Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL INDUS  |  COMPILATION

Commentaires (4)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Rammstein
 

 Site Officiel (84)

OOMPH! - Delikatessen (2006)
Par CANARD WC le 11 Février 2007          Consultée 5637 fois

OOMPH! était là avant RAMMSTEIN.
OOMPH! a beaucoup influencé RAMMSTEIN.
OOMPH! propose comme RAMMSTEIN une espèce d’Indus très sexy.
OOMPH! propose ces dernières années un Indus de bien meilleure facture que RAMMSTEIN.
Pourtant, OOMPH! ne rencontrera probablement jamais le dixième du succès de RAMMSTEIN.

Alors OOMPH! ...

De prime abord, OOMPH! ressemble à s’y méprendre à RAMMSTEIN : chant allemand (la plupart du temps), même genre, mêmes éléments Electro et structure musicale proche (avec le gros refrain et les choeurs toussa). Dans l’esprit, on est aussi très proche de NIN (et donc par extension de MANSON sur les derniers albums) : même genre d’atmosphère (un poil décadentes), la même utilisation des mélodies électroniques et un peu le même sens de la composition. D’où une musique moderne, un brin sophistiquée et d’une sensibilité troublante.

Du coup, il est difficile de parler de OOMPH! sans faire allusion à RAMMSTEIN et NIN. Sauf que OOMPH! vole de ses propres ailes depuis un moment déjà. C’est pas des newbies. Et depuis que NIN a viré de bord (s’écartant de plus en plus de la sphère Metal), tandis que RAMMSTEIN régresse gentiment depuis Mutter... OOMPH! quant à lui continue son petit bonhomme de chemin sans faiblir en proposant son lot de tubes en puissance et de titres dévastateurs.

La production est à l’allemande : carrée, efficace et sans froufrou. Tous les éléments sont parfaitement audibles et bien orchestrés. Ce son énorme met en valeur la musique d’OOMPH!, une musique « crossover » lançant des ponts à droite à gauche entre Metal, Rock, Pop et Electro. Oui, ça fait un sacré bordel sur le papier.

Mais que les allergiques de l’Indus et de la Techno « boom boom » se rassurent, OOMPH! a suffisamment de qualités pour plaire à un public plus large. Deux raisons à cela :

• OOMPH! n’est pas extrême : même quand ça poutre, ce n’est pas franchement violent. On retrouve les grosses grattes, une vraie batterie et un chant quelque peu agressif... Mais c’est pas démesuré. A des années lumières des performances du Grind.
• OOMPH! n’est que teinté Electro : le coté électronique chez OOMPH! bien que présent n’est pas la matière première du groupe. Il s’agit d’un vrai « complément », une valeur ajoutée à la musique. Mais pas plus.

Il y a donc au détour de chaque titre « une porte d’entrée » pour tout un chacun : Rocker, Hardos, Gothique, Metaleux.... OOMPH! a du potentiel pour plaire à tout un tas de monde.

Du coup, Delikatessen tombe à pic. Un bon gros Best Of, compilant à peu près l’essentiel. Un menu chargé (deux CDs) mais plaisant et qui remplit très bien son objectif : être représentatif de ce qu’a fait OOMPH! ces dernières années. L’entrée en matière qui fait mouche. Aucun risque de se planter pour commencer (beaucoup moins risqué que d’écouter les albums au hasard). On rebondit de tubes en tueries. Sans faillir. Pendant plus de deux heures. C’est pas rien.

Alors OOMPH!, éternel dauphin de RAMMSTEIN ou le cousin éloigné inconnu au bataillon ? Vous avez vu, je vous mets une superbe problématique en conclusion. Et je vous réponds tout de go : non, futur prétendant au trône. Potentiel ambassadeur de l’Indus à l’allemande. Si le Metal était une course, OOMPH! serait de la race des marathoniens : ils ont commencé doucement, montent gentiment, se cherchent brassant les groupes les plus prestigieux (et les influences les plus diverses) pour se bâtir un univers musical unique. Je ne vous refais pas le coup du lapin et de la tortue (chère à La Fontaine). Mais il est une vérité : OOMPH! est peut être le seul groupe de sa catégorie à afficher encore aujourd’hui une forme étonnante. Gageons qu’il accèdera un jour au statut qu’il mérite. En attendant, vous pouvez toujours rattraper votre retard avec ce Best Of particulièrement bien foutu.

A lire aussi en METAL INDUS par CANARD WC :


PAIN
Psalms Of Extinction (2007)
100 % TAGTGREN : néo-indus qui déchire




OOMPH!
Glaubeliebetod (2006)
Oomph oomph... géant vert !!!


Marquez et partagez




 
   CANARD WC

 
  N/A



- Dero (chant, batterie, claviers, samples)
- Crap (guitare, claviers)
- Flux (guitare, basse, samples)


1. Cd 1
2. Gekreuzigt
3. Augen Auf!
4. Träumst Du
5. Fieber
6. Supernova
7. Brennende Liebe
8. Das Letzte Streichholz
9. Das Weiße Licht
10. Gott Ist Ein Popstar
11. Sex Hat Keine Macht (single Version)
12. Cd 2
13. Weißt Du Wieviel Sterne Stehen
14. Zauberstab
15. Die Hölle Kann Warten
16. Polizisten
17. The World Is Yours
18. Der Präsident Ist Tot
19. Kill Me Again
20. Eiszeit
21. Fragment
22. Asshole



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod