Recherche avancée       Liste groupes



      
DOOM METAL  |  STUDIO

Commentaires (1)
Lexique doom metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


INBORN SUFFERING - Wordless Hope (2006)
Par ORPHANAGE le 5 Janvier 2007          Consultée 1838 fois

Les fans de Doom/Death Atmo savent ce qu'il leur reste à faire. Ils vont gentiment se diriger vers le disquaire le plus proche, se jeter sur "Wordless Hope"…et prendre leur pied comme des malades. Parce que c'est tout simplement ça, ce premier album des français de INBORN SUFFERING : une véritable perle en matière de Doom Metal, un album excellent, maîtrisé de bout en bout, peaufiné comme un bijou, complètement chéri par ses orfèvres qui veulent faire de lui leur plus belle œuvre. On pouvait s'attendre, après la démo 3 titres, à quelque chose d'excellent…et c'est ce que l'on a eu.

D'aucuns se demanderont ce qui peut bien justifier un tel engouement. Il est vrai que la scène Doom "à claviers" est quelque peu chargée, il suffit d'aller sur Doom-Metal.com et de regarder la longueur de la liste de groupes Gothic Doom pour en avoir un petit aperçu. Il est donc, bien évidemment, très difficile de se démarquer quand il s'agit de jouer un genre tel que le Doom atmosphérique, très souvent beau – il faut bien le dire – mais ayant quelque peu de mal à se renouveler. On ne peut pas vraiment dire qu'INBORN SUFFERING révolutionne ce style de musique fort visité, dans la mesure où il ne repousse aucune convention, ni n'explore de terrains mélodiques expérimentaux et/ou inhabituels. "Wordless Hope", c'est donc un Doom/Death très orchestral et foncièrement Metal, extrêmement travaillé au niveau des guitares leads et des arrangements au clavier, surprenant au niveau de l'approche de la batterie, intense dans toutes ses variations. Voilà. Et ce gloubiboulga, si on l'organise, qu'est ce que ça donne? "Il est bien gentil, Orphanage, mais on n'est pas près d'imaginer ce que ça donne s'il balance tout ce que fait ce groupe d'un coup, en une phrase." Eh bien voilà ce que ça donne.

Un "This Is Who We Are" majeur. Majeur dans le sens où il est probablement le meilleur titre de l'album – d'ailleurs, son judicieux nom est tout à fait légitime dans la mesure où le morceau résume parfaitement la personnalité musicale de ces français. Majeur aussi dans le sens où il est une grande chanson de Doom/Death à l'échelle internationale. Tout ce que l'on veut entendre est bien là, mais pas seulement : les mélodies sont poignantes et poétiques, mais pas prévisibles, les claviers se fondent parfaitement à l'ensemble, l'interprétation vocale est d'une force émotionnelle énorme, la section rythmique est parfaitement en place, lourde et pesante comme dans tout groupe de Doom, mais aussi surprenante car très diversifiée. Effectivement, "Thorn Of Deceit" donnera sa petite dose de blast-beat avec un break très typé Black Metal, même au niveau des vocaux – clin d'œil à d'autres influences extrêmes?

Un petit reproche pourra être fait au niveau du traitement de la batterie par le mixage : celle-ci est beaucoup trop plate et crue, et vu le type de musique joué par INBORN SUFFERING, il aurait été probablement plus judicieux de la traiter avec un écho ou de la rendre un peu plus éthérée. Ceci dit, cet élément n'est dérangeant que sur des passages très ponctuels. Effectivement, ce qui fait la force du groupe, c'est la cohésion générale entre les instruments la plupart du temps : ça joue, et ça joue bien! Le clavier est frissonnant, émouvant au possible, il fait vibrer les accords lourds et désespérés de la guitare, il parle à la batterie et au chant à l'aide de chœurs très ésotériques, et on peut ainsi se délecter d'un ensemble parfaitement mis en place qui peut se permettre de partir dans des instants d'obédience Death mélodique (les fameuses accélérations Doom/Death, en somme). Le chant varie entre growls death (le plus fréquemment), passages narrés à la DRACONIAN et passages plus scandés du meilleur effet, comme les tréfonds de l'âme qui déambule au milieu des sépultures. L'orchestre français joue sur l'émotion, la sincérité de la tristesse qui suinte de ses compositions ("Monolithe" est un grand moment de mélancolie), et on ne s'en plaint pas! Outre le fait qu'il fait passer un bon moment, "Wordless Hope" nous plonge dans le spleen, dans des paysages mystiques fort plaisants, et nous prouve que les français savent aussi véhiculer des émotions fortes, comme les scandinaves – maîtres du genre – ou les anglais – MY DYING BRIDE et ANATHEMA première période dont on sent l'influence sur ce premier album. Objection, ces influences sont là mais n'entachent pas une personnalité musicale bien propre : INBORN SUFFERING sait ce qu'il veut et où il va, privilégie une approche incroyablement sensible et franche d'un Doom plein d'ambiances et de finesse.

Oui, les fans de Doom Metal l'ont compris : ils savent ce qu'il leur reste à faire. Pour peu qu'ils parviennent à retirer de leur mange-disques le dernier SATURNUS, on ne peut que trop leur conseiller d'obtenir cet excellent "Wordless Hope" qui ne souffre que de menus défauts (mixage de la batterie, quelques petites fautes de traitement du clavier, sonnant parfois un peu cheap – notamment sur "The Agony Within"), menus défauts qui sont très loin de freiner l'enthousiasme de l'auditeur. L'album est bon, très bon même. Vous avez intérêt à l'écouter, sinon, vous aurez affaire à moi…non mais!

A lire aussi en DOOM METAL par ORPHANAGE :


AVA INFERI
Burdens (2005)
Gothic/doom sobre et original




DAYLIGHT DIES
Dismantling Devotion (2006)
Dark metal fin et émouvant


Marquez et partagez




 
   ORPHANAGE

 
  N/A



- Manu (basse)
- Steph (guitare)
- Seb (claviers)
- Thomas (batterie)
- Laurent (chant)


1. This Is Who We Are
2. Inborn Suffering
3. Monolith
4. The Agony Within
5. As I Close My Eyes
6. Stygian Darkness
7. Thorn Of Deceit
8. The Affliction Corridor



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod