Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL PROG  |  STUDIO

Commentaires (2)
Questions / Réponses (1 / 2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Pain Of Salvation
 

 Site Officiel (472)

WASTEFALL - Self Exile (2006)
Par FREDOUILLE le 2 Janvier 2007          Consultée 4767 fois

Naviguer sur les eaux de PAIN OF SALVATION est plutôt un exercice difficile, et au vu de la qualité et de la complexité des compositions des Suèdois, on peut le comprendre facilement. Et si les Suèdois de WOLVERINE ("The window purpose") ou les Italiens de DYNAMIC LIGHTS ("Shape") ont réussi l'excercice avec succès, notamment sur des eaux relativement calmes, les Grecs de WASTEFALL eux, supplantent ces derniers en n'hésitant absolument pas à faire coup double : les Grecs sont tout aussi à l'aise sur eaux calmes comme sur eaux tempêtueuses. En gros, pour synthétiser et pour vous situer un peu, WASTEFALL, bah c'est un peu du PAIN OF SALVATION dans l'esprit; à la fois subtil, mélodieux, original, créatif, ingénieux... Mais c'est surtout et au final nettement plus houleux, plus pêchu.
Ceux qui ont été déçus par le dernier PAIN OF SALVATION en date, à savoir "Be", par trop expérimental, risquent bien de se prendre une grosse baffe à l'écoute de ce brillantissime "Self exile" tant il regorge de pépites subtilement vigoureuses. A noter que l'artwork est particulièrement soigné et réussi.

WASTEFALL, c'est un peu le nouvel ovni de l'année en matière de Metal Progressif original, teinté Jazzy/Fusion et il est d'ailleurs très étonnant d'en entendre parler sur le tard, c'est à dire cette année seulement, car le groupe possède déjà à son actif 2 albums absolument remarquables : "Fallen stars and rising scars" sorti en 2003 et "Soulrain 21" sorti en 2004. Pas étonnant donc que ce "Self exile" soit d'une mâturité indiscutable. Le groupe roule sa bosse depuis un certain temps déjà. Toujours est-il que tout sur "Self Exile" respire la réflexion et... le talent!
Pour ma part, j'ai découvert le groupe en achetant un album de ZERO HOUR. Le label Sensory a toujours la bonne idée de mettre un peu de "publicité" au sein même du boîtier CD, sur d'autres groupes signés chez eux. Et dans l'ensemble je suis rarement déçu par les groupes que j'ai découverts (ZERO HOUR, RIVERSIDE, NOVACT, DEGREE ABSOLUTE ou donc WASTEFALL).

Mais revenons à nos moutons. "Self exile" est un album complètement ahurissant. Son introduction aux consonnances orientales (On pourrait penser à ORPHANED LAND) est absolument magnifique et semble nous préparer à un dépaysement total. Et c'est le cas! Le groupe enchaîne sur des titres prog dans l'âme, très véloces, aux riffs bétonnés ("Willow man", "Utopia fragmented"), aux guitares groovy et torturées (l'énorme et jazzy "The muzzle affection" sur lequel une voix féminine vient même ornementer l'ensemble), à la rythmique saccadée ("E.Y.E.") et aux claviers légèrement décalés. Le chant de Domenik est très soigné et très impressionnant puisqu'il est capable de chanter dans un registre très proche de celui de Daniel Gildenlow mais aussi de chanter plus agressivement tel un Rob Flynn ("Willow man"). En somme, du tout bon!
L'ensemble de l'album est d'une cohérence remarquable, le combo grec alterne avec brio compositions agressives et virulentes (le monstrueux et très technique "E.Y.E.", et le corrosif "Utopia fragmented"), complexes ("Utopia fragmented") et passages plus calmes aux ambiances très épurées (écoutez-moi le magnifique et mélancolique "Sleepwalk" sur lequel Domenik vient déposer sa voix avec volupté et émotion sur fond de pleurs féminins et piano. Du très grand art!). On soulignera également dans le genre calme, "4 minutes to abandon" sur lequel je craque littéralement à chaque écoute. La voix de Domenik prend ici une toute autre dimension.

"Self exile" est donc un album tout bonnement remarquable, techniquement irréprochable, et auquel il est très difficile de résister; parfois déroutant, riche en ambiances en tout genre, le groupe n'hésite effectivement pas à varier les plaisirs en nous délivrant de l'acoustique, du virulent, de la frénésie, et même de l'exotisme sur le magnifique "Dance of descent", congas et percussions à l'appui. Dépaysement assuré!
La production, exceptionnelle, est signée Tommy Hansen et met justement en valeur les différentes ambiances distillées ci et là tout au long de l'album.
Il est bien évident que PAIN OF SALVATION est une influence majeure du groupe grec et que "Self Exile" ne laissera en aucun cas insensible les fans des Suèdois. Et pour ceux qui trouvaient PAIN OF SALVATION un peu mou du genou et bien ici ils en auront pour leur argent car au final, c'est bien là où WASTEFALL fait la différence avec les Suèdois : "Self exile", c'est du costaud, du couillu. "Self exile" ou l'alliance parfaite entre puissance, agressivité et atmosphères subtiles et calmes.
"Self exile" ou l'un des meilleurs albums de l'année 2006. Rien que ça!

Note réelle : 4.5/5

A lire aussi en METAL PROG par FREDOUILLE :


REDEMPTION
Snowfall On Judgment Day (2009)
Magnifique album de Metal Prog ! La classe !




ANDROMEDA
Ii = I (2003)
Metal prog

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   FREDOUILLE

 
  N/A



- Domenik Papaemmanouil (lead vocals, guitars, keyboard)
- Alex Katsiyiannis (guitars, vocals)
- Christos Kyrkilis (keyboards)
- Nick Valentzis (bass guitar)
- Kostis Papalexopoulos (drums)


1. Intro
2. Willow Man
3. The Muzzle Affection
4. Dance Of Descent
5. Another Empty Haven
6. Strife For Definition
7. Sleepwalk
8. E.y.e
9. Utopia Fragmented
10. Minutes To Abandon
11. Provoke The Divine



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod