Recherche avancée       Liste groupes



      
POWER METAL  |  STUDIO

Commentaires (4)
Lexique power metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Blind Guardian, Pyramaze, Manigance
- Membre : Fool\'s Game
 

 Site Officiel (270)
 Myspace (256)

MANTICORA - The Black Circus - Part 1 - Letters (2006)
Par BAST le 4 Février 2007          Consultée 5766 fois

Décidément, l’année 2006 est bel et bien l’année de BLIND GUARDIAN ! Après le huitième LP des Allemands puis... le quatrième opus de PERSUADER, voici que débarque la nouvelle production des Danois de MANTICORA !

Plus sérieusement, c’est évident que l’influence de BLIND GUARDIAN transpire par tous les pores jonchant la musique de MANTICORA et PERSUADER tant les arrangements sont identiques (chant, chœurs et soli en tête), tant les mélodies sont proches.
A côté de ça, il faut bien avouer qu’en terme de copie, on aurait pu se coltiner bien pire.

D’ailleurs MANTICORA, puisque c’est tout de même lui qui fait l’objet de cette chronique, a suffisamment de personnalité pour que l’on face une fois pour toute fi de ces diverses ressemblances. Des ressemblances du reste que les Danois ont toujours revendiquées haut et fort.

Le power metal des Danois a indéniablement une saveur bien à lui. C’est le BLIND GUARDIAN des années 90 que l’on retrouve, avec des guitares encore plus abrasives, presque death, un batteur plus musclé et des mélodies qui tirent souvent leurs circonvolutions de la scène heavy / doom, pour un résultat éminemment épique.

Après les trois petites merveilles que furent « Darkness With Tales To Tell », « Hyperion » et « 8 Deadly Sins », MANTICORA a décidé de voir les choses en grand. Le troisième concept-album, exercice que les Danois affectionnent donc beaucoup, s’étalera cette fois-ci sur deux opus. La tache a semblé ardue et il faut avouer que la nouvelle histoire imaginée par le groupe a pour elle originalité et richesse, où il est question d’un cirque ambulant tenu par des gitans et au sein duquel se fait engager le personnage principal. Celui-ci réalisera peu à peu, au cours des pérégrinations de la troupe à travers la campagne anglaise de la fin du XIXème siècle, qu’il n’a pas intégré un cirque comme les autres... Lovecraft n’est pas loin, MANTICORA confirme une nouvelle fois l’admiration vouée à l’auteur (« Darkness With Tales To Tell »). Enfin, plutôt qu’une narration toujours difficile à mettre en musique, l’histoire nous est contée par l’intermédiaire d’une succession de lettres.

Si l’ambiance prévalant sur les albums de MANTICORA a toujours été sombre, « Letters » nous plonge dans un abîme de noirceur souvent malsaine qui n’est pas sans rappeler la scène doom. Comme pour mieux appuyer le trouble profond qui nimbe ce cirque, le tempo a été ralenti (« Wisdom »). Quoique encore speed, la musique de MANTICORA s’articule donc sur une variation plus marquée du rythme. Enfin, cette ambiance inquiétante doit beaucoup aux orchestrations lancinantes et surtout à ces cuivres qui rappellent les formations de black symphoniques (« Intunnerie I »).

Même le chant de Lars F. Larsen perd un peu en hargne ce qu’il gagne en angoisse. On le sent habité par ce personnage découvrant ce huit-clos malsain.

Pas sur le premier titre toutefois, dans la veine de ce que le groupe a pu faire sur « Hyperion ». Ultra-speed et explosif, il est une entrée abrupte dans « Letters ».

C’est à compter de l’interlude « Intunnerie I » que l’on découvre la diversité de cet album. « Enchanted Mind » est un premier pas vers la démence, « Forever Carousel » une révolte incertaine, « Freakshow » un appel de détresse et si « Gypsies Dance pt.1 » était une chorégraphie orchestrée par le diable, « Wisdom » en serait le baiser final.

Les titres forts sont légion, même si « Letters » ne propose pas de hit à proprement parler. « Wisdom », chanté à deux voix, la ballade « Freakshow » ou l’épique « Disciples Of The Entities » font à mon sens partie des meilleurs morceaux composés par les Danois. Des titres parfaitement produits par les doigts experts de Tommy Hansen. Pour cette troisième collaboration, le producteur s’en est donné une fois encore à cœur joie tant le son est puissant et la section metal est mise à l’honneur.

MANTICORA ne s’est pas moqué de ses fans, le travail que cache « Letters » s’avère colossal. Les interludes constitués par les quatre « Intunnerie » rehaussent plus encore la complexité de ce nouvel album et la suite si elle est du même acabit, devrait permettre de tenir un album conceptuel impressionnant !

Une suite enregistrée pour parties en même temps que « Letters » et qui verra le jour soutenue par un nouveau label ; MANTICORA vient effectivement de quitter Massacre Records pour rejoindre Locomotive Music. Un label que la formation danoise connaît bien dans la mesure où c’est lui qui se chargeait de la distribution outre-Atlantique.

MANTICORA gagne encore en stature et figure en bonne place parmi le peloton de tête des formations power metal. Faites l’effort de laisser cet album se dévoiler peu à peu, sa complexité le rend en effet assez difficile d’accès (ce qui explique du reste que cette chronique paraisse si tard...), vous ne le regretterez pas.

A lire aussi en POWER METAL par BAST :


ULTIMATIUM
New Dawn (2004)
L'une des révélations Speed Mélodique de 2004




NOCTURNAL RITES
Tales Of Mystery And Imagination (1998)
L'une des sept merveilles du Speed Mélodique


Marquez et partagez




 
   BAST

 
  N/A



- Lars F. Larsen (chant)
- Kristian Larsen (guitare)
- Mads Volf (batterie)
- Kasper Gram (basse)
- Martin Arendal (guitare)


1. Enter The Carnival
2. The Black Circus
3. Intuneric I
4. Enchanted Mind
5. Intuneric Ii
6. Forever Carousel
7. Freakshow
8. Gypsies' Dance Part 1
9. Intuneric Iii
10. Wisdom
11. Intuneric Iv
12. Disciples Of The Entities



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod