Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL GOTHIQUE  |  STUDIO

Commentaires (22)
Questions / Réponses (3 / 11)
Metalhit
Lexique metal gothique
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : My Dying Bride, Anathema, Madrigal, Orphaned Land, Empire Drowns
- Membre : Cradle Of Filth
 

 Site Officiel (340)
 Myspace (320)

PARADISE LOST - Draconian Times (1995)
Par POSSOPO le 21 Octobre 2009          Consultée 10102 fois

Drôle de voir à quel point le temps peut changer la perception que la rumeur publique a d'un disque. "Draconian Times", à sa sortie considéré comme la galette de l'année ou presque, chef-d'œuvre d'un Heavy lourd à l'émotion dantesque, PARADISE LOST devenu la coqueluche de tous. "Draconian Times", l'apogée d'une carrière à la trajectoire parfaite.

Plus de 10 ans ont passé et le discours a changé.
"Draconian Times", le début de la fin. Les élans commerciaux d'un "Icon" qui résiste encore bien à la critique deviennent ici la plaie du siècle. "Draconian Times", un album trop attendu, trop formaté, PARADISE LOST en roue libre vend son âme au Heavy qui passe à la radio depuis peu (un grand merci à METALLICA dont Nick Holmes s'inspire ô combien dans son approche du chant). Et "Gothic", à l'époque passé inaperçu sinon dans un underground tout petit petit, récupère la place qui échoyait auparavant à "Draconian Times", la première. "Gothic" plus novateur, plus sincère.
Un autre style surtout.

Les nouvelles accusations contre le 5ème album des boys d'Halifax sont fondées, il serait vain de tenter d'oublier le chrome de la galette et son format prêt à plaire. PARADISE LOST a découvert la lumière, se laisse aller à quelques facilités, drague le chaland comme une jolie pute. Il parvient à ses fins de façon magnifique.
Laisse-t-il pour autant le fan d'autrefois sur le carreau ?
C'est plutôt le fan d'autrefois qui, mécontent de devoir partager son ancien joujou avec des nouveaux venus de plus en plus nombreux, fait tout pour effacer son amour passé. Alors, il argumente à loisir sur la perte de caractère de l'artiste. Et fait surtout semblant de ne pas se rendre compte que PARADISE LOST n'est plus, plus du tout un groupe de Doom Death. Les dernières scories d'un genre qui aura somme toute connu une existence assez courte abandonnées sur le bas-côté, "Draconian Times" n'est plus atteint que de Heavy Metallite aiguë à tendance mélancolique (admettons qu'il lorgne aussi des quatre yeux sur sa plus belle idole, SISTERS OF MERCY) et son géniteur fonce vers la gloire. Une nouvelle raison de pester pour la groupie d'avant. Une groupie qui croit son poulain redevable de l'attention qu'elle lui porte depuis ses débuts et pense qu'en évoluant, son artiste chéri l'a trahie. Pensez donc, noyée dans la masse de son nouvel auditoire auquel il fait du gringue, il ne regarde plus celle qui l'a presque vu naître. Jalousie pure et simple. En plus, elle trouve que ce disque n'invente rien, elle a l'impression d'avoir écouté ça avant.

Non, ce disque n'invente rien. Mais non, personne n'a jamais écouté ça avant.
"Draconian Times", un aboutissement. PARADISE LOST l'aura lui-même parfaitement compris puisque, deux ans plus tard, il visitera d'autres horizons sachant bien qu'il n'y a plus rien après cet ouvrage. Un aboutissement en forme de parfait mélange des genres. Le "Black Album" (l'influence de ce dernier suinte à grosses gouttes), la pluie. L'album noir des Four Horsemen version crachin à l'anglaise. L'alliance de la poigne et du poignant. Du jamais entendu, pas une création pure pour autant. Une pochette luxuriante, une production plus claire encore que celle d'un prédécesseur tout aussi magistral, une formule en ligne droite qui gouverne le disque de la première à la dernière seconde, un absolu en matière d'efficacité et d'accessibilité.

Comme les historiens du Metal et les snobs de l'underground préfèrent de très loin les ouvrages sortis de nulle part et qui sonnent la révolution, "Draconian Times" tire maintenant derrière lui sont lot de détracteurs. Evidemment, "Draconian Times" n'a rien d'une révolution et tout le monde comprend parfaitement la méthode qui a permis de le bâtir. La naissance de rien du tout, un puzzle savamment composé à partir de pièces qu'on connaît bien, un ensemble qu'on avait vu venir de sacrément loin. Du zéro surprise et moins encore.

N'empêche, "Draconian Times" n'est pas mauvais, ni même moyen. Il n'est pas bon, juste excellent voire un peu mieux encore. Une immense sortie de l'année 1995, la fin d'une aventure pour PARADISE LOST, un couronnement. Vive le roi !

A lire aussi en METAL GOTHIQUE par POSSOPO :


TYPE O NEGATIVE
Life Is Killing Me (2003)
Metal gothique

(+ 1 kro-express)



TYPE O NEGATIVE
Bloody Kisses (1993)
Grand écart pour chef-d'oeuvre inachevé

(+ 2 kros-express)

Marquez et partagez



Par STEF




 
   POSSOPO

 
   POULPI
   POWERSYLV

 
   (3 chroniques)



- Nick Holmes (chant.)
- Gregor Mackintosh (guitares.)
- Aaron Aedy (guitares.)
- Steve Edmondson (basse.)
- Lee Morris (batterie, percussion.)


1. Enchantment.
2. Hallowed Land.
3. The Last Time.
4. Forever Failure.
5. Once Solemn.
6. Shadowkings.
7. Elusive Cure.
8. Yearn For Change.
9. Shades Of God.
10. Hands Of Reason.
11. I See Your Face.
12. Jaded.



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod