriques, des tenues très féminines à frous-frous, et on sait de surcroît qu'il ne prononce pas le moindre mot. Intéressant comme concept! Créer un univers artistique extérieur à la musique, développer un personnage, c'est toujours ludique, plaisant, et il n'y a finalement rien de blâmable là-dedans...sauf quand on fait passer son univers avant la création musicale. Alors là, non! Stop! On n'évoquera pas les intérêts bassement mercantiles, pour se contenter de rejeter le manque d'engagement pour la musique à l'avantage d'une simple image, image qui est loin de tout faire, bien entendu! Mana, ex-leader des tout aussi Japonais Malice Mizer a fondé Moi Dix Mois en 2002 et a depuis sorti 2 albums : le superbe "Dix Infernal" en 2003, bijou de Metal Symphonique gothique assez influencé par l'extrême, et "Nocturnal Opera" en 2004, un très bon produit aux atmosphères romantiques. Le succès est au rendez-vous depuis le début. Quand on manipule une image aussi intrigante et jusqu'au-boutiste, si unique et délectable, avec cette aura de mystère nécessaire, pour peu que la distribution commerciale soit efficace, on se doute bien que cette affaire-là ne peut que marcher. Moi Dix Mois n'est donc pas une exception, et son univers vraiment merveilleux, sombre et gothique mais toujours très certainement empreint d'une identité Japonaise en vogue ces derniers temps, semble gravement dépérir avec ce "Beyond The Gate".

Il convient de préciser ce qui a bien pu faire dire "Moi Dix Mois est un groupe de qualité" par le passé : ces compliments étaient fondés, c'est une évidence. Le romantisme exacerbé des compositions, le parfum onirique, fantastique et médiéval, rempli de magie et de mystères, tout cela était mené de main de maître par des musiciens inspirés, très fortement engagés dans le développement de leur univers, et assez fous pour que cela se ressente dans la musique. "Beyond The Gate" est une mauvaise pioche. De très nombreuses preuves viennent donner la désagréable impression que l'esprit personnel et si particulier de ces Japonais est devenu affreusement artificiel : son de guitare ridicule, production très propre mais d'une molesse abominable...et ce n'est pas tout! Le pire, c'est sans aucun doute la piètre tentative de rendre le son plus Metal. Oui, plus Metal. Venant de Moi Dix Mois, c'est assez absurde puisqu'ils n'ont manifestement jamais été faits pour pondre un tel style de musique : ils parvenaient à véhiculer de l'énergie Metal de manière très honorable sur leurs précédents enregistrements, les blast-beats étaient là et l'on savait que c'était à du Metal que l'on avait affaire. Seulement, il s'agissait de Metal orchestral, basé avant tout sur les ambiances et les mélodies : alors à quoi joue Moi Dix Mois en déclarant qu'il souhaite devenir plus "Metal"? Si ce n'était qu'une déclaration en l'air mais que dans les faits, cela ne se vérifiait pas tant que ça, tout serait parfait, mais malheureusement, le groupe a tenté d'être fidèle à cette "envie" de durcir le ton. Bien...et qu'est ce que ça donne? Du vide. Un atroce rien complètement clinique, un atroce rien sans âme et sans inspiration, avec des pointes d'intensité très ponctuelles ("Deflower") mais pas suffisamment fortes pour relever le niveau.

Et le niveau, il est bas, très bas. Alors que le groupe veut visiblement rajouter de la puissance dans le son, celui-ci est paradoxalement moins violent que par le passé. Le morceau le plus pathétique de l'album, "Unmoved", donnerait presque envie de rire : le riff principal, qui se veut acerbe et Metal, est mou comme c'est pas permis, et les vocaux du pauvre Seth qui tentent de se faire gutturaux, ne parviennent qu'à être très drôles. Cette chanson est minable, un ratage complet, le niveau le plus bas du Metal. Et si Moi Dix Mois veut quand même s'assurer que tout ira bien en y intégrant un refrain habituel (timbre de voix japonais assez focalisé sur les notes graves chantant une mélodie étrange et entêtante), le mal est fait. C'est purement une horreur. Pourtant, "Eternally Beyond" n'était pas du tout déplaisant, on retrouvait le Moi Dix Mois de "Nocturnal Opera"...la foi et la folie en moins, ce qui constitue quand même un énorme bémol. En plus, "Beyond The Gate" est présenté comme le nouvel album studio du groupe alors qu'il ne contient que 5 vraies chansons, un intro, une outro...le reste, ce sont les versions instrumentales des 5 chansons! Véridique! Alors si avec ça, le groupe remporte vos suffrages, c'est que vous ne devez pas être exigeants! Ou alors vous être un fan Die-Hard de Moi Dix Mois (ou Mana!).

1.5/5

A lire aussi en DIVERS :


VOYAGER
Element V (2003)
Un voyage génial dans tous les genres musicaux




MASS HYSTERIA
Failles (2009)
Sautez, hurlez, dansez !!!


Marquez et partagez




 
   ORPHANAGE

 
  N/A



- K (chant et guitare)
- Kayato (batterie)
- Sugiya (basse)
- Mana (guitare)
- Seth (chant)


1. The Other Side In Blood (se)
2. Eternally Beyond
3. Deus Ex Machina
4. Vain
5. Deflower
6. Unmoved
7. The Other Side Of The Door
8. Eternally Beyond (instrumental)
9. Deus Ex Machina (instrumental)
10. Vain (instrumental)
11. Deflower (instrumental)
12. Unmoved (instrumental)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod