Recherche avancée       Liste groupes



      
DARK SYMPHONIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


DARK SANCTUARY - Exaudi Vocem Meam Part Ii (2006)
Par ORPHANAGE le 7 Janvier 2007          Consultée 2500 fois
On le sent. C'est plus que jamais une certitude : ce nouvel album de Dark Sanctuary, succédant comme promis à la première partie d"Exaudi Vocem Meam" un an après celui-ci, marque une étape dans la carrière du groupe. Voilà plus de 10 ans que le groupe compose une musique Dark Ambient à forte identité française, romantique, raffinée et funèbre, et ce nouvel opus ne bouscule en rien ce à quoi Dark Sanctuary nous avait habitués. Désormais, tout le monde est certainement au point avec le sextet. Ceux qui adorent, adoreront la partie 2 d'Exaudi Vocem Meam. Ceux-qui ont bien aimé un album au passage mais qui ont décelé des longueurs ne gagneront rien à acquérir l'album. Et ceux qui détestent et qui sont rebutés par un esprit trop clichesque, dépressif - ou bien les deux - ont déjà barré Dark Sanctuary de leur wish-list depuis longtemps.

Il n'est donc pas difficile d'appréhender le nouvel album pusqu'il est dans la droite lignée du précédent, pour le dire encore une fois. On distingue deux phases dans la carrière du groupe jusqu'à maintenant. Le célèbre MCD "Funeral Cry" et le premier LP "Royaume Mélancolique" étaient qualifiés de funèbres et mortifères, bien que toujours délicatement ambient et complètement mélodiques (loin des expérimentations cacophoniques ou décadentes d'un Eros Necropsique ou Raison d'Être). A partir de "De Lumière Et d'Obscurité" (probablement leur disque le plus beau et le plus abouti en terme de personnalité musicale) et ce jusqu'au disque en présence, Dark Sanctuary offre à ses auditeurs une musique plus penchée du côté d'un Dark Ambient extrêmement fin et mélancolique, moins éminemment mortuaire, mais toujours obsédé par la mort. Dans tous les cas, le groupe fait montre d'une carrière très homogène qui n'a jamais particulièrement chamboulé une ligne de conduite musicale intègre et...surchargée de claviers (il faut bien le dire, sans pour autant le reprocher)!

Venons-en donc au contenu d"Exaudi Vocem Meam" puisque c'est ce qui nous intéresse ici. Dès que résonnent les premières notes du magnifique "Dies Mortis", on ne se fait pas d'illusions, Dark Sanctuary n'a pas changé. Ses compositions sont toujours aussi intenses et tristes, instrumentées à la perfection avec un sens de la finesse et de l'image sensible tout simplement uniques. En matière de Dark Symphonique, on le sait, Dark Sanctuary fait partie des chefs de file internationaux - pour être plus subjectif, il est LE numéro 1 du genre... - et il n'était pas réellement utile qu'il vienne nous le rappeler...du moins pour les mauvaises langues ou les las. Puisque les amateurs de compositions longues et lancinantes ne seront absolument pas déçus ici, ils retrouveront toutes les caractéristiques du groupe qu'ils adorent. Comprendre que les arpèges de guitares sanguinolantes accompagnent toujours les douces complaintes des violons, les mélodies sont encore une fois soutenues par des nappes de claviers religieusement funéraires, bref, rien de nouveau, mais avis aux amateurs. La recette est la même, les images suggérées sont toujours des visions de statues angéliques ou de sépultures et roses noires, et ceux qui n'apprécient pas l'aspect dangereusement clichesque de l'atmosphère générale et des textes empreints d'un spleen très conventionnel garderont le même avis.

Ceux qui voudraient découvrir le groupe avec le nouvel album sont désormais informés de ce qui les attend, ceux qui soupçonnaient un changement de direction artistique sont maintenant au courant de ce qu'il en est, tout est normal! Pour ma part, j'ai adoré l'album. Certaines compositions comme "J'ai Rêvé d'Une Vie" ou "Dies Mortis" s'avèrent vraiment sincères dans leur mélancolie, et parfaites dans leur orchestration, "Creuseur de Terre" et "Au Coeur de l'Oubli" ont un côté plus proche de la première période du groupe avec des mélodies plus tortueuses et des ambiances plus dures, l'instrumental faisant suite à "Je M'en Irai", "Un Jour Peut-Être", est aussi sublime que son prédécesseur, et la reprise de "La Complainte de Sally" de l'Etrange Noël De Monsieur Jack est très bien ré-exploitée. La maîtrise est immense, plus que jamais, et les six Parisiens conservent une sincérité dans leur art que l'on ne peut que saluer. Mais il sera maintenant très difficile de donner suite à cet album : il semblerait que le groupe ait atteint le sommet de son art et de cette recette musicale, et il serait vraiment important de sentir de nouvelles choses à l'avenir, sans quoi la lassitude sera inévitable, même pour les fans absolus. Qui vivra, verra.




Marquez et partagez




 
   ORPHANAGE

 
  N/A



- Dame Pandora (chant)
- Arkdae (claviers et guitare)
- Eliane (violon)
- Marguerite (violon)
- Hylgaryss (claviers)
- Sombre Cÿr (basse et percussions)


1. Dies Mortis
2. Vision Meurtrie
3. La Rêveuse
4. L'inconnue
5. Creuseur De Terre
6. L'autre Monde (version Acoustique)
7. Au Coeur De L'oubli
8. J'ai Rêvé D'une Vie
9. Femme D'un Soldat Mort
10. Un Jour, Peut-Être
11. La Complainte De Sally



             



1999 - 2014 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod