Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


JET CIRCUS - Step On It (1990)
Par THE MARGINAL le 22 Avril 2007          Consultée 2155 fois

Peu de gens le savent, mais la sortie en 1990 du premier album studio de Jet Circus, "Step on it", avait fait l'effet d'un ovni dans le paysage hard/heavy.En effet, si la pochette du disque est très classique, typique de ce qui se faisait à l'époque dans le giron hard rock n'roll, son contenu, lui, était assez particulier, si on se replace dans le contexte de l'époque où "Step on it" est sorti.

Essayez un peu d'imaginer un groupe jouant du big-rock à la Van Halen avec quelques relents stoner avant l'heure, quelques sons synthétiques, voire artificiels de la batterie, une production crunchy limite garage et comptant dans ses rangs un chanteur dont la voix fait un peu penser à celle de Michael Kiske, et vous pourrez vous faire une idée plus précise du contenu de cet album. Si en plus, je vous dis que Jet Circus était un tandem, ça renforce un peu plus le côté "groupe à part" qui caractérisait le combo suédois à l'époque.

Le début de l'album a de quoi dérouter, voire donner la nausée: en effet, le titre "Victory dance" débute de façon festive, puis vire rap-rock, se distingue par le bruit horripilant de la boite à rythme, le refrain étant un peu plus chantant. Apparemment, les membres de Jet Circus ont dû être marqués par le duo Run DMC/Aerosmith. Bon, d'autres groupes que Jet Circus se sont aventuré dans ce territoire-là à l'époque, ce qui aurait dû, à l'époque, donner mettre la puce à l'oreille sur ce que serait le paysage musical des 90's. Ceci dit, lorsqu'on jette un oeil sur la pochette de l'album, on pense alors qu'il y a eu tromperie sur la marchandise.

Fort heureusement, la suite n'est pas du même accabit. Jet Circus remet très vite les pendules à l'heure avec "Rockin' horse", un très bon morceau hard rock n'roll aux relents rockabilly servi par un harmonica crade, une voix furibarde et un rythme endiablé, en dépit de cette boite à rythme. Avec "Jet blue", on tient là l'hymne de l'album: le tandem suédois se fend d'un mid-tempo hard rock entêtant, catchy avec un refrain accrocheur, une talk-box pour soutenir le tout: ce titre me fait penser à Helloween qui se serait converti au Hard US. Dans le domaine du big-rock cru et accrocheur qui dépote, le titre "Step on it" se pose là avec d'excellents riffs, une basse assassine et encore la talk-box présente qui accompagne le solo de gratte. Sur "Ghost town", le hard rock de Jet Circus se fait plus 70's, plus heavy et louche vers ce qui sera appelé dans les 90's stoner, la basse répondant par ailleurs du tac au tac aux guitares. "Break this jail" oscille entre big-rock festif et heavy metal, avec quelques sonorités de guitares plus viriles, plus graisseuses(on ne peut, là aussi, s'empêcher de penser aux groupes stoner qui apparaitront plus tard) et la voix de Terry Haw, haut perchée, n'est pas sans rappeler celle de Bruce Dickinson sur le coup. "Train", servi par une intro acoustique, lorgne résolument du côté du hard bluesy roots, cru, mais étonne par la diversité des ambiances présentes: tantôt western, tantôt européenne, tantôt plus futuriste, ce titre a de quoi faire perdre la boule à certaines persnnes tellement il est expérimental. Enfin, l'album se termine en trombe avec "Run", un titre énergique à haute tension qui dépote, et "Dress in white", un titre rapide mis en avant par des guitares tranchantes, extraverties.

N'oublions pas non plus de signaler une cover de "Be bop a lula", plus hard, plus déjantée, assez sympa et originale. Pas sûr, cependant, que cette version fasse l'unanimité chez les nostalgiques du rock des 50's/60's s'ils l'entendent...

Ce premier album de Jet Circus est plutôt bien fait et vaut le detour. Plusieurs écoutes sont nécessaires pour parvenir à apprivoiser ce "Step on it". Si la production laisse un peu à désirer, on finit quand même par s'y habituer. Le son de batterie peut parfois sembler sorti d'un ordinateur, mais ce n'est pas surprenant: il est mentionné dans le livret "drum programming", ce qui veut tout dire. A l'époque, ce disque fut comme un pavé dans la mare et il n'avait pas été bien compris par le public. Pourtant, la démarche du groupe suédois était courageuse...

Note: 3,5/5

A lire aussi en HARD ROCK par THE MARGINAL :


GYPSY ROSE
Prey (1990)
Hard rock




WINGER
Pull (1993)
L'album le plus foncièrement heavy de winger


Marquez et partagez




 
   THE MARGINAL

 
  N/A



- Terry Haw (chant, guitare)
- Ez Gomer (basse, claviers)


1. Victory Dance
2. Rockin' Horse
3. Jet Blue
4. Step On It
5. Ghost Town
6. Break This Jail
7. Be Bop A Lula
8. Train
9. Run
10. Dress In White



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod