Recherche avancée       Liste groupes



      
DOOM DEATH ATMOSPHéRIQUE  |  STUDIO

Commentaires (5)
Questions / Réponses (2 / 2)
Lexique doom metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Orphaned Land, Moonspell
- Membre : Avatarium, Sorcerer
- Style + Membre : Treblinka

TIAMAT - Clouds (1992)
Par POSSOPO le 19 Avril 2007          Consultée 6942 fois

"Clouds" est un bon disque. "Clouds" est même un disque excellent. Vraie surprise lorsque je l'ai découvert, au temps béni de la compilation "Masters Of Brutality" deuxième du nom, qui regroupait le gratin du death metal de l'époque (le tout début des années 90). Vraie surprise quand je me suis récemment décidé à reposer une oreille dessus.

Où situer TIAMAT sur la carte du metal ? La lecture de son curriculum vitae n'appelle pas au positionnement facile, et fait plutôt craindre l'éventualité d'une infâme girouette. Johan Edlund fait partie de ses leaders au charisme fort, au tempérament bouillonnant, au caractère de connard fini (je n'en sais en fait strictement rien vu que je ne le connais évidemment que de réputation, restons d'accord sur ce point). Alors il fait comme ses pairs, Chuck Schuldiner et autres. Il se débarrasse souvent des musiciens qui tentent de l'accompagner, il change d'options musicales au gré de ses envies, et de ses seules envies. D'où une carrière surprenante qui pourrait passer pour la résultante d'un désagréable opportunisme et de son manque d'attachement à un quelconque style qui ne lui convient jamais totalement. Suédois, TIAMAT se devait d'entamer son parcours sur un death metal plutôt lent et convenu. Bientôt, un désir d'évasion et un premier goût pour le léger vient modifier la donne et l'orchestre se transforma en le chantre d'un doom death atmosphérique parfaitement équilibré. "Clouds" tombe en plein dans cette période. Mieux, il la conclut. Puis arriva PINK FLOYD, l'électronique, la pop, le gothique et Johan Edlund varia, de disque en disque, les atmosphères et les intentions, parfois avec le plus grand talent, parfois handicapé par un manque cruel d'inspiration.

Ce troisième album mérite un premier éloge, celui de son nom. Les nuages de ce "Clouds" parfaitement intitulé volent haut dans la stratosphère, ils n'en restent pas moins sombres et épais, fertilisent l'imagination, caressent les songes, appellent un sommeil aussi doux que torturé. Une torture que l'on ne retrouvera plus dans une œuvre peut-être trop variée. En conservant ici une assise doom death très prégnante, en y joignant une bonne dose de climats éthérés et soyeux, TIAMAT a réussi un premier mariage peu évident. Car il ne tombe jamais dans le mielleux, ni dans le bancal. Et cela ne lui suffisait apparemment pas. Son vice lui fit tenter la polygamie. Essai concluant, les trois éléments se retrouvent dans cette dangereuse union. Le doom death rugueux continue à proposer son discours dur et sans concessions. Sa leste compagne arrondit les angles, injecte au propos un échantillon fort de sa personnalité rêveuse. Le troisième larron, nourri au bon grain du rock et de la pop n'est là qu'en invité, il ne marche sur les plates-bandes de personne, il propose simplement un groove discret, juste présent pour renforcer encore le pouvoir d'attraction d'un ouvrage si finement ciselé. Un peu comme ces soli de guitare bien construits, dernière certification de la qualité d'une galette marqué du sceau de la maîtrise.

Rien n'est en effet laissé au hasard, le concept est tenu, la charpente solide, la décoration soignée, jamais chargée. Il y a ici un tour de main, une discipline et un sens de l'écriture, un caractère propre. L'album peut également être vu comme un aboutissement, celui des efforts consentis pour délivrer TIAMAT du carcan très étroit et réducteur d'un genre à l'époque surexploité.

Non vraiment, "Clouds" est un bon disque, un disque excellent même.

A lire aussi en DOOM METAL par POSSOPO :


MÜL
Legia I, Rebirth (2003)
Doom death atmosphérique




CANDLEMASS
King Of The Grey Islands (2007)
Doom death atmosphérique

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   POSSOPO

 
   MEGATHERION

 
   (2 chroniques)



- Johan Edlund (chant, guitares)
- Kenneth Roos (claviers)
- Niklas Ekstrand (batterie)
- Johnny Hagel (basse)
- Thomas Petersson (guitares)


1. In A Dream
2. Clouds
3. Smell Of Incense
4. A Caress Of Stars
5. The Sleeping Beauty
6. Forever Burning Flames
7. The Scapegoat
8. Undressed



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod